Considérant que, pour demander la reconnaissance de la qualité de réfugié, M. NDAYISHIMIYE Hamza, qui se déclare de nationalité burundaise et d'origine hutue, soutient qu'il a été contraint de quitter le Burundi en août 1995 en raison du conflit ethnique qui y sévit et au cours duquel ses parents ont trouvé la mort; qu'il ne peut donc retourner sans crainte dans son pays;

Considérant, toutefois, que l'identité sous laquelle est formé le recours du requérant n'est attesté par aucun document digne de foi, la carte d'identité versée au dossier et délivrée à Bujumbura le 29 juin 1995 ne présentant en l'espèce aucune garantie d'authenticité; qu'en outre, l'intéressé n'a pu, en séance publique s'exprimer en kirundi, langue nationale du Burundi, et qu'il a témoigné d'une grande méconnaissance du Burundi lors de son entretien à l'Office français de protection des réfugiés et apatrides; que ces circonstances jettent un doute sérieux sur la sincérité de l'ensemble des déclarations soumises à l'appréciation de la Commission et que celle-ci ne peut, en l'espèce, tenir pour établis les faits allégués et pour fondées les craintes énoncées; qu'en particulier, la photocopie d'une lettre adressée le 18 décembre 1995 au requérant et l'attestation en date du 5 mars 1996 du dirigeant du club de football de Montmartre sont insuffisantes à cet égard; qu'ainsi, le recours ne peut être accueilli;... (Rejet).

Disclaimer:

This is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.