Last Updated: Wednesday, 22 November 2017, 08:57 GMT

Djibouti : information indiquant si les mariages forcés sont pratiqués chez les Issas et âge moyen des femmes qui sont forcées de se marier

Publisher Canada: Immigration and Refugee Board of Canada
Author Direction des recherches, Commission de l'immigration et du statut de réfugié, Canada
Publication Date 13 June 2001
Citation / Document Symbol DJI37193.F
Reference 7
Cite as Canada: Immigration and Refugee Board of Canada, Djibouti : information indiquant si les mariages forcés sont pratiqués chez les Issas et âge moyen des femmes qui sont forcées de se marier, 13 June 2001, DJI37193.F, available at: http://www.refworld.org/docid/3df4bee920.html [accessed 22 November 2017]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

L'information suivante, a été obtenue au cours d'un entretien téléphonique avec un avocat et membre du barreau des avocats de Djibouti (13 juin 2001). D'après l'avocat, les mariages forcés existent chez des Issas du Djibouti, surtout dans les milieux ruraux et les quartiers pauvres des villes.

Il a expliqué que des filles aussi jeunes que 13 ans peuvent être forcées à se marier. Il affirme pourtant qu'en principe il existe des lois contre de telles pratiques. Toutefois, elles ne sont pas appliquées et aucune autorité « n'ose » intervenir dans les pratiques traditionnelles par crainte de « perturbations sociales ».

Il a dit que les filles qui s'opposent aux mariages forcés se trouvent dans une situation dramatique. Selon l'avocat, les filles n'ont pas d'autres recours que de fuir la maison familiale pour aller se réfugier chez des parents lointains, vivre dans les quartiers dangereux des villes, ou bien trouver un emploi en ville où elles travaillent en tant que femmes de ménage. Il a ajouté qu'en désespoir de cause, des jeunes femmes finissent par se suicider.

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile ou de statut de réfugié. Veuillez trouver ci-dessous la liste des autres sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Référence

Avocat et membre du barreau des avocats, Djibouti. 12 juin 2001. Entretien téléphonique.

Autres sources consultées

Country Reports on Human Rights Practices for 2000. 2001. Département d'État des États-Unis. Washington, DC. [Date de consultation : 23 mai 2001]

Ligue djiboutienne des droits humains (LDDH).

National Union of Djibouti Women.

Programmes des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Copyright notice: This document is published with the permission of the copyright holder and producer Immigration and Refugee Board of Canada (IRB). The original version of this document may be found on the offical website of the IRB at http://www.irb-cisr.gc.ca/en/. Documents earlier than 2003 may be found only on Refworld.

Search Refworld

Countries