Last Updated: Thursday, 23 October 2014, 07:30 GMT

Chronologie des événements avril 1993 - avril 1995

Publisher Canada: Immigration and Refugee Board of Canada
Author Research Directorate, Immigration and Refugee Board, Canada
Publication Date 1 August 1995
Cite as Canada: Immigration and Refugee Board of Canada, Chronologie des événements avril 1993 - avril 1995, 1 August 1995, available at: http://www.refworld.org/docid/3ae6a81f14.html [accessed 23 October 2014]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

 

CARTE

Voir original

ACRONYMES

ADFS             Alliance démocratique fédérale du Soudan (Sudan Federal Democratic Alliance - SFDA)

ADN              Alliance démocratique nationale (National Democratic Alliance - NDA)

AFNS     Alliance des forces nationales soudanaises (Alliance of Sudanese National Forces - ASNF)

AISD      Autorité intergouverenmentale de la lutte contre la sécheresse et pour le développement (Inter-Governmental Authority on Drought and Development - IGADD)

AISS       Armée pour l'indépendance du Sud-Soudan (Southern Sudan Independence Army - SSIA)

ANT       Assemblée nationale de transition (Transitional National Assembly - TNA)

APLS      Armée populaire de libération du Soudan (Sudan People's Liberation Army - SPLA)

CCR        Conseil de commandement révolutionnaire (Revolutionary Command Council -- RCC)

FAS        Forces alliées soudanaises (Sudanese Allied Forces - SAF)

FDP        Forces de défense populaire (Popular Defence Forces - PDF)

FNI         Front national islamique (National Islamic Front - NIF)

MISS      Mouvement pour l'indépendance du Sud-Soudan (Southern Sudan Independence Movement - SSIM)

MPLS     Mouvement populaire de libération du Soudan (Sudan People's Liberation Movement - SPLM)

MRPSS  Mouvement de résistance patriotique du Sud-Soudan (Patriotic Resistance Movement of South Sudan - PRMSS)

PO           Parti Oumma

PDU        Parti démocratique unioniste (Democratic Unionist Party - PUD)

INTRODUCTION

        Dans la présente chronologie, qui constitue une mise à jour du document publié par la DGDIR en 1993 et intitulé Soudan : Chronologie des événements de décembre 1955 à mars 1993, on examine les lois et les événements liés à la situation des droits politiques et humains au Soudan entre avril 1993 et avril 1995.

Les principaux groupes politiques au Soudan sont fondés sur une confession ou une ethnie. Les partis politiques sont interdits et les politiques de l'Etat correspondent au programme du Front national islamique (FNI), dirigé par Hassan El-Tourabi, qui favorise l'islamisation et l'arabisation du Soudan. Les principaux partis d'opposition du Nord, le Parti Oumma (PO) et le Parti démocratique unioniste (PDU), sont associés respectivement à la secte des Ansars, attachée aux traditions islamiques, et à la confrérie de la Khatmia, et affirment promouvoir le pluralisme politique et un Etat laïque. Les deux principaux groupes rebelles du Sud, l'Armée populaire de libération du Soudan (APLS)-Courant principal (Torit) et l'APLS-Unifiée (Nasir), qui s'appelle maintenant le Mouvement-Armée pour l'indépendance du Sud-Soudan (M-AISS), représentent surtout les groupes africains chrétiens et animistes du Sud. L'APLS-Courant principal, qui est dirigée par John Garang de Mabior et soutenue par le groupe ethnique des Dinkas, tente de réunir le Nord et le Sud et de former un gouvernement central laïque. Le MISS, dirigé par Riek Machar et soutenu par le groupe ethnique des Nouers, vise lui l'autodétermination et, finalement, l'indépendance du Sud.

Comme le décrit en détail la présente chronologie, la guerre civile entre le gouvernement et les deux factions rebelles du Sud s'est poursuivie, de même que la lutte intestine entre l'APLS-Courant principal et le MISS, entraînant de nombreuses pertes de vie chez les civils et le déplacement de milliers de gens. Dans une certaine mesure, les opérations militaires ont été tempérées sur le front politique grâce à plusieurs séries de pourparlers de paix à Nairobi, au Kenya, parrainés par l'Autorité intergouvernementale de la lutte contre la sécheresse et pour le développement (AISD). Bien que ces pourparlers, auxquels ont participé toutes les parties en cause dans le conflit, aient débouché sur un certain nombre de déclarations de cessez-le-feu qui ont permis périodiquement d'acheminer l'aide humanitaire internationale dans les zones touchées par la famine dans le Sud, ils n'ont pu ni rapprocher le gouvernement et les rebelles du Sud dans les dossiers fondamentaux de l'autodétermination et du laïcisme du Sud, ni mettre fin aux combats. Dans des rencontres séparées, l'opposition du Nord et les groupes rebelles du Sud ont pris des mesures pour unifier leurs positions sur les principes de l'Etat laïque et l'autodétermination du Sud.

CHRONOLOGIE

1993

Avril

Cinq juristes islamistes d'El-Obeid, capitale de l'Etat du Kordofan, auraient émis un décret dans lequel ils qualifient les Noubas d'infidèles et la guerre menée contre eux de djihad (guerre sainte). Ils exhortent les musulmans à tuer les Noubas et à s'approprier leurs terres au nom de leur devoir religieux (Sudan Democratic Gazette nov. 1993d, 11). Entre avril et novembre 1993, des « dizaines de milliers » d'habitants des monts Nouba, au sud du Kordofan, sont réinstallés de force dans des « camps de paix » au nord de cet Etat, tandis que des milliers d'autres sont tués et que des milliers de femmes et d'enfants sont réduits à l'esclavage (ibid.). Selon le Sudan Democratic Gazette, le décret rendu public en août 1993 [traduction] « légalise tous les crimes de génocide qui ont été commis contre les Noubas ces deux dernières années » (ibid.).

Plusieurs syndicalistes sont arrêtés dans le nord du Soudan à la suite d'un soulèvement des travailleurs provoqué par la situation économique qui ne cesse de se détériorer (Sudan Human Rights Voice mai 1993, 2).

5 avril

Sadek El-Mahdi, ancien premier ministre et chef de la secte islamique des Ansars et du parti d'opposition Oumma (PO), est détenu une journée pour avoir prononcé une allocution le 25 mars durant une fête religieuse à Omdurman. Dans son allocution, il avait critiqué le gouvernement et plaidé en faveur du pluralisme politique (The Independent 6 avr. 1993; Sudan Human Rights Voice avr. 1993a, 8; Sudan Update 21 avr. 1993a, 4; Sudan Democratic Gazette juin 1993b, 2). La détention d'El-Mahdi marque le début d'une répression menée contre les Ansars et le PO, ainsi que contre les membres dirigeants de la Khatmia et de la secte des Ansars El-Sunna, toutes deux liées au Parti démocratique unioniste (PDU) de l'opposition qui critique de plus en plus avec virulence les politiques gouvernementales du Front national islamique (FNI) (ibid.; ibid. juill. 1993, 2, 5; Sudan Update 6 juin 1993a, 1; ibid. 6 juin 1993b, 2; ibid. 21 avr. 1993a, 4; Sudan Human Rights Voice avr. 1993b, 7; AI 1994, 273). Amnesty International indique que bien que la plupart ont été relâchés six semaines plus tard, certains ont été détenus jusqu'en septembre 1993 (ibid.).

Trois factions rebelles du Soudan méridional, toutes anciennement sous la bannière de l'APLS, s'unissent sous le leadership de Riek Machar pour former l'APLS-Unifiée. Le groupe déclare un cessez-le-feu et demande au gouvernement d'entreprendre des pourparlers de paix (BBC Summary 7 avr. 1993; AFP 19 avr. 1993a; ibid. 19 avr. 1993b). Un cessez-le-feu conclu en mars 1993 entre le groupe rebelle de l'APLS-Courant principal de John Garang et le gouvernement se poursuit (ibid.; ibid. 19 avr. 1993a).

13 avril

Le gouvernement annonce que les journaux de l'Etat seront privatisés sous peu et que de grandes entreprises privées seront autorisées à lancer des journaux indépendants. Les petites entreprises et les particuliers ayant des capitaux limités ne pourront posséder de journaux « car ils peuvent être facilement manipulés par des milieux étrangers » (La lettre de Reporters sans frontières mai 1993). En dépit de l'adoption, au milieu de 1993 d'un nouveau code de la presse autorisant ces changements, les Country Reports 1993 soulignent qu'aucun journal n'a été privatisé et que, à la fin de l'année, aucun journal indépendant n'avait été créé (Country Reports 1993 1994, 281).

17 avril

Les partis d'opposition soudanais appartenant à l'Alliance démocratique nationale (ADN), notamment l'APLS-Courant principal, s'entendent à Nairobi pour séparer le religieux du politique au Soudan. Selon l'accord, en vertu d'une nouvelle constitution soudanaise, les lois comprises dans les instruments internationaux et régionaux des droits de l'homme auxquels le Soudan adhère remplaceraient les lois soudanaises non conformes. L'accord rend également inapplicable toute loi favorisant la discrimination contre des citoyens soudanais fondée sur la religion, la race, le sexe ou la culture (Sudan Update 21 avr. 1993b, 2; AFP 19 avr. 1993a; Sudan Democratic Gazette mai 1993, 2).

26 avril

Le gouvernement du Soudan et la faction de l'APLS menée par Garang entreprennent une deuxième série de pourparlers de paix à Abuja, au Nigeria (la première a eu lieu en juin 1992). Les pourparlers sont interrompus en mai après que le gouvernement eut rejeté le compromis proposé par le gouvernement nigérian de laïciser l'Etat entre la fin de la guerre civile et la formation d'un nouveau gouvernement (ION 24 avr. 1993, 2; ibid. 15 mai 1993, 4; Sudan Democratic Gazette juin 1993a, 1; ibid. juin 1993c, 3, 5).

Fin avril-début mai

La faction de l'APLS-Courant principal dirigée par Garang aurait tué environ 2 000 Nouers, dont plusieurs enfants, dans des villages près de Kongor et d'Ayod, dans le sud du Soudan. Les Nouers soutiennent la faction de l'APLS-Unifiée de Machar. Le 5 mai, la violence politique croissante dans la région entre les deux factions de l'APLS entraîne l'interruption des opérations d'aide de l'ONU à Kongor (BBC Summary 11 mai 1993).

Mai

Environ 30 enfants de moins de 11 ans auraient été détenus et battus dans un poste de police au sud de Khartoum (AI 1994, 274).

8 et 9 mai

Le Conseil national pour le bien-être des enfants tient un colloque sur la mise en oeuvre au Soudan de la Convention des Nations Unies sur les droits de l'enfant. Assistent à ce colloque des membres du parlement, des représentants du Conseil national pour le bien-être des enfants, des organisations travaillant avec des enfants, des ministères et des organismes gouvernementaux, l'UNICEF, ainsi que différents professionnels, travailleurs et étudiants. Les participants recommandent, entre autres choses, un examen de toutes les lois concernant les enfants, un soutien gouvernemental accru aux services à l'enfance et le suivi continu par le HCR de la situation des enfants dans le mouvement rebelle (Nation Unies 2 août 1993, 4).

22 mai

Le gouvernement saisit le lieu saint de l'ordre des Ansars à Omdurman. Leur chef, Sadek El-Mahdi, y a livré dernièrement des sermons dans lesquels il critique le gouvernement (voir l'article du 5 avril 1993). A la fin de mai, le gouvernement exproprie les mosquées de la Khatmia et des Ansars El-Sunna, deux ordres qui, eux aussi, critiquent le gouvernement (LCHR juill. 1994, 347; Sudan Democratic Gazette juin 1993b, 2).

28 mai

Devant Donald Petterson, ambassadeur des Etats-Unis à Khartoum, les factions rivales de l'APLS-Courant principal et de l'APLS-Unifiée signent un accord de cessez-le-feu qui crée une zone démilitarisée dans les régions sud d'Ayod, de Waat, de Kongor et de Yuai, afin de permettre l'acheminement de l'aide humanitaire. En réaction à l'accord, le gouvernement déclare qu'il rejette toute intervention étrangère au Soudan (AFP 29 mai 1993; ION 5 juin 1993, 3).

Début juin

Quelque 260 réfugiés éthiopiens retournent dans leur pays au cours de la première phase d'un programme de rapatriement surveillé par le HCR, qui touche environ 50 000 Ethiopiens du Soudan en quête d'asile (ibid. 28 févr. 1995).

11 juin

Un dirigeant du Parti communiste du Soudan, Yousif Hussein, est arrêté et détenu sans inculpation. Il avait déjà été arrêté le 11 janvier 1990 et avait par la suite été détenu sans inculpation pendant plus de deux ans (Sudan Human Rights Voice juin 1993, 8).

16 juin

Selon l'APLS-Unifiée, les forces de l'APLS-Courant principal attaquent le centre de secours de Yuai dans le sud du Soudan et tuent des civils (Sudan Update 20 juin 1993b, 1). Cette attaque fait suite aux combats entre les deux factions survenus le 15 juin à Ladau près de Longor, lesquels combats, selon l'APLS-Courant principal auraient été instigués par l'APLS-Unifiée (ibid. 20 juin 1993a, 1). L'attaque viole l'accord du 28 mai conclu entre les groupes rebelles pour démilitariser la région (ibid.; ibid. 20 juin 1993b, 1).

20 juin

Les deux factions rivales de l'APLS concluent un autre accord de cessez-le-feu dans les régions frappées par la famine de Kongor, d'Ayod, de Waat et d'Yuai, dans le Sud (voir l'article du 28 mai) (BBC Summary 22 juin 1993). Les forces de Garang se seraient retirées de la zone avant le 8 juillet 1993 (Sudan Human Rights Voice juill. 1993, 7).

Deuxième moitié de juillet

Les forces de sécurité du gouvernement lancent de Juba une [traduction] « offensive surprise durant la saison humide » (surprise wet-season offensive) contre l'APLS en vue de capturer la ville de Nimule, une forteresse rebelle près de la frontière ougandaise. Les forces de l'APLS-Courant principal les empêchant d'atteindre Nimule, les troupes gouvernementales partent de Yei pour atteindre Kaya après avoir bombardé des villes et des villages dans le sud de l'Equatoria occidentale. La ville de Kaya et un camp de secours de l'ONU à Yondu, à proximité, sont abandonnés par les civils qui fuient vers l'Ouganda (Sudan Update 16 août 1993a, 1).

Des affrontements entre deux clans rivaux de la tribu des Messeriyas, provoqués par une mésentente concernant un mariage interclanique, se soldent par 108 morts et 50 blessés dans la région de Mughad, au sud-ouest du Kordofan. Les forces de sécurité gouvernementales seraient intervenues pour désarmer les clans en conflit (AFP 29 juill. 1993; Reuters 30 juill. 1993).

18 et 19 juillet

Les opérations de secours internationales dans la région de Kongor sont interrompues à la suite d'affrontements entre les factions de l'APLS (AFP 19 juill. 1993; Sudan Update 16 août 1993b, 2).

Août

Une offensive des forces de sécurité gouvernementales contre les rebelles de l'APLS dans l'Equatoria occidentale dégénère en lourds combats, et le gouvernement capture la ville de Morobo par laquelle passe en partie l'« artère stratégique » de distribution de l'aide dans l'Etat (AFP 29 août 1993; Sudan Human Rights Voice sept. 1993b, 5).

Les troupes du gouvernement capturent Om Dorein, une forteresse importante de l'APLS au sud des monts Nouba (Sudan Human Rights Voice sept. 1993c, 5).

Une école secondaire catholique pour filles à Khartoum ferme une semaine pour protester contre un ordre du gouvernement de remplacer l'uniforme par une robe longue et un foulard. L'école rouvre à la suite d'un compromis - les étudiantes musulmanes porteront la robe et le foulard islamiques, tandis que les autres porteront des jupes plus longues, mais non le voile (Reuters 11 févr. 1994; The Economist 7-13 août 1993, 43; Sudan Human Rights Voice oct. 1993c, 5).

15 août

Le brigadier détenu Mohammed Ahmed El-Rayah El-Faki envoie au ministre de la Justice une lettre dans laquelle il décrit les tortures dont il a été victime en prison (Sudan Human Rights Voice oct. 1993a, 1; Sudan Democratic Gazette nov. 1993a, 4). En novembre 1993, le Sudan Democratic Gazette rapporte qu'El-Rayah El-Faki a disparu au début d'octobre, et dit craindre qu'il n'ait été torturé à mort (ibid.).

18 août

Les Etats-Unis inscrivent le Soudan sur leur liste des Etats qui soutiennent le terrorisme international (Jeune Afrique 16-22 déc. 1993, 70; Sudan Human Rights Voice sept. 1993d, 1; FCNL 15 mars 1994).

25 août

Le HCR rapporte que, depuis le 5 août 1993, 106 000 réfugiés soudanais ont tenté de trouver asile en Ouganda, au Zaïre, en Ethiopie et au Kenya, dont les 60 000 personnes arrivés en Ouganda les deux jours précédents. Leur déplacement fait suite à des attaques des forces de sécurité gouvernementales dans les régions de Kaya, de Morobo, de Yei, de Kajo Kaji et de Kerwa de l'Equatoria occidentale (Le Monde 27 août 1993; Sudan Human Rights Voice sept. 1993a, 5). L'AFP rapporte que 47 000 autres personnes auraient été déplacées à l'intérieur près de la frontière de l'Ouganda, mais que les combattants de l'APLS les empêchent d'y trouver refuge (AFP 29 août 1993).

4 septembre

La presse soudanaise publie une déclaration du gouvernement indiquant que 300 000 personnes déplacées à l'intérieur du pays dans des camps situés aux environs de Khartoum seront réinstallées dans des maisons modernes et auront accès aux soins de santé et à l'éducation (Sudan Human Rights Voice oct. 1993b, 7).

6 septembre

Les rebelles de l'APLS attaquent et tuent huit représentants gouvernementaux qui se rendaient en avion de Malakal vers Rubkotna pour signer un [traduction] « accord de capitulation » entre les forces de sécurité gouvernementales et la faction de l'APLS-Unifiée. L'APLS-Courant principal accuse les dirigeants de l'APLS-Unifiée de trahir le mouvement rebelle et de tenter de conclure la paix avec le gouvernement pour prendre le [traduction] « contrôle administratif » de la région du Haut-Nil (IPS 7 sept. 1993).

7 septembre

L'évêque soudanais Peter Elbersh reçoit 90 coups de fouet parce qu'il aurait, selon la « version soudanaise » de la charia (loi islamique), commis l'adultère (The Ottawa Citizen 7 sept. 1993). L'évêque nie les accusations, déclarant que l'assaut dont il a été victime vise à intimider les chrétiens soudanais (ibid.; Sudan Democratic Gazette oct. 1993a, 6; ibid. nov. 1993c, 5).

28 septembre

L'ambassade du Soudan à Londres émet un bulletin annonçant que la loi de 1957 sur la nationalité soudanaise et la loi de 1960 sur les passeports et l'immigration ont été remplacées. Dorénavant, en vertu de la nouvelle loi sur la nationalité, les Soudanais qui obtiennent la citoyenneté d'autres pays ne perdent plus leur nationalité soudanaise, et les étrangers qui obtiennent la nationalité soudanaise n'ont plus à renoncer à leur nationalité d'origine ou à vivre en permanence au Soudan. La nouvelle loi sur les passeports et l'immigration supprimerait [traduction] « nombre des restrictions imposées aux étrangers qui viennent s'installer au Soudan » (Sudan Update 8 oct. 1993, 2).

29 septembre

Amnesty International publie un rapport sur les effets, depuis 1983, de la guerre entre le gouvernement dominé par des arabes musulmans et le mouvement rebelle de l'APLS chrétien et animiste africain dans le Sud-Soudan et les monts Nouba. Selon cet organisme, les combats ont déplacé environ 3 millions de personnes et détruit l'infrastructure locale, laissant les gens en proie à la sécheresse, aux inondations et à la famine et les obligeant à dépendre de l'aide humanitaire internationale. Le rapport dénonce les violations des droits de l'homme commises par les deux parties. Pour ce qui est du gouvernement, on parle de la réinstallation forcée de villages entiers, d'exécutions extrajudiciaires, de viol, d'arrestations et de détentions arbitraires de quiconque est soupçonné de s'opposer aux politiques d'arabisation et d'islamisation du gouvernement, de torture, de disparitions, de l'enlèvement de femmes et d'enfants, et de la suppression de la liberté d'association et d'expression. Quant aux factions rebelles, elles se livreraient à des exécutions extrajudiciaires, à la torture et à des attaques délibérées contre des civils (AI 29 sept. 1993).

Octobre

Le Sudan Democratic Gazette rapporte l'émergence d'une alliance islamique composée de membres de la secte des Ansars et de la Khatmia (qui appuient respectivement le PO et le PDU), des Frères musulmans, des Ansars El-Sunna et des Turq El-Sufia (Sudan Democratic Gazette oct. 1993b, 1). Bien que se décrivant comme un groupe socio-religieux apolitique, l'alliance islamique pourrait représenter [traduction] « une autre manifestation politique de l'Islam » pouvant tenter de remplacer le régime islamiste actuel (ibid.).

Le comité américain d'aide aux réfugiés (US Committee for Refugees - USCR) publie un rapport dans lequel il affirme que la guerre civile et des politiques pernicieuses approuvées par une succession de gouvernements à Khartoum ont entraîné la mort de plus de 1,3 million de Soudanais du Sud entre mai 1983 et mai 1993. De ce nombre, 300 000 sont morts entre janvier 1992 et mai 1993 (Burr oct. 1993, 2,9).

2 octobre

Le Mouvement de résistance patriotique du Sud-Soudan (MRPSS), dirigé par le politicien et ancien allié de Garang, Alfred Lado Gore, est formé à Nairobi. Négocier l'autodétermination du Soudan méridional compte parmi les objectifs du parti, mais la force reste une option si les négociations échouent (ION 9 oct. 1993, 8; Sudan Update 22 oct. 1993a, 3).

Du 4 au 6 octobre

Les manifestations organisées à Omdurman et à Wad Medani pour protester contre la pénurie de combustibles et la détérioration de la situation économique provoquent [traduction] « l'une des pires émeutes depuis le coup militaire de juin 1989 » (Sudan Update 22 oct. 1993b, 1). Des blessures sont infligées quand la police intervient avec gaz lacrymogènes, matraques et charges à motocyclettes et, à Wad Medani, avec des gaz lacrymogènes (ibid.; Sudan Democratic Gazette nov. 1993e, 12; The Times 8 oct. 1993).

16 octobre

Le Conseil de commandement révolutionnaire (CCR), qui gouverne le Soudan depuis le coup militaire de juin 1989, s'est dissous et a nommé le lieutenant-général Omar Hassan al-Bashir président jusqu'à la tenue, toujours non arrêtée, d'élections générales et présidentielles. Le président al-Bashir a les mêmes pouvoirs qu'il détenait à titre de président du CCR et de président du conseil des ministres, sauf la liberté de déclarer la guerre ou d'imposer l'état d'urgence. Les ministres de l'ancien conseil des ministres conservent apparemment leurs postes d'ici la formation d'un nouveau cabinet. Plusieurs sources indiquent que ces mesures visent à améliorer l'image du gouvernement qui veut se donner un visage civil, mais sans modifier le caractère islamiste et les priorités militaires du gouvernement (La Presse 17 oct. 1993; ION 23 oct. 1993, 4; ibid. 6 nov. 1993, 2; MEI 22 oct. 1993, 14; Sudan Update 22 oct. 1993c, 1; AFP 16 oct. 1993).

21 et 22 octobre

John Garang et Riek Machar, les dirigeants respectifs de l'APLS-Courant principal et de l'APLS-Unifiée, ont conclu à Washington un accord visant à mettre fin immédiatement aux combats entre les deux factions. La plupart des groupes membres de l'ADN rejettent la déclaration de Washington, car elle mentionne le droit à l'autodétermination du Sud du Soudan (Sudan Democratic Gazette nov. 1993b, 2-3; ibid. janv. 1994, 4; MEI 5 nov. 1993, 12; Sudan Update 1er janv. 1994, 3).

28 octobre

La veille d'un spectacle qui devait avoir lieu à l'université de Khartoum, les forces de sécurité ordonnent au chanteur populaire soudanais Abu Araki El-Bakhit d'annuler la représentation. On lui interdit en outre de chanter certaines chansons mises à l'index par le gouvernement. Le chanteur refuse et est brièvement détenu (Sudan Human Rights Voice déc. 1993d, 7). Il cesse de chanter plus tard pour protester contre l'action du gouvernement, mais il recommence en avril 1994 quand, à cause de sa popularité, le gouvernement lève l'interdiction (ibid. avr. 1994c, 3).

10 et 11 novembre

Les étudiants de l'université de Khartoum manifestent après que les étudiants islamistes eurent remporté les 40 sièges du conseil étudiant. Ils accusent le conseil de l'université et le gouvernement soudanais d'avoir truqué le scrutin. La protestation entraîne la prise de mesures de répression qui se soldent par 18 à 50 blessés, deux morts et 300 arrestations. Bien que la majorité des étudiants arrêtés sont relâchés deux jours plus tard, une trentaine sont placés dans des centres de détention secrets appelés « maisons fantômes » et seraient maltraités (Sudan Update 30 nov. 1993b, 2; ibid. 30 nov. 1993c, 3; AFP 12 nov. 1993a; BBC Summary 15 nov. 1993; Sudan Democratic Gazette déc. 1993, 6; Sudan Human Rights Voice déc. 1993a, 2; ibid. févr. 1994b, 4).

11 novembre

En pourparlers avec des dirigeants tribaux du sud du Kordofan, le président El-Bashir offre l'amnistie aux rebelles qui capitulent et, semble-t-il, leur promet [traduction] « la sécurité et de bonnes conditions de vie » (Xinhua 12 nov. 1993; AFP 12 nov. 1993b).

17 novembre

Sid-Ahmad El-Husayn du PDU est arrêté et détenu pour la cinquième fois depuis le coup militaire de 1989. Cette dernière arrestation survient après qu'il eut incité la population à renverser le gouvernement (Sudan Human Rights Voice déc. 1993b, 3). Il est relâché le 20 ou le 22 février 1994 (Sudan Update 30 mars 1994c, 2; Sudan Human Rights Voice avr. 1994f, 7).

23 novembre

La force aérienne soudanaise bombarde le marché du village de Pageri, tuant trois personnes. Elle pilonne également une cible civile à Loa, endommageant le complexe de l'organisation irlandaise d'aide humanitaire GOAL. Les dommages interrompent la distribution de l'aide aux camps d'Ame et d'Ateppi et entraînent le retrait des travailleurs de l'ONU (Sudan Update 30 nov. 1993a, 1; AFP 26 nov. 1993).

Décembre

Un symposium sur les droits des femmes à Khartoum recommande que soient interdites les excisions pratiquées sur les femmes et les mariages de mineures (voir également l'article du 4 août 1994) (Sudan Human Rights Voice janv. 1994, 6).

15 décembre

Le HCR rapporte qu'environ 700 garçons soudanais ont quitté à pied le camp de réfugiés de Kakuma au Kenya, en direction du Sud-Soudan. Leurs leaders rejettent les tentatives des agents sur le terrain du HCR de renvoyer les garçons au camp (UPI 16 déc. 1993).

21 décembre

Un nouveau groupe, les Forces invincibles soudanaises de la démocratie (Sudan Invicible Forces of Democracy), est formé à Nairobi. Selon le fondateur David Idilla Lobuin, le groupe rallie des nationalistes soudanais croyant que le conflit dans le Sud ne peut être réglé par les armes (Xinhua 21 déc. 1993; Sudan Update 7 févr. 1994b, 2).

1994

Du 4 au 6 janvier

A Nairobi, à la deuxième rencontre du comité permanent des ministres des Affaires étrangères sur les pourparlers de paix au Soudan de l'Autorité intergouvernementale de la lutte contre la sécheresse et pour le développement (AISD), Riek Machar et John Garang arrêtent le programme des futurs pourparlers. L'accord conclu comprend également un cessez-le-feu négocié par toutes les parties en cause dans le conflit et surveillé par des parties neutres; le droit à l'autodétermination du Sud-Soudan, des monts Nouba et « d'autres régions marginalisées », lequel droit doit être décidé à la suite d'un référendum; et des accords détaillés entre le Sud et le Nord pour la période de transition conduisant à l'autodétermination (Sudan Update 17 janv. 1994a, 1; Sudan Democratic Gazette févr. 1994b, 9; ibid. févr. 1994d, 10).

11 janvier

Aldo Ajou Deng, un politicien du Sud, vice-président de l'Assemblée nationale de transition (ANT) et président du comité des droits de l'homme du gouvernement, démissionne et, selon toute apparence, passe à l'opposition à Londres après que le gouvernement impose l'Islam dans le Sud-Soudan et recourt à une solution armée pour mettre un terme au conflit avec les rebelles du Sud (Sudan Update 17 janv. 1994c, 3; Jeune Afrique 20-26 janv. 1994; Sudan Democratic Gazette févr. 1994c, 6; Sudan Human Rights Voice févr. 1994a, 1, 6). Dans un exposé à la 50e session de la Commission des droits de l'homme de l'ONU au début de mars 1994, il accuse le gouvernement de pratiquer le « génocide » et le « nettoyage ethnique » des non-arabes et non-musulmans, en particulier dans la région des monts Nouba (Deng 2 mars 1994, 3; Sudan Democratic Gazette avr. 1994a, 10).

11 et 12 janvier

En prévision de la reprise des combats entre les factions rebelles et le gouvernement, plus de 1 600 réfugiés fuient la région de Kaya (Sudan Update 17 janv. 1994b, 2).

14 janvier

En réaction à un nouveau programme d'islamisation du gouvernement destiné aux amateurs de soccer, les spectateurs auraient, lors d'une partie, lancé des pierres aux représentants gouvernementaux et attaqué leurs voitures à l'extérieur du stade. Le programme gouvernemental prévoit certaines cérémonies religieuses dans les stades de soccer et des prières durant les matches, le calendrier de ceux-ci étant établi en fonction des périodes de prière, ainsi que la création d'organismes sportifs gouvernementaux (Sudan Human Rights Voice févr. 1994d, 7).

26 janvier

Les négociations de paix entre le gouvernement et l'APLS entreprises le 21 janvier rompent quand cette dernière refuse de déminer les routes du Sud-Soudan pour permettre l'acheminement des secours d'urgence. L'APLS craint que le gouvernement tire avantage, sur le plan militaire, des routes déminées (Xinhua 27 janv. 1994a).

27 janvier

Le ministre d'Etat responsable des réfugiés accuse l'APLS de déplacer 14 000 enfants de camps de réfugiés au Kenya vers ses camps au Soudan dans le but, dit-il, de les entraîner à combattre le gouvernement soudanais (Xinhua 27 janv. 1994b).

Début février

Plusieurs sources rapportent que les raids des forces gouvermentales sur des civils victimes de sécheresse près des frontières ougandaises et kenyanes, lesquels raids font partie d'une vaste offensive du gouvernement durant la saison sèche dans le Sud, ont déplacé plus de 100 000 personnes (Sudan Democratic Gazette févr. 1994a, 6; Sudan Update 7 févr. 1994e, 1; Manchester Guardian Weekly 20 févr. 1994; Libération 15 févr. 1994; The Independent 10 févr. 1994).

Le ministre de l'enseignement supérieur décrète que toutes les étudiantes universitaires doivent se conformer au code vestimentaire islamique : une robe à manches longues descendant jusqu'aux chevilles et un foulard. Les doyens forcent apparemment les étudiantes à signer une promesse de se conformer au décret, et une femme ne peut s'inscrire sans avoir signé cette promesse (Sudan Human Rights Voice févr. 1994c, 5; Reuters 11 févr. 1994; Sudan Update 17 févr. 1994e, 3). Le gouvernement ordonne également que les filles et les garçons soient séparés à compter de la sixième année. La mesure sera appliquée sur un an à Khartoum et sur deux ans dans les Etats (ibid.; Reuters 11 févr. 1994).

1er février

L'ANT adopte le décret constitutionnel no 10, lequel crée 17 nouveaux Etats, portant leur nombre total à 26 (l'annexe I comprend la liste des Etats et de leur capitale) (Sudan Update 7 févr. 1994c, 2; ibid. 17 févr. 1994c, 3).

Les Nations Unies publient un rapport de son rapporteur spécial chargé des droits de l'homme au Soudan, Gaspar Biro, qui a visité le Nord et le Sud du Soudan en septembre et en décembre 1993. Le rapport expose de façon détaillée les violations des droits de la personne commises par le gouvernement, notamment les exécutions extrajudiciaires et sommaires, les disparitions, la torture, l'arrestation et la détention arbitraires, l'esclavage et l'enlèvement d'enfants. L'auteur accuse le gouvernement de violer les droits des femmes ainsi que les droits à la liberté de conscience, à la liberté d'expression et d'association et à la liberté de mouvement et de résidence, et d'appliquer des lois pénales non conformes au droit international des droits de l'homme. Il décrit également les violations des droits de la personne perpétrées par les deux factions de l'APLS, notamment le massacre de civils fondé sur l'ethnicité (Nations Unies 1er févr. 1994). Le président al-Bashir rejette le rapport, accuse Biro d'insulter l'Islam et de faire preuve d'hérésie, et avertit l'ONU que le Soudan retirera son adhésion de l'organisation si cette dernière n'arrête pas de condamner les « lois d'Allah » (IPS 14 févr. 1994). A la 50e session de la Commission des droits de l'homme de l'ONU au début de mars, les Etats membres votent, dans une proportion de 35 contre 9, en faveur de la condamnation des violations des droits de la personne par le gouvernement soudanais et du renouvellement du mandat de Biro pendant une autre année comme rapporteur spécial des droits de l'homme au Soudan (ibid.; Sudan Democratic Gazette avr. 1994a, 10; MEI 4 mars 1994, 11-12; ibid. 18 mars 1994, 13; The Economist 5-11 mars 1994, 42, 45; Sudan Update 15 avr. 1994b, 3; Sudan Human Rights Voice avr. 1994d, 5).

4 février

Les forces de sécurité du gouvernement bombardent les camps d'aide dans les régions de Maridi et d'Arapi, près de la frontière ougandaise (AFP 5 févr. 1994b; ibid. 7 févr. 1994).

Des hommes armés non identifiés attaquent la mosquée du cheik al-Hadiya de la secte des Ansars El-Sunna, dans le district d'al-Thawra d'Omdurman, tuant 28 fidèles et en blessant au moins 16. La police émet une alerte de sécurité générale et conduit une opération massive de recherche des responsables. Après avoir affirmé que des étrangers étaient impliqués, le gouvernement accuse le Jama'at al-Muslimeen, un groupe islamique soudanais, d'avoir perpétré l'attentat. Compte tenu de la réputation du gouvernement de réprimer l'opposition politique, les groupes d'opposition croient toutefois que le gouvernement lui-même est derrière l'attaque (Sudan Update 7 févr. 1994a, 1; AFP 5 févr. 1994a; ION 12 févr. 1994; Sudan Democratic Gazette mars 1994, 6; ibid. juill. 1994b, 12; Sudan Human Rights Voice mars 1994a, 2; Info-Soudan 15 mars 1994). Le premier accusé dans l'affaire, Muhammad Abd al-Rahman al-Khilayfi, est exécuté publiquement le 19 septembre 1994 (Sudan Update 13 oct. 1994b, 4).

5 février

Deux hommes sont tués et un autre blessé dans un échange de coups de feu avec la police dans le quartier de Riyadh, à Khartoum. Bien que le gouvernement affirme que les hommes aient été impliqués dans l'attaque de la mosquée le 4 février (voir l'article du 4 février 1994) (Sudan Update 17 févr. 1994b, 2; Reuters 6 févr. 1994; ION 12 févr. 1994, 2), l'Indian Ocean Newsletter rapporte que les deux incidents ne sont pas reliés (ibid.).

Ahmed Ibrahim Diraige, ancien gouverneur de l'Etat du Darfour, fonde à Londres l'Alliance démocratique fédérale du Soudan (ADFS), une organisation-cadre de l'opposition (Sudan Update 7 févr. 1994d, 2).

10 février

Après de durs combats contre les forces de l'APLS, les forces du gouvernement capturent momentanément Mundri, un village au nord-est de la frontière avec le Zaïre. Quelque 40 000 personnes sont déplacées vers Maridi (Sudan Update 17 févr. 1994a, 1; Reuters 14 févr. 1994). L'APLS reprend Mundri le jour même (ibid.).

14 février

Le président al-Bashir annonce plusieurs nouvelles nominations à la suite de la récente restructuration des Etats (voir l'article du 1er février 1994), entre autres celle d'Agnes Lokudu, la première femme au Soudan à occuper un poste de gouverneur. George Kongor Arop, un major-général de la police du Sud et ancien gouverneur du Bahr-el-Ghazal, est nommé second vice-président (Sudan Update 17 févr. 1994d, 2; Le Devoir 16 févr. 1994; IPS 16 janv. 1995).

Des agents de secours internationaux rapportent que le gouvernement soudanais entraînent des troupes - enrégimentant entre autres des garçons de moins de 15 ans - au Zaïre et en République centrafricaine pour combattre les forces rebelles dans le Sud-Soudan (BBC Summary 18 févr. 1994; ION 19 févr. 1994, 4).

24 février

Cinq agents de l'Opération Survie Soudan (OSS), notamment un Britannique et quatre ressortissants soudanais, sont pris en otages par l'APLS au centre d'alimentation d'Attar, dans l'Etat du Haut-Nil (IPS 1er mars 1994). Le Britannique est libéré le 28 février, mais les autres demeurent en captivité jusqu'au 6 mars (ibid.; AP 7 mars 1994; AFP 7 mars 1994).

Fin février

L'université du Darfour suspend 26 étudiants pendant un an après qu'ils eurent demandé de former un syndicat étudiant (Sudan Human Rights Voice mars 1994b, 8).

1er mars

Les forces de sécurité soudanaises lâchent 24 bombes sur la ville de Nimule, le camp de secours d'Aswa et les régions environnantes, faisant un mort et neuf blessés (Sudan Update 15 mars 1994, 1).

8 mars

L'Union européenne approuve l'imposition d'un embargo sur les armes à l'endroit du Soudan (Sudan Update 15 avr. 1994a, 3; Courrier de l'ACAT avr. 1995).

12 mars

Le conseil national de la presse et des publications (National Council for Press and Publications) suspend pendant une semaine l'unique journal indépendant du Soudan, l'al-Sudani International créé un mois plus tôt, parce qu'il a critiqué entre autres « l'appareil de sécurité » du gouvernement (voir l'article du 4 avril). Un hebdomadaire du gouvernement, le Darfur al-Jadida, est suspendu deux semaines pour avoir critiqué le roi Hassan II du Maroc (Sudan Update 30 mars 1994b, 3-4; La lettre de Reporters sans frontières avr. 1994; ibid. mai 1994).

Du 17 au 23 mars

Les pourparlers de paix parrainés par l'AISD, entre le gouvernement soudanais et les deux factions de l'APLS à Nairobi débouchent sur un accord qui permettra d'acheminer l'aide humanitaire vers le Sud-Soudan (AFP 23 mars 1994; Xinhua 25 mars 1994; Sudan Update 30 mars 1994a, 1; MEI 1er avr. 1994, 13).

20 mars

Sid-Ahmad al-Husayn, membre dirigeant du PDU, est de nouveau arrêté après avoir été libéré un mois plus tôt (voir l'article du 17 novembre 1993); (Sudan Update 30 mars 1994c, 3; Sudan Human Rights Voice avr. 1994f, 7).

4 avril

Le gouvernement fait cesser la publication de l'al-Sudani International, soi-disant parce que celui-ci l'aurait accusé de corruption et aurait soutenu l'autodétermination du Sud (La lettre de Reporters sans frontières mai 1994; Reuters 4 avr. 1994; Middle East Times 17 avr. 1994). Cinq journalistes sont arrêtés, notamment le propriétaire du journal, Mahjoub Erwa, et son directeur administratif et financier (Sudan Human Rights Voice avr. 1994a, 1). Les hommes auraient été torturés en captivité (Federal News Service 22 mars 1995). Erwa est libéré « quelques mois » plus tard mais on ne sait rien sur le sort des autres journalistes (Reuters 30 mai 1995).

5 avril

Un Soudanais détourne un avion assurant la liaison entre Khartoum et Dongola. L'avion atterrit à Louxor, en Egypte, où le pirate demande l'asile politique. Le gouvernement soudanais exige son extradition, lance une enquête d'urgence et resserre la sécurité sur tous les vols soudanais (Sudan Update 30 avr. 1994b, 1).

7 avril

La professeure Sara Nugdallah, membre de l'exécutif du PO et secrétaire-générale de l'organisation des femmes du PO, est arrêtée à son bureau de l'université Ahlia à Omdurman. Elle est détenue sans inculpation et aurait été maltraitée (Sudan Human Rights Voice avr. 1994b, 1; Sudan Update 30 avr. 1994c, 4; World Organization Against Torture 14 avr. 1994). Elle demeure en prison pendant dix semaines (AI 25 janv. 1995).

Fin avril

A l'aide de gaz lacrymogènes, la police disperse des étudiants de l'université Gézira, à Wad Medani, qui protestent contre les politiques économiques du gouvernement. L'incident se solde par plusieurs morts, des arrestations et le renvoi de 29 étudiants (Sudan Update 30 avr. 1994a, 1; ibid. 20 mai 1994b, 3; Scottish Churches' Sudan Group 30 mai 1994, 1). Des manifestations semblables ont lieu dans d'autres parties de la région centrale, à Omdurman et à Atbara (ibid.).

17 mai

Le gouvernement et les deux factions de l'APLS signent à Nairobi un accord parrainé par l'ONU sur l'acheminement de l'aide humanitaire dans le Sud (AFP 17 mai 1994; Documentation Réfugiés 10-23 mai 1994, 6). La conclusion de l'accord coïncide avec le début de la deuxième série de pourparlers de paix parrainés par l'AISD, à Nairobi (Sudan Update 30 juin 1994, 2).

Fin mai

La faction de l'APLS-Courant principal, dirigé par John Garang, tient son premier congrès national à Chukudum, dans le Sud-Soudan. Le congrès, qui marque la consolidation de l'APLS en tant que mouvement politique, se termine par la création du « Nouveau Soudan », une entité politique et administrative comprenant le Sud, le sud du Kordofan et le sud du Nil bleu. La nouvelle entité sera présidée par un conseil exécutif et une assemblée de libération de 182 personnes, dont 132 élus, 38 membres de l'APLS-Courant principal et dix membres nommés par le conseil. Garang est désigné président du conseil exécutif, lequel est chargé de réaliser l'autodétermination du Sud-Soudan (Sudan Update 20 mai 1994a, 1; BBC Summary 27 mai 1994; Marchés Tropicaux 20 mai 1994; Sudan Democratic Gazette juin 1994, 9).

Juin

Human Rights Watch/Africa publie un rapport sur des visites faites en juin et en juillet 1993 dans le Sud-Soudan ainsi que dans des camps de réfugiés soudanais au Kenya et en Ouganda. L'organisation y décrit les violations des droits de la personne commises par toutes les parties contre des civils, entraînant la mort de 1,3 million de civils depuis 1983 et rendant des millions de personnes tributaires de l'aide humanitaire internationale (HRW/A juin 1994).

6 juin

L'avocat des droits de l'homme, Ali Mahmoud Hassanein, est arrêté à Khartoum pour avoir défendu les parents des victimes d'une attaque à la bombe dans laquelle le gouvernement aurait été impliqué. Il est relâché le 20 juin 1994 (Sudan Update 14 juill. 1994c, 4).

11 juin

Les forces de sécurité prennent le contrôle de Kajo Kaji, la capitale administrative de l'ALPS et le centre de liaison avec l'Ouganda (Middle East Times 26 juin 1994; ION 11 juill. 1994). Selon l'Indian Ocean Newsletter, la prise de cette région stratégique représente un « point tournant » dans la guerre civile, car elle permet au gouvernement d'améliorer sa position aux prochains pourparlers de paix de l'AISD avec l'APLS (voir l'article du 18 au 29 juillet 1994) (ibid.).

20 juin

Sadek El-Mahdi, chef du PO, ainsi que trois autres membres dirigeants du même parti, est arrêté et accusé d'avoir comploté avec l'Egypte l'assassinat de Hassan El-Tourabi et d'autres leaders du FNI (Scottish Churches' Sudan Group 29 juin 1994, 1; IPS 21 juin 1994; ION 25 juin 1994, 8; Jeune Afrique 14-20 juill. 1994). El-Mahdi nie les accusations et est relâché le 3 juillet (ibid.; ANB-BIA 1er janv. 1995, xiv; Sudan Update 14 juill. 1994a, 1).

Première moitié de juillet

L'éclatement de combats entre les factions de l'APLS à Mayen Abune et dans les villages avoisinants dans le comté de Wunrok (Bahr-el-Ghazal septentrional) cause 1 000 morts et entraîne une vaste opération de pillage ainsi que le déplacement de milliers de personnes (Libération 21 juill. 1994; IPS 22 juill. 1994; Sudan Update 3 août 1994a, 2).

14 juillet

A Wad Medani, deux Soudanais musulmans qui se sont convertis au christianisme sont arrêtés, et leur bible et leur certificat de baptême, confisqués. Le 18 juillet, ils sont accusés d'apostasie, ce qui, en vertu de la loi soudanaise, les rend passibles de 100 coups de fouet et de la peine de mort. L'un reçoit les 100 coups de fouet prévus, tandis que l'autre succombe après quatre coups. Le gouvernement suspend l'ordre d'exécution (Sudan Update 30 sept. 1994, 4; Nations Unies 30 janv. 1995, 5; Libération 31 juill. 1994). Selon Libération, plus de 200 Soudanais musulmans qui se sont convertis au christianisme depuis 1992 risquent la peine de mort pour apostasie (ibid.).

Deuxième moitié de juillet

Selon certaines sources, plus de 50 000 personnes déplacées à l'intérieur du pays sont expulsées de la région de Khartoum, notamment des environs de Haj Youssef, de Kalakala et d'Umm Badda. Les Forces de défense populaires (FDP), une milice du gouvernement, feraient des rafles au milieu de la nuit chez les squatters et les interneraient dans des lieux déserts, [traduction] « sans eau, sans abri et sans installations de quelque sorte » (ANB-BIA 1er janv. 1995, xiv; Sudan Democratic Gazette août 1994b, 6; Sudan Update 3 août 1994b, 2-3).

Du 18 au 29 juillet

Le gouvernement et les leaders de l'APLS tiennent une troisième série de pourparlers parrainés par l'AISD, à Nairobi (Sudan Democratic Gazette août 1994a, 2; MEI 5 août 1994, 14). Le 22 juillet, le gouvernement déclare un cessez-le-feu dans le Sud (ibid.; IPS 22 juill. 1994; Libération 24 juill. 1994; Jeune Afrique 4-10 août 1994). Toutefois, certaines sources rapportent la poursuite d'opérations militaires du gouvernement autour de Nimule, bastion de l'APLS-Courant principal et son principal centre de liaison avec l'Ouganda (ibid.; Sudan Democratic Gazette août 1994a, 3). Le 25 juillet, l'APLS applique un cessez-le-feu distinct (ibid.). Selon le Middle East International, à l'exception des déclarations de cessez-le-feu, [traduction] « c'est l'impasse dans tous les dossiers cruciaux », notamment dans ceux de l'unité nationale et les relations Nord-Sud (MEI 5 août 1994, 14).

4 août

L'IPS rapporte que la demande faite dernièrement par l'union des femmes soudanaises (Sudanese Women's Union) d'interdire l'excision est critiquée par les leaders religieux et certaines musulmanes [traduction] « qui voient cette demande comme une attaque contre la tradition islamique » (voir également l'article de décembre 1993) (IPS 4 août 1994).

Du 5 au 8 septembre

Une autre série de pourparlers de paix parrainés par l'AISD est tenue à Nairobi. Les pourparlers se terminent quand le gouvernement soudanais refuse tout compromis concernant l'autodétermination et la laïcisation du Sud. Néanmoins, les présidents des pays de l'AISD - Kenya, Ouganda, Ethiopie et Erythrée - décident le 19 septembre de poursuivre le processus de paix, lequel, selon eux, est dans l'intérêt de la région (Sudan Democratic Gazette oct. 1994b, 2).

6 septembre

Le HCR et le Soudan signent un protocole d'entente pour rapatrier 25 000 réfugiés érythréens. Le 14 novembre 1994, 279 Erythréens retournent dans leur pays durant la première phase du programme (HCR 15 nov. 1994; ibid. 28 févr. 1995). Avant la fin de l'année, 8 708 Erythréens sont retournés dans leur pays sous l'égide du HCR, et 100 000 autres de leur propre chef (ibid.).

27 septembre

Riek Machar, chef de la faction de l'APLS-Unifiée, change le nom de son groupe pour celui de Mouvement pour l'indépendance du Sud-Soudan (MISS) et crée l'Armée pour l'indépendance du Sud-Soudan (AISS) (AFP 29 déc. 1994; HRW déc. 1994, 54; Sudan Update 13 oct. 1994a, 2).

Amnesty International publie un rapport relatant plusieurs cas de détention secrète et de torture de membres de partis de l'opposition, de syndicalistes, de journalistes et de bénévoles de communautés chrétiennes durant le premier semestre de 1994 dans le nord du Soudan, principalement à Khartoum (AI sept. 1994).

14 octobre

Dans la première phase du programme du gouvernement en vue de réinstaller dans leur région plus de 6 000 familles déplacées à l'intérieur du pays, principalement dans l'Equatoria, 350 familles quittent Khartoum pour retourner à Juba (IPS 18 oct. 1994).

15 octobre

Les forces de sécurité tuent de cinq à seize personnes et en blessent gravement quatorze autres dans une colonie de squatters dans la région de Khuddeir, près d'Omdurman. Les squatters protestaient contre la destruction de leur domicile par le gouvernement et leur réinstallation forcée dans le désert, loin de Khartoum. L'Union européenne condamne les tueries et presse le gouvernement soudanais d'enquêter sur l'incident, de cesser de détruire les colonies de squatters et de dédommager les victimes (HRW déc. 1994, 53; Sudan Democratic Gazette déc. 1994b, 8; Humanitarian Monitor févr. 1995, 4).

16 octobre

Le gouvernement ordonne la libération de 332 femmes détenues à la prison d'Omdurman. La plupart avaient été trouvées coupables d'avoir fait ou vendu de l'alcool (Reuters 17 oct. 1994).

Du 19 au 21 octobre

Le Sudan Democratic Gazette rapporte que de 400 à 1 000 Soudanaises ont manifesté pacifiquement à l'extérieur des locaux du HCR au Caire pour demander l'appui du gouvernement d'Egypte et dénoncer son refus d'accorder le statut de réfugié à des ressortissants soudanais. Les forces de sécurité égyptiennes battent les femmes et les empêchent de rencontrer des représentants du HCR (Sudan Democratic Gazette nov. 1994a, 6).

Du 22 au 24 octobre

Une attaque à Akot par des rebelles dirigés par Riek Machar tue plus de 100 civils dinkas, en blesse au moins 89 et force le déplacement de plus 35 000 personnes (ANB-BIA 1er janv. 1995, xiv; West Africa 20-26 févr. 1995, 259; HRW déc. 1994, 55; Sudan Democratic Gazette déc. 1994a, 5).

Novembre

Le Sudan Democratic Gazette fait état d'une rébellion armée des tribus de Beja, à l'est du Soudan, qui s'opposent à [traduction] « la concentration du pouvoir dans les mains d'une élite arabe qui nie systématiquement les besoins de l'est du Soudan » (Sudan Democratic Gazette nov. 1994b, 8). Le rapport du 30 janvier 1995 de Gaspar Biro, rapporteur spécial de l'ONU sur les droits de l'homme au Soudan, indique que les chefs des Bejas sont victimes d'arrestations arbitraires, que la propriété des membres de la tribu a été confisquée et que ceux-ci ne bénéficient pas de services de santé et d'aide comme les habitants du Nord (Nations Unies 30 janv. 1995, 15).

Human Rights Watch/Africa publie un rapport indiquant que l'APLS-Courant principal recrute et forme à des fins militaires de jeunes Soudanais « non accompagnés » résidant dans des camps éthiopiens et dans le Sud-Soudan (HRW/A nov.1994a, 3).

Dans un autre rapport, Human Rights Watch/Africa dénonce les violations des droits de la personne commises par les forces de sécurité du gouvernement dans le nord du Soudan, notamment la réinstallation de personnes déplacées de la région de Khartoum, des rafles et l'islamisation forcée de jeunes garçons déplacés, les arrestations arbitraires, la détention et la torture de membres de partis d'opposition et de syndicalistes, la restriction de la liberté de presse et l'établissement de lois concernant l'apostasie ainsi que les conditions faites aux femmes et aux non-musulmans, qui vont à l'encontre des pactes internationaux sur les droits de l'homme que le Soudan a ratifiés ou auxquels il adhère. Le rapport reprend en outre des extraits du journal d'un Nouba d'El-Obeid, dans l'Etat du Kordofan, qui raconte la réinstallation forcée par le gouvernement, entre octobre 1992 et février 1994, de personnes des monts Nouba, au nord du Bahr-el-Ghazal et au sud du Kordofan, dans des « camps de paix » du gouvernement, les mauvais traitements infligés aux femmes dans ces camps de paix, les exécutions extrajudiciaires de personnes déplacées, et le recrutement forcée de jeunes garçons par les forces gouvernementales (HRW/A nov. 1994b, 3-5).

Début novembre

Un colloque auquel assistent des Soudanaises et des représentants de l'UNICEF et d'organisations d'aide travaillant dans le Sud-Soudan porte sur le sort des femmes et des filles touchées par la guerre civile. On indique que près de la moitié des femmes déplacées sont veuves, et que les femmes et les filles sud-soudanaises sont victimes de viols commis par les soldats et doivent de plus en plus se prostituer pour gagner leur vie (IPS 14 nov. 1994).

Le Middle East International rapporte que le gouvernement et les membres de la secte d'Ansar El-Sunna ont demandé une « trêve ». Le gouvernement promet de cesser de harceler et de détenir les membres de la secte si cette dernière cesse de le critiquer. Ce geste fait suite aux avances restées sans réponse que le gouvernement a faites au PO et au PDU en septembre et en octobre (MEI 6 janv. 1995, 19-20).

Neuf coopérants étrangers travaillant à Akon et à Liet Nohm dans l'Etat du Bahr-el-Ghazal sont évacués au Kenya à la suite d'une escalade des combats entre les factions rebelles du Sud (VOA 4 nov. 1994).

10 novembre

Le chanteur populaire soudanais Khojali Osman est poignardé à mort et un autre chanteur, Abdel Gadir Salim, de même qu'un musicien sont blessés dans une attaque au Musicians' Club à Omdurman. Les fondamentalistes islamiques, appuyés par le gouvernement, sont soupçonnés. Selon Middle East International et Sudan Democratic Gazette, l'attaque s'inscrit dans une nouvelle campagne de harcèlement des artistes lancée par le gouvernement (MEI 18 nov. 1994, 11; Sudan Democratic Gazette déc. 1994c, 9).

Début décembre

Dans le cadre du programme de rapatriement des enfants parrainé par l'UNICEF, environ 490 enfants vivant dans un camp temporaire à Lafon sont réunis à leur famille dans le Sud-Soudan (Xinhua 11 déc. 1994).

Mohamed Ibrahim Khalil, ancien ministre des Affaires étrangères soudanais et président du parlement, crée à Londres l'Alliance des forces nationales du Soudan (AFNS), une nouvelle organisation politique islamique. Celle-ci rejette l'autodétermination du Sud-Soudan (Sudan Democratic Gazette janv. 1995e, 10).

5 décembre

L'Erythrée rompt ses relations diplomatiques avec le Soudan, alléguant que le gouvernement de ce pays tente de déstabiliser l'Erythrée en entraînant des rebelles dans ses camps de réfugiés érythréens. En décembre 1993, des rebelles armés soudanais seraient entrés en Erythrée et auraient provoqué un affrontement avec les forces de sécurité érythréennes (Humanitarian Monitor févr. 1995, 39; HCR 28 févr. 1995; Sudan Update 16 déc. 1994a, 1; Sudan Democratic Gazette janv. 1995f, 6).

5 et 6 décembre

Les forces de sécurité du gouvernement arrêtent et détiennent 14 fonctionnaires à Juba, parce qu'ils auraient eu des réticences à distribuer les terres autour de Juba aux ONG du nord du Soudan. Ces ONG conditionneraient leur aide à la conversion à l'islamisme (Sudan Update 3 avr. 1995b, 4).

12 décembre

Les forces de sécurité du gouvernement arrêtent et détiennent 180 personnes à la suite de victoires électorales locales du Parti communiste et du PDU à Atbara dans le nord du Soudan. On compte parmi les détenus les candidats élus et des personnes soupçonnées de soutenir l'opposition (Sudan Update 16 déc. 1994b, 2; Sudan Democratic Gazette janv. 1995d, 8).

L'APLS et le PO basé au Nord signent à Chukudum un accord qui reconnaît au Sud le droit à l'autodétermination et engage les deux groupes à travailler ensemble à établir la démocratie. Le Sudan Democratic Gazette décrit l'accord comme une « réalisation déterminante » (Sudan Democratic Gazette janv. 1995a, 1; ibid. janv. 1995b, 4).

26 décembre

Le gouvernement soudanais annonce que des milliers de rebelles de l'APLS ont capitulé à la suite « de lourdes défaites politiques, diplomatiques et militaires » subies aux mains du gouvernement (Middle East Times 31 déc. 1994).

27 décembre

Le PO, le PDU, l'APLS et les Forces alliées soudanaises (FAS) signent un accord à Asmara, en Erythrée, à l'appui du processus de paix parrainé par l'AISD (Sudan Democratic Gazette mars 1995a, 2).

29 décembre

Des dissidents du MISS dirigés par Lam Akol, Thon Arok et Peter Sule forment un nouveau groupe appelé l'APLS-Unifiée, reprenant l'ancien nom du MISS. L'autodétermination du Sud-Soudan et la réconciliation des factions rebelles du Sud constituent les objectifs du nouveau groupe (AFP 29 déc. 1994).

1995

Janvier

Amnesty International publie The Tears of Orphans: No Future Without Human Rights, rapport qui décrit les nombreuses violations des droits de la personne commises par les forces de sécurité du gouvernement et les deux factions de l'APLS (AI janv. 1995, 6).

18 janvier

Le président al-Bashir annonce que, à l'exception de rares foyers de résistance, les forces de sécurité du gouvernement ont défait le mouvement rebelle dans le Sud (IPS 18 janv. 1995). Toutefois, des reportages parus dans Le Monde et le Sudan Democratic Gazette en janvier indiquent que l'APLS-Courant principal a renforcé sa position (Le Monde 23 janv. 1995; Sudan Democratic Gazette janv. 1995c, 5).

Fin janvier

A El-Fashir, dans l'Etat du Darfour, 130 soldats sont arrêtés et détenus sans inculpation pour avoir réclamé publiquement les six mois de solde qu'on leur doit (La lettre de la FIDH 30 mars-6 avr. 1995, 5; Sudan Democratic Gazette mars. 1995b, 11). Quinze organisateurs de la manifestation sont exécutés sommairement (ibid.).

Du 23 janvier au 2 février

Une délégation mixte représentant le Puebla Institute, installé aux Etats-Unis, et l'organisation hollandaise Dorkas Aid International visite le Nord du Soudan. Dans le rapport qu'elle présente à la 51e session de la Commission des droits de l'homme de l'ONU au début de mars, elle décrit la campagne du gouvernement soudanais visant les communautés noires chrétiennes et les animistes du Sud-Soudan, de même que l'arabisation et l'islamisation d'enfants soudanais déplacés. Elle accuse également les FDP de recourir systématiquement au viol pour créer une nouvelle génération arabe (Sudan Democratic Gazette avr. 1995, 8; Nations Unies 6 mars 1995, 1-4).

30 janvier

Les Nations Unies publient le deuxième rapport présenté à la Commission des droits de l'homme par Gaspar Biro, rapporteur spécial des droits de l'homme au Soudan. Ce dernier rapport, qui est une mise à jour de celui qu'il avait présenté le 1er février 1994, est fondé sur les visites effectuées par des représentants de l'ONU, d'ONG internationales et d'organisations soudanaises, ainsi que sur des témoignages de réfugiés soudanais au Kenya, en Ouganda et en Egypte. Le gouvernement soudanais a, en effet, interdit à Biro d'entrer au Soudan depuis la publication de son premier rapport. Selon Biro, loin de s'améliorer, la situation des droits de l'homme au Soudan s'est même détériorée dans certaines régions du Sud. Il indique en outre qu'aucun changement n'a été apporté à la loi soudanaise concernant le statut des femmes et des enfants (Nations Unies 30 janv. 1995, 12, 16).

8 février

Onze personnes travaillant pour des organisations d'aide internationale sont prises en otages dans le village de Waat dans le sud de la région du Haut-Nil, par un commando dirigé par un dissident du MISS qui travaillerait pour les FDP. Tous les otages sont relâchés le 11 février (AFP 11 févr. 1995; ION 18 févr. 1995, 3).

11 février

Un nouveau cabinet de ministres est assermenté pour, apparemment, [traduction] « faire progresser le processus d'exécution des programmes du gouvernement » (Impact International mars 1995, 23; Sudan Update 3 avr. 1995c, 2; Sudan Democratic Gazette mars 1995c, 11). Selon le Sudan Democratic Gazette, le remaniement du cabinet renforce la position du FNI au sein du gouvernement (ibid.).

25 février

La police aurait battu 28 femmes ayant participé à une manifestion à Khartoum. Six sont arrêtées; détenues une journée, elles sont maltraitées et menacées. Ces femmes, qui ont manifesté en compagnie de leurs enfants, exigeaient de savoir où se trouvaient les corps de leurs parents tués par les forces de sécurité après un coup avorté en avril 1990 (AI 1er mars 1995; UPI 2 mars 1995; La lettre de la FIDH 30 mars-6 avr. 1995, 5).

16 mars

Le leader de l'APLS-Courant principal, John Garang, annoncerait la création de la « Nouvelle brigade du Soudan » (New Sudan Brigade) et se dirait prêt à mener des opérations militaires dans le Nord (MEI 31 mars 1995, 15).

25 mars

Dans leur première grande offensive contre l'AISS, les forces de sécurité du gouvernement capturent la ville de Nasir, un fief de l'AISS dans l'Etat du Haut-Nil (MEI 31 mars 1995, 15).

28 mars

Un porte-parole de l'AISS annonce que les forces de sécurité du gouvernement ont bombardé les villes de Waat et de Malual Garhouth, dans le Sud, quelques heures seulement avant qu'entre en vigueur un accord de cessez-le-feu de deux mois conclu entre les rebelles du Sud et le gouvernement. Selon le président al-Bashir, ce cessez-le-feu vise à souligner le travail accompli par l'ancien président américain Jimmy Carter, qui est au Soudan pour aider à organiser une campagne visant à éradiquer la dracunculose et à prévenir l'onchocercose (AFP 28 mars 1995).

11 avril

Le gouvernement adopte une nouvelle loi qui autorise la détention préventive pendant six mois et la détention à des fins d'enquête pendant un mois pour des raisons de sécurité nationale, ainsi que l'emprisonnement, pendant cinq ans, des membres des forces de sécurité accusant injustement des collègues. La nouvelle loi dispose, en outre, que les femmes ne peuvent être interrogées qu'en présence d'un gardien, et que les femmes ne peuvent être détenues qu'avant 14 h et seulement à la prison d'Omdurman (AFP 12 avr. 1995; Middle East Times 16-22 avr. 1995; Sudan Democratic Gazette mai 1995a, 8).

17 et 18 avril

Les rebelles du MISS affirment que le gouvernement intensifie les bombardements des collines de Lopit, dans le Sud-Soudan, contrevenant ainsi à l'accord de cessez-le-feu conclu le 28 mars (voir l'article du 28 mars 1995) (AFP 18 avr. 1995).

23 avril

Après des mois de tensions, l'Ouganda rompt ses relations diplomatiques avec le Soudan. Les deux gouvernements s'accusent mutuellement de soutenir les rebelles de l'autre pays (AFP 24 avr. 1995; Sudan Democratic Gazette mai 1995b, 10).

26 avril

Le MISS et l'APLS-Courant principal signent un accord de cessez-le-feu qui autorise leurs troupes, les civils et les organisations d'aide à se déplacer librement dans les zones qu'ils contrôlent. Ils invitent d'autres groupes rebelles du Sud-Soudan à ratifier l'accord (AFP 26 avr. 1995).

Fin avril

Le gouvernement soudanais aurait refusé de renouveler le visa de quatre missionnaires étrangers, notamment trois Italiens de l'ordre des Comboniens et un Indien de l'ordre des Salésiens, et leur aurait ordonné de quitter le pays avant le 26 avril (AFP 21 avr. 1995).

ANNEXE I: LISTE DES ETATS DU SOUDAN

Etat             Capitale

Bahr-el-Gebel    Juba

Haut-Nil            Malakal

Mer Rouge        Port-Soudan

Lacs   Rumbek

Gézirah              Wad Medani

Darfour méridional          Nyala

Jonglei              Bor

Kordofan méridional       Kadugli

Khartoum         Khartoum

Sennar               Sinja

Equatoria orientale          Kapoéta

Bahr-el-Ghazal                 Aweil

Darfour septentrional     El-Fashir

Kordofan septentrional El-Obeid

Etat du Nord    Dongola

Gedaref             Gedaref

Kordofan occidental       El-Fula

Equatoria occidentale     Yambio

Bahr-el-Ghazal occidental              Wau

Darfour occidental          El-Geneina

Kassala             Kassala

Nahr al-Nil        Ed-Damer

Nil blanc           Rabak

Nil bleu             Damazin

Warab               Warab

Unité Bentiu

Source : Sudan Update 17 févr. 1994, p. 3.

ANNEXE II : A PROPOS DE CERTAINES SOURCES

Impact International

Impact International, fondé à Londres, au Royaume-Uni en 1971, est une revue pro-musulmane qui examine la politique dans différents pays et qui appartient au News and Media Ltd.

The Indian Ocean Newsletter

The Indian Ocean Newsletter est un bulletin hebdomadaire publié à Paris par Indigo Publications Group et couvre les événements diplomatiques, politiques et économiques dans les pays africains donnant sur l'océan Indien. Il paraît en anglais et en français.

Sudan Democratic Gazette

Sudan Democratic Gazette, fondée à Londres, au Royaume-Uni en juin 1990, est une revue mensuelle indépendante de l'actualité soudanaise. Bona Malwal, qui en est le rédacteur, le rédacteur en chef et l'éditeur, est un journaliste du Sud-Soudan. Ancien ministre de la culture et de l'information dans le gouvernement Nimeiri, Malwal a démissionné après que ce dernier eut abrogé l'accord d'Addis-Ababa conclu en 1982 [ Pour de l'information sur l'accord d'Addis-Ababa, veuillez consulter l'article de mars 1972 dans le document de la DGDIR intitulé Soudan : chronologie des événements de décembre 1955 à mars 1983.], et a été emprisonné de janvier 1983 à mars 1984. Il a été le rédacteur en chef du Sudanow de 1975 à 1978 et du Sudan Times de 1986 à 1989, date à laquelle la publication en a été interdite à la suite du coup militaire survenu en juin 1989. Malwal n'appartient à aucun parti politique et travaille avec toutes les forces de l'opposition soudanaise.

Sudan Human Rights Voice

Lancée en janvier 1992, Sudan Human Rights Voice est une publication mensuelle de l'organisation non gouvernementale des droits de l'homme du Soudan (SHRO), qu'il ne faut pas confondre avec l'organisation gouvernementale du même nom. D'abord fondée au Soudan en 1984, la SHRO compte parmi les quelques associations civiles interdites à la suite du coup militaire de juin 1989. Elle a repris ses activités en décembre 1991 à partir de sa nouvelle base à Londres, au Royaume-Uni. L'organisation réunit et diffuse des renseignements sur les violations des droits de la personne commises par le régime soudanais actuel, notamment les renvois, les détentions sans procès, la torture et les exécutions sommaires, et défend et aide les victimes de telles violations. Il fait campagne contre celles-ci par l'entremise des médias et de conférences, et donne de la formation sur les droits de la personne.

Sudan Update

Lancé en juin 1989, le Sudan Update est une revue bimensuelle de l'actualité soudanaise fondée sur diverses sources de médias internationaux. Il est publié par le Comité pour la paix et la reconstruction au Soudan, lequel cherche à mieux faire comprendre le conflit et la famine qui sévissent actuellement et à attirer l'attention de la communauté internationale sur ces problèmes. Le Comité parraine des événements aussi à l'occasion et publie les travaux de conférences.

REFERENCES

African News Bulletin-Bulletin d'Information Africaine (ANB-BIA) [Bruxelles]. 1er janvier 1995. No 271. « Chronologie : 1er juillet-12 décembre 1994 : Soudan ».

Agence France Presse (AFP). 26 avril 1995. « Cessez-le-feu entre les deux principales factions rebelles du sud du Soudan ». (NEXIS)

Agence France Presse (AFP). 24 avril 1995. « Uganda Severs Diplomatic Relations with Sudan Amid Distrust Over Rebels ». (NEXIS)

Agence France Presse (AFP). 21 avril 1995. « Expulsion de missionnaires du Soudan, selon un ordre religieux ». (NEXIS)

Agence France Presse (AFP). 18 avril 1995. « Sudanese Rebels Claim Government Intensifying Bombings in South ». (NEXIS)

Agence France Presse (AFP). 12 avril 1995. « New Sudanese Security Law Allows Six-Month Preventative Arrests ». (NEXIS)

Agence France Presse (AFP). 28 mars 1995. « Sudanese Rebels Claim Government Bombings Despite Ceasefire ». (NEXIS)

Agence France Presse (AFP). 11 février 1995. « Libération de cinq collaborateurs humanitaires détenus au sud Soudan ». (NEXIS)

Agence France Presse (AFP). 29 décembre 1994.« Nouvelle scission de la guérilla sud-soudanaise ». (NEXIS)

Agence France Presse (AFP). 17 mai 1994. Marie Sanz. « Signature d'un accord sur l'acheminement des secours dans le sud du Soudan entre le gouvernement soudanais et les rebelles ». (NEXIS)

Agence France Presse (AFP). 23 mars 1994. Jean-Louis de la Vaissière. « Khartoum et les rebelles signent un accord sur l'aide humanitaire aux populations du sud du Soudan ». (NEXIS)

Agence France Presse (AFP). 7 mars 1994. « Rebels Release UN Workers ». (NEXIS)

Agence France Presse (AFP). 7 février 1994. Christian Millet. « Dix-huit personnes auraient été tuées dans un nouveau raid de l'aviation de Khartoum ». (NEXIS)

Agence France Presse (AFP). 5 février 1994a. Christophe Parayre. « La police soudanaise décrète l'état d'alerte générale pour retrouver les auteurs de la tuerie de vendredi ».(NEXIS)

Agence France Presse (AFP). 5 février 1994b. Christophe Parayre. « L'aviation de Khartoum bombarde des camps de réfugiés sudistes, selon un responsable américain ». (NEXIS)

Agence France Presse (AFP). 26 novembre 1993. Marie Sanz. « Les Etats-Unis condamnent des attaques aériennes au sud Soudan ». (NEXIS)

Agence France Presse (AFP). 12 novembre 1993a. Sophie Pons. « Manifestations à Khartoum: près de 300 étudiants arrêtés ». (NEXIS)

Agence France Presse (AFP). 12 novembre 1993b. Philippe Bernes-Lasserre. « Le président soudanais offre l'amnistie aux rebelles qui déposent les armes ». (NEXIS)

Agence France Presse (AFP). 16 octobre 1993. Isabelle Astigarraga. « Le général Bechir nommé président du Soudan, après la dissolution du Conseil de Commandement de la Révolution ». (NEXIS)

Agence France Presse (AFP). 29 août 1993. Andres Perez-Correa. « Les rebelles soudanais lancent une contre-offensive contre les troupes de Khartoum ». (NEXIS)

Agence France Presse (AFP). 29 juillet 1993. Michel Moutot. « Plus de 100 morts dans des luttes entre clans d'une même tribu, selon Khartoum ». (NEXIS)

Agence France Presse (AFP). 19 juillet 1993. « Rebel Factions Battle in Southern Sudan, Relief Operations Suspended ». (NEXIS)

Agence France Presse (AFP). 29 mai 1993. Michael Alder. « Zone démilitarisée dans le Sud : Khartoum rejette toute intervention étrangère ». (NEXIS)

Agence France Presse (AFP). 19 avril 1993a. « Sudanese Rebels, Parties Reach Accord on Issues of Interim Constitution ». (NEXIS)

Agence France Presse (AFP). 19 avril 1993b. « Ceasefire, Fresh Talks, Raise Peace Hopes in Sudan ». (NEXIS)

Amnesty International (AI). 1er mars 1995. Sudan: Security Police Target Women Protestors for Beatings and Threats. (AI Index : AFR 54/WU 08/95). Londres : Amnesty International.

Amnesty International (AI). Janvier 1995. « The Tears of Orphans »: No Future Without Human Rights. (AI Index : AFR 54/02/95). New York : Amnesty International.

Amnesty International (AI). 25 janvier 1995. Briefing Leaflet. (AI Index : AFR 54/53/94). « Human Rights Abuses Against Women: Sudan ». Londres : Amnesty International.

Amnesty International (AI). 1994. Amnesty International Report 1994. Londres : Amnesty International.

Amnesty International (AI). Septembre 1994. Sudan: Outside the War Zones: Secret Detention and Torture in Northern Sudan. (AI Index : AFR 54/31/94). Londres : Amnesty International.

Amnesty International (AI). 29 septembre 1993. Sudan: The Ravages of War: Political Killings and Humanitarian Disaster. (AI Index : AFR 54/29/93). Londres : Amnesty International.

Amnesty International Focus [Londres]. Février 1995. Vol. 25, no 2. « Living in a State of Fear ».

The Associated Press (AP). 7 mars 1994. PM Cycle. « Southern Rebels Free U.N. Workers in Sudan ».

BBC Summary of World Broadcasts. 27 mai 1994. « SPLM/SPLA Rebel Faction Announces Formation of "New Sudan" Administration ». (NEXIS)

BBC Summary of World Broadcasts. 18 février 1994. « Armed Forces CGS Denies Zairean Involvement in Sudanese Conflict ». (NEXIS)

BBC Summary of World Broadcasts. 15 novembre 1993. « Khartoum University Students Demonstrate, Claim Islamist Election Win Was Rigged ». (NEXIS)

BBC Summary of World Broadcasts. 22 juin 1993. « Sudan: SPLA Factions Meet in Nairobi, Agree on Cease-fire ». (NEXIS)

BBC Summary of World Broadcasts. 11 mai 1993. « Sudan; Radio Reports Further SPLA Split, Faction Fighting, Arms From Unnamed State ». (NEXIS)

BBC Summary of World Broadcasts. 7 avril 1993. « Three Southern Rebel Groups Unite Under Riak Machar; Declare Cease-fire ». (NEXIS)

Burr, Millard. Octobre 1993. A Working Document: Quantifying Genocide in the Southern Sudan 1983-1993. Washington, DC : U.S. Committee for Refugees.

Comité des droits de l'enfant des Nations Unies. 2 août 1993. (CRC/C/3/Add.20). Consideration of Reports Submitted by States Parties Under Article 44 of the Convention: Initial Reports of States Parties due in 1992: Addendum: Sudan.

Conseil économique et social des Nations Unies. 6 mars 1995. (E/CN.4/1995/NGO/50). Written Statement Submitted by Christian Solidarity International, a Non-Governmental Organization on the Roster: Disappearances and « Cultural Cleansing" of Children in the Sudan.

Conseil économique et social des Nations Unies. 30 janvier 1995. (E/CN.4/1995/58). Situation of Human Rights in the Sudan: Report of the Special Rapporteur, Mr. Gaspar Biro, Submitted in Accordance with Commission on Human Rights Resolution 1994/79.

Conseil économique et social des Nations Unies. 1er février 1994. (E/CN.4/1994/48). Situation of Human Rights in the Sudan: Report of the Special Rapporteur, Mr. Gaspar Biro, Submitted in Accordance with Commission on Human Rights Resolution 1993/60.

Country Reports on Human Rights Practices for 1993. 1994. Département d'Etat des Etats-Unis. Washington, DC : United States Government Printing Office.

Courrier de l'ACAT [Paris]. Avril 1995. No 154. Armand Addès. « Soudan : un pays déchiré ».

Deng, Aldo Ajou. 2 mars 1994. « Human Rights Violations in Sudan ». Exposé à la cinquantième session de la Commission des droits de l'homme aux Nations Unies.

Le Devoir [Montréal]. 16 février 1994. « Un sudiste vice-président ».

Documentation Réfugiés [Paris]. 10-23 mai 1994. No 242. « Soudan ».

The Economist [Londres]. 5-11 mars 1994. « Human Rights and Islam: Sudan Cites Higher Authority ».

The Economist [Londres]. 7-13 août 1993. « Sudan: Jihad ».

Federal News Service. 22 mars 1995. « Prepared Testimony of John Eibner, Assistant to the International President, Christian Solidarity, Before the House Committee on International Relations, Subcommittee on Africa ». (NEXIS)

Friends Committee on National Legislation (FCNL). 15 mars 1994. « Background on War in Sudan ». (Web)

Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR). 28 février 1995. UNHCR Fact Sheet: Sudan. (Web)

Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR). 15 novembre 1994. UNHCR Fact Sheet: Sudan. (Web)

Human Rights Watch (HRW). Décembre 1994. Human Rights Watch World Report 1995. New York : Human Rights Watch.

Human Rights Watch/Africa (HRW/A). Novembre 1994a. Vol. 6, no 10. Sudan: The Lost Boys: Child Soldiers and Unaccompained Boys in Southern Sudan. New York : Human Rights Watch.

Human Rights Watch/Africa (HRW/A). Novembre 1994b. Vol. 6, no 9. Sudan: « In the Name of God": Repression Continues in Northern Sudan. New York : Human Rights Watch.

Human Rights Watch/Africa (HRW/A). Juin 1994. Civilian Devastation: Abuses by All Parties in the War in Southern Sudan. New York : Human Rights Watch.

Humanitarian Monitor. Février 1995. No 2. « Khartoum's Dispossessed ».

Impact International [Londres]. Mars 1995. Vol. 25, no 5. Danladi Adamu. « A New Team Takes Charge!: Aim to Excel in Achieving Its Goals ».

The Independent [Londres]. 10 février 1994. Richard Dowden. « Fleeing from Their Camp ». (African News Bulletin-Bulletin d'Information Africaine (ANB-BIA) [Bruxelles]. 1er mars 1994. No 253, p. 6-7)

The Independent [Londres]. 6 avril 1993. Richard Dowden. « Former Sudanese Leader Arrested in Khartoum ». (NEXIS)

The Indian Ocean Newsletter (ION) [Paris]. 18 février 1995. No 659. « Sudan: Lessons of a Hostage-Grab ».

The Indian Ocean Newsletter (ION) [Paris]. 11 juillet 1994. « Sudan: More War Before More Talks ».

The Indian Ocean Newsletter (ION) [Paris]. 25 juin 1994. No 629. « Notes: Sadik el-Mahdi (Sudan) ».

The Indian Ocean Newsletter (ION) [Paris]. 19 février 1994. No 611. « Sudan ».

The Indian Ocean Newsletter (ION) [Paris]. 12 février 1994. No 610. « Sudan: Attack on a Mosque ».

The Indian Ocean Newsletter (ION) [Paris]. 6 novembre 1993. No 597. « Sudan: A "New" Government ».

The Indian Ocean Newsletter (ION) [Paris]. 23 octobre 1993. No 595. « Sudan: Military Council Wound Up ».

The Indian Ocean Newsletter (ION) [Paris]. 9 octobre 1993. No 593. « Alfred Lado Gore (Sudan) ».

The Indian Ocean Newsletter (ION) [Paris]. 5 juin 1993. No 578. « Sudan: Rival SPLA Factions Stop Shooting ».

The Indian Ocean Newsletter (ION) [Paris]. 15 mai 1993. No 575. « Sudan: Update on Flagging Abuja Talks ».

The Indian Ocean Newsletter (ION) [Paris]. 24 avril 1993. No 572. « Sudan: And Back in Abuja... ».

Info-Soudan [Montréal]. 15 mars 1994. No 5. « Le chemin de la guerre ». (Web)

Inter Press Service (IPS). 18 janvier 1995. Nhial Bol. « Sudan-Politics: Khartoum Claims Final Victory over Rebels ». (NEXIS)

Inter Press Service (IPS). 16 janvier 1995. Nhial Bol. « Sudan-Women: Equal Rights Still Not Attained ». (NEXIS)

Inter Press Service (IPS). 14 novembre 1994. Maura Adams. « Sudan-Human Rights: War in the South Adds to Women's Suffering ». (NEXIS)

Inter Press Service (IPS). 18 octobre 1994. Nhial Bol and Horace Awori. « Sudan-Refugees: Controversial Plan to Resettle Displaced Persons ». (NEXIS)

Inter Press Service (IPS). 4 août 1994. Nhial Bol. « Sudan-Women: Call for End to Circumcision Angers Conservatives ». (NEXIS)

Inter Press Service (IPS). 22 juillet 1994. Horace Awori. « Sudan-Politics: Khartoum Declares Unilateral Cease-fire ». (NEXIS)

Inter Press Service (IPS). 21 juin 1994. Nhial Bol. « Sudan-Politics: Former Prime Minister Detained ». (NEXIS)

Inter Press Service (IPS). 1er mars 1994. « Sudan-Politics: U.N. Demands Rebels to Free Aid Workers ». (NEXIS)

Inter Press Service (IPS). 14 février 1994. Nhial Bol. « Sudan-Human Rights: Military Gets Tough on Journalists ». (NEXIS)

Inter Press Service (IPS). 2 novembre 1993. Horace Awori. « Sudan: Fighting Flares, Again, Between Rival Rebel Factions ». (NEXIS)

Inter Press Service (IPS). 7 septembre 1993. Horace Awori. « Sudan: Rebels Say They Shot Down Khartoum Plane ». (NEXIS)

Jeune Afrique [Paris]. 4-10 août 1994. No 1752. Gwenaelle Lenoir. « Soudan : l'ennemi de mon ennemi ».

Jeune Afrique [Paris]. 14-20 juillet 1994. No 1749. Gwenaelle Lenoir. « Soudan : le double jeu de Sadiq al-Mahdi ».

Jeune Afrique [Paris]. 20-26 janvier 1994. No 1724. Marc Yared. « Soudan : défection spectaculaire ».

Jeune Afrique [Paris]. 16-22 décembre 1993. No 1719. Marc Yared. « Islamistes de tous les pays... ».

Lawyers Committee for Human Rights (LCHR). Juillet 1994. Critique: Review of the U.S. Department of State's Country Reports on Human Rights Practices for 1993. New York : LCHR.

La lettre de la FIDH [Paris]. 30 mars-6 avril 1995. No 580-581. « Soudan : nouvelles atteintes aux droits de l'homme au Soudan ».

La lettre de Reporters sans frontières [Paris]. Mai 1994. « Soudan : trop critique ».

La lettre de Reporters sans frontières [Paris]. Avril 1994. « Soudan : papier mâché ».

La lettre de Reporters sans frontières [Paris]. Mai 1993. « Soudan : les autorités annoncent la prochaine privatisation de la presse ».

Libération [Paris]. 31 juillet 1994. « [Le chiffre] 200 apostats risquent la mort au Soudan ».

Libération [Paris]. 24 juillet 1994. « Soudan ».

Libération [Paris]. 21 juillet 1994. « Soudan ».

Libération [Paris]. 15 février 1994. Stephen Smith. « Soudan : Khartoum assaille le Sud ». (African News Bulletin-Bulletin d'Information Africaine (ANB-BIA) [Bruxelles]. 1er mars 1994. No 253, pp. 5-6)

Manchester Guardian Weekly [Londres]. 20 février 1994. Jean Hélène. « Sudan Prepares for an Annual Tragedy ».

Marchés Tropicaux [France]. 20 mai 1994. « Soudan : nouvelles structures de la rébellion sudiste ». (African News Bulletin-Bulletin d'Information Africaine (ANB-BIA) [Bruxelles]. 15 juin 1994. No 260, p. 18)

Middle East International (MEI) [Londres]. 31 mars 1995. No 497. Gill Lusk. « Sudan: Nasir Falls ».

Middle East International (MEI) [Londres]. 6 janvier 1995. No 491. Abdel Salam Sidahmed. « Mosque and State in Sudan ».

Middle East International (MEI) [Londres]. 18 novembre 1994. No 488. Gill Lusk. « Sudan: A New Martyr ».

Middle East International (MEI) [Londres]. 5 août 1994. No 481. Gill Lusk. « Sudan: Conciliatory Gestures ».

Middle East International (MEI) [Londres]. 1er avril 1994. No 472. Gill Lusk. « Sudan: Stalemate All Round ».

Middle East International (MEI) [Londres]. 18 mars 1994. No 471. Gill Lusk. « Sudan: Rage at Biro's Report ».

Middle East International (MEI) [Londres]. 4 mars 1994. No 470. Gill Lusk. « Sudan: Fury Over Biro ».

Middle East International (MEI) [Londres]. 5 novembre 1993. No 462. Gill Lusk. « Sudan: SPLA Reconciliation ».

Middle East International (MEI) [Londres]. 22 octobre 1993. No 461. Gill Lusk. « Sudan: Cosmetic Changes ».

Middle East Times [Athènes]. 16-22 avril 1995. « Sudan Passes New Security Law ».

Middle East Times [Athènes]. 31 décembre 1994. « SPLA Defeat Sparks Defections ».

Middle East Times [Athènes]. 26 juin 1994. « Bashir Takes Rebel SPLA Center ».

Middle East Times [Athènes]. 17 avril 1994. « Sudanese Newspaper Closed ».

Le Monde [Paris]. 23 janvier 1995. Hélène Jean. « Offensive et contre-offensive dans le sud du Soudan ». (NEXIS)

Le Monde [Paris]. 27 août 1993. « Soudan : plus de 100 000 personnes ont fui le sud du pays ». (NEXIS)

The Ottawa Citizen. 7 septembre 1993. Dernière édition. Richard Dowden. « Flogged Sudanese Bishop Says Christians Persecuted ». (NEXIS)

La Presse [Montréal]. 17 octobre 1993. « Soudan : la junte se choisit un président ».

Reuters. 30 mai 1995. Cycle BC. «Sudan Bans Two Private Newspapers ». (NEXIS)

Reuters. 17 octobre 1994. Cycle BC. « Sudan Pardons Women Prisoners ». (NEXIS)

Reuters. 4 avril 1994. Cycle BC. « Sudan Government Shuts Only Independent Newspaper ». (NEXIS)

Reuters. 14 février 1994. Cycle BC. « Sudan Rebels Repulse Government Attack on Town ». (NEXIS)

Reuters. 11 février 1994. Cycle BC. Alfred Taban. « Sudan Orders Sharia Dress Code, Segregated Classes ». (NEXIS)

Reuters. 6 février 1994. Cycle BC. Alfred Taban. « Sudanese Forces Kill Two After Mosque Attack ». (NEXIS)

Reuters. 30 juillet 1993. Cycle AM. « 108 Killed in Sudan Clan Battle ». (NEXIS)

Scottish Churches' Sudan Group. 29 juin 1994. No 9. « Arrest of Al Sadiq Al Mahdi ». (HRNet)

Scottish Churches' Sudan Group. 30 mai 1994. No 8. « Demonstrations Around Khartoum ». (HRNet)

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Mai 1995a. No 60. « Repression Increases as Search for New Recruits Proves Problematic for the Regime ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Mai 1995b. No 60. « In a Move That Threw Ice Onto the Libyan Mediation: Kampala Breaks Off Diplomatic Relations with Khartoum ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Avril 1995. No 59. « US-Dutch Team Finds New Evidence of Cultural Cleansing in Sudan ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Mars 1995a. No 58. « DUP Wriggles Out of an Agreement and Casts Doubt on the NDA's Seriousness ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Mars 1995b. No 58. « Repression Extends to Soldiers as Economy Wanes ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Mars 1995c. No 58. « Islamic Militarists Hand Over Power to NIF in the Latest Reshuffle ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Janvier 1995a. No 56. « SPLA and Umma Give Unity, Democracy and Freedom a Chance ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Janvier 1995b. No 56. « Political Agreement Between the Umma Party and the SPLM/SPLA ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Janvier 1995c. No 56. « By Practical Demonstration, Regime Admits the SPLA is Alive and Well ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Janvier 1995d. No 56. « Renewed Widespread Arrests and Torture Reported from Atbara ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Janvier 1995e. No 56. « Professor Khalil's ASNF Prescribes Old Medicine for Sudan's Problems ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Janvier 1995f. No 56. « Eritrea and Uganda Call Khartoum's Bluff Over Common Borders ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Décembre 1994a. No 55. « Following the Akot Massacre: Is the SSIM an Army of Cattle Rustlers? ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Décembre 1994b. No 55. « European Union Acts on Sudan ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Décembre 1994c. No 55. « To Scare the Cultural Community: Fundamentalists Assassinate Singer ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Novembre 1994a. No 54. « Egypt Uses Force to Disperse Southern Sudanese Women Demonstrators ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Novembre 1994b. No 54. « The Beja Tribes: Background to the Events in Eastern Sudan ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Octobre 1994a. No 53. « Khartoum Moves in Reinforcements from the North to Finish the Job ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Octobre 1994b. No 53. « IGADD Stays the Course in Spite of Khartoum's Arrogance ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Août 1994a. No 51. « The IGADD Mediators Oblige Khartoum to Discuss the Taboo Topics ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Août 1994b. No 51. « Further Marginalising the Displaced, Khartoum Expels 50,000 Refugees ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Juillet 1994a. No 50. « Eliaba Surur is Tortured as the Regime Continues Its Vendetta ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Juillet 1994b. No 50. « Trial of the Terrorist Killers at Omdurman Mosque is On and Off ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Juin 1994. No 49. « SPLA Opponents Attempt to Discredit National Convention ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Mai 1994a. No 48. « The Vicious Return to Ghost House Torture ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Mai 1994b. No 48. « SPLA Answers Critics by Holding Its First National Convention ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Avril 1994a. No 47. « Human Rights Commission Renews Mandate of Special Rapporteur ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Avril 1994b. No 47. « Khartoum's Show Trials to Reach Predetermined Death Sentences ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Mars 1994. No 46. « Bloodbath at Friday Prayers: Finger Pointed at Regime ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Février 1994a. No 45. « Another Final Dry Season Offensive is Launched in the South ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Février 1994b. No 45. « El Beshir Shuns IGADD Peace Efforts ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Février 1994c. No 45. « Aldo's Defection Gives Khartoum Food for Thought ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Février 1994d. No 45. « Agreement by the SPLA Factions ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Janvier 1994. No 44. « Could the Debate on Self-Determination Sound the Death Knell for the NDA?"

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Décembre 1993. No 43. « Regime Steps Up Atrocities as It Loses Its Nerve ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Novembre 1993a. No 42. « The Worst May Have Already Happened to Brigadier El Faki ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Novembre 1993b. No 42. « An Agreement Missing a Signature is Still Worth Something ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Novembre 1993c. No 42. « Was the Bishop Framed? ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Novembre 1993d. No 42. « A New Wave of Terror in the Nuba Mountains ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Novembre 1993e. No 42. « Disturbances in Khartoum ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Octobre 1993a. No 41. « Flogging of Bishop Underscores Regime's Criminal Nature ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Octobre 1993b. No 41. « Old Ways and Habits Do Not Die Easily! ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Juillet 1993. No 38. « Fresh Wave of Arrests and Dismissals in Khartoum ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Juin 1993a. No 37. « Abuja Two: The Predicted Result ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Juin 1993b. No 37. « Regime Confiscates Mahdi Centre as It Steps Up Arrests ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Juin 1993c. No 37. « Khartoum Rejects Nigerian Initiative as Abuja Two Fails ».

Sudan Democratic Gazette [Londres]. Mai 1993. No 36. « NDA Resolves to Separate Religion from Politics ».

Sudan Human Rights Voice [Londres]. Avril 1994a. Vol. 3, no 4. « Paper Shut and Its Journalists Held ».

Sudan Human Rights Voice [Londres]. Avril 1994b. Vol. 3, no 4. « Detention of Prominent Umma Party Woman ».

Sudan Human Rights Voice [Londres]. Avril 1994c. Vol. 3, no 4. « Abu Araki Back to Big Audiences ».

Sudan Human Rights Voice [Londres]. Avril 1994d. Vol. 3, no 4. « Khartoum to Block Biro ».

Sudan Human Rights Voice [Londres]. Avril 1994e. Vol. 3, no 4. « Journalist Still in Detention ».

Sudan Human Rights Voice [Londres]. Avril 1994f. Vo. 3, no 4. « Mr. Sid Ahmad al-Husayn Re-arrested ».

Sudan Human Rights Voice [Londres]. Mars 1994a. Vol. 3, no 3. « Inter-Islamic Jihad: Ansar al-Sunna Attacked ».

Sudan Human Rights Voice [Londres]. Mars 1994b. Vol. 3, no 3. « 26 Students Suspended ».

Sudan Human Rights Voice [Londres]. Février 1994a. Vol. 3, no 2. « Aldo Ajou Attacks Regime on Failure to Deliver Progress ».

Sudan Human Rights Voice [Londres]. Février 1994b. Vol. 3, no 2. « University of Khartoum: Still Carrying the Torch ».

Sudan Human Rights Voice [Londres]. Février 1994c. Vol. 3, no 2. « Islamic Dress Law for Female Students ».

Sudan Human Rights Voice [Londres]. Février 1994d. Vol. 3, no 2. « Soccer Fans Face Islamisation ».

Sudan Human Rights Voice [Londres]. Janvier 1994. Vol. 3, no 1. « Women's Rights Symposium ».

Sudan Human Rights Voice [Londres]. Décembre 1993a. Vol. 2, no 12. « Student Unrest at Khartoum University ».

Sudan Human Rights Voice [Londres]. Décembre 1993b. Vol. 2, no 12. « Opposition Leader Sid-Ahmad al-Husayn is Re-arrested ».

Sudan Human Rights Voice [Londres]. Décembre 1993c. Vol. 2, no 12. « Interrogation of Former Prime Minister ».

Sudan Human Rights Voice [Londres]. Décembre 1993d. Vol. 2, no 12. « Fear of Music: Abu Araki Banned from Campus ».

Sudan Human Rights Voice [Londres]. Octobre 1993a. Vol. 2, no 10. « Brigadier Testifies to Being Brutally Tortured ».

Sudan Human Rights Voice [Londres]. Octobre 1993b. Vol. 2, no 10. « SHRV Support Deng Move on the Displaced ».

Sudan Human Rights Voice [Londres]. Octobre 1993c. Vol. 2, No 10. « Catholic School in Islamic Dress Uniform Row ».

Sudan Human Rights Voice [Londres]. Septembre 1993a. Vol. 2, no 9. « Over 100,000 Seek Refuge in Uganda ».

Sudan Human Rights Voice [Londres]. Septembre 1993b. Vol. 2, no 9. « Fresh Fighting Shatters Sudan Peace Truce ».

Sudan Human Rights Voice [Londres]. Septembre 1993c. Vol. 2, no 9. « Military Seek to Clean Out Nuba Mountains ».

Sudan Human Rights Voice [Londres]. Septembre 1993d. Vol. 2, no 9. « Clinton Brands Sudan Terrorist ».

Sudan Human Rights Voice [Londres]. Juillet 1993. Vol. 2, no 7. « Famine Triangle Open to Relief After Rebel Pull-out ».

Sudan Human Rights Voice [Londres]. Juin 1993. Vol. 2, no 6. « Top Communist Re-arrested ».

Sudan Human Rights Voice [Londres]. Mai 1993. Vol. 2, no 5. « Crack-down on Trade Unionists ».

Sudan Human Rights Voice [Londres]. Avril 1993a. Vol. 2, no 4. « Ex-Premier Detained ».

Sudan Human Rights Voice [Londres]. Avril 1993b. Vol. 2, no 4. « New Arrests Reported ».

Sudan Update [Londres]. 3 avril 1995a. Vol. 6, no 5. « Al-Fashir Soldiers Detained ».

Sudan Update [Londres]. 3 avril 1995b. Vol. 6, no 5. « Juba Land Redistribution-Objectors Detained ».

Sudan Update [Londres]. 3 avril 1995c. Vol. 6, no 5. « Ministerial Changes ».

Sudan Update [Londres]. 16 décembre 1994a. Vol. 5, no 21. « Antagonism Between Sudan and Eritrea ».

Sudan Update [Londres]. 16 décembre 1994b. Vol. 5, no 21. « 180 Arrested in Atbara ».

Sudan Update [Londres]. 13 octobre 1994a. Vol. 5, no 17. « New Name for SPLA-United ».

Sudan Update [Londres]. 13 octobre 1994b. Vol. 5, no 17. « Hanged for Mosque Attack ».

Sudan Update [Londres]. 30 septembre 1994. Vol. 5, no 16. « Crucifixion Sentence Lifted ».

Sudan Update [Londres]. 3 août 1994a. Vol. 5, no 13. « SPLA Factions Clash in Bahr al-Ghazal ».

Sudan Update [Londres]. 3 août 1994b. Vol. 5, no 13. « 50,000 Displaced People Expelled ».

Sudan Update [Londres]. 14 juillet 1994a. Vol. 5, no 12. « Sadiq al-Mahdi Released ».

Sudan Update [Londres]. 14 juillet 1994b. Vol. 5, no 12. « Civilian Devastation in Southern Sudan ».

Sudan Update [Londres]. 14 juillet 1994c. Vol. 5, no 12. « Lawyer Under Threat ».

Sudan Update [Londres]. 30 juin 1994. Vol. 5, no 11. « Third Round of Peace Talks for July 18 ».

Sudan Update [Londres]. 20 mai 1994a. Vol. 5, no 9. « Garang Announces "New Sudan" ».

Sudan Update [Londres]. 20 mai 1994b. Vol. 5, no 9. « Gezira University Students Dismissed ».

Sudan Update [Londres]. 30 avril 1994a. Vol. 5, no 8. « Demonstrations in Wad Medani ».

Sudan Update [Londres]. 30 avril 1994b. Vol. 5, no 8. « Sudan Airways Skyjacked ».

Sudan Update [Londres]. 30 avril 1994c. Vol. 5, no 8. « Umma Politicians Held ».

Sudan Update [Londres]. 15 avril 1994a. Vol. 5, no 7. « European Arms Embargo ».

Sudan Update [Londres]. 15 avril 1994b. Vol. 5, no 7. « Biro and Blasphemy ».

Sudan Update [Londres]. 30 mars 1994a. Vol. 5, no 6. « Nairobi Talks Recess After Relief Agreement ».

Sudan Update [Londres]. 30 mars 1994b. Vol. 5, no 6. « Papers Suspended for Criticism ».

Sudan Update [Londres]. 30 mars 1994c. Vol. 5, no 6. « Sid Ahmed Al-Hussein Rearrested ».

Sudan Update [Londres]. 15 mars 1994. Vol. 5, no 5. « Nimule Area Bombed ».

Sudan Update [Londres]. 17 février 1994a. Vol. 5, no 4. « Mundri Falls to Government Advance ».

Sudan Update [Londres]. 17 février 1994b. Vol. 5, no 4. « "Foreigners" Among Mosque Attack Suspects ».

Sudan Update [Londres]. 17 février 1994c. Vol. 5, no 4. « New States for Old ».

Sudan Update [Londres]. 17 février 1994d. Vol. 5, no 4. « Southern Government Appointees ».

Sudan Update [Londres]. 17 février 1994e. Vol. 5, no 4. « Cover-Up Code for Female Students ».

Sudan Update [Londres]. 7 février 1994a. Vol. 5, no 3. « Machine-Gun Attack on Mosque ».

Sudan Update [Londres]. 7 février 1994b. Vol. 5, no 3. « "Sudan Invincible Forces of Democracy" ».

Sudan Update [Londres]. 7 février 1994c. Vol. 5, no 3. « Re-Division Approved ».

Sudan Update [Londres]. 7 février 1994d. Vol. 5, no 3. « "Federal Democratic Alliance" ».

Sudan Update [Londres]. 7 février 1994e. Vol. 5, no 3. « High Altitude Bombing Intensified ».

Sudan Update [Londres]. 17 janvier 1994a. Vol. 5, no 2. « Nairobi Truce Signed by SPLA Faction Leaders ».

Sudan Update [Londres]. 17 janvier 1994b. Vol. 5, no 2. « Fighting Reported North of Kaya ».

Sudan Update [Londres]. 17 janvier 1994c. Vol. 5, no 2. « Deputy Speaker Aldo Ajo Deng Resigns ».

Sudan Update [Londres]. 1er janvier 1994. Vol. 5, no 1. « Northern Opposition "Turmoil" Over Self-Determination ».

Sudan Update [Londres]. Janvier-avril 1994. « Chronology ».

Sudan Update [Londres]. 30 novembre 1993a. Vol. 4, no 24. « Pageri and Loa Bombed ».

Sudan Update [Londres]. 30 novembre 1993b. Vol. 4, no 24. « University Demonstrations After Election ».

Sudan Update [Londres]. 30 novembre 1993c. Vol. 4, no 24. « Students Detained ».

Sudan Update [Londres]. 22 octobre 1993a. Vol. 4, no 22. « Non-Aligned Equatorians ».

Sudan Update [Londres]. 22 octobre 1993b. Vol. 4, no 22. « Three Days of Riots ».

Sudan Update [Londres]. 22 octobre 1993c. Vol. 4, no 22. « R.C.C. Dissolves and Cabinet Resigns ».

Sudan Update [Londres]. 8 octobre 1993. Vol. 4, no 21. « New Nationality Law ».

Sudan Update [Londres]. 16 août 1993a. Vol. 4, no 18. « New Southern Offensive ».

Sudan Update [Londres]. 16 août 1993b. Vol. 4, no 18. « Kongor Aid Halted ».

Sudan Update [Londres]. 20 juin 1993a. Vol. 4, no 17. « Demilitarisation Agreement "Violated by Riek Machar" ».

Sudan Update [Londres]. 20 juin 1993b. Vol. 4, no 17. « Garang Blamed for Hunger Triangle Violation ».

Sudan Update [Londres]. 6 juin 1993a. Vol. 4, no 16. « Crackdown on Religious Old Guard ».

Sudan Update [Londres]. 6 juin 1993b. Vol. 4, no 16. « "Dozens" of Political Arrests ».

Sudan Update [Londres]. 21 avril 1993a. Vol. 4, no 14. « Umma Men Held ».

Sudan Update [Londres]. 21 avril 1993b. Vol. 4, no 14. « "Milestone" Agreement on State and Religion ».

The Times [Londres]. 8 octobre 1993. Christopher Walker. « Sudanese Fuel Shortage Sparks Three-Day Riot ». (NEXIS)

The United Press International (UPI). 2 mars 1995. Cycle BC. « Amnesty Says Sudan Police Beat Marchers ». (NEXIS)

The United Press International (UPI). 16 décembre 1993. Cycle BC. « Some 700 Sudanese Minors Slip Out of Refugee Camp ». (NEXIS)

Voice of America (VOA). 4 novembre 1994. Alex Belida. « Sudan Evacuation ». (Web)

West Africa [Londres]. 20-26 février 1995. No 4037. Ruth Evans. « Women in Conflict ».

World Organization Against Torture, Genève. 14 avril 1994. « Case SDN 140494 ».

The Xinhua General Overseas News Service. 11 décembre 1994. « About 500 Southern Sudanese Children Repatriated Home ». (NEXIS)

The Xinhua General Overseas News Service. 25 mars 1994. « Sudanese Government Reaches Agreement with Rebels ». (NEXIS)

The Xinhua General Overseas News Service. 27 janvier 1994a. « Sudanese Peace Talks Collapse ». (NEXIS)

The Xinhua General Overseas News Service. 27 janvier 1994b. « South Sudan Rebel Movement Detain 14,000 Children ». (NEXIS)

The Xinhua General Overseas News Service. 21 décembre 1993. « Sudan Invincible Forces of Democracy Established ». (NEXIS)

The Xinhua General Overseas News Service. 12 novembre 1993. « Sudan Pledges Safety for Rebels Who Lay Down Arms ». (NEXIS)

Copyright notice: This document is published with the permission of the copyright holder and producer Immigration and Refugee Board of Canada (IRB). The original version of this document may be found on the offical website of the IRB at http://www.irb-cisr.gc.ca/en/. Documents earlier than 2003 may be found only on Refworld.

Search Refworld

Countries