Last Updated: Friday, 29 July 2016, 15:01 GMT

Égypte : information sur la situation des chrétiens coptes et le traitement qui leur est réservé; la protection offerte par l'État (juillet 2013-octobre 2013)

Publisher Canada: Immigration and Refugee Board of Canada
Publication Date 17 October 2013
Citation / Document Symbol EGY104625.F
Related Document Egypt: Situation of Coptic Christians, including treatment; state protection (July 2013-October 2013)
Cite as Canada: Immigration and Refugee Board of Canada, Égypte : information sur la situation des chrétiens coptes et le traitement qui leur est réservé; la protection offerte par l'État (juillet 2013-octobre 2013), 17 October 2013, EGY104625.F , available at: http://www.refworld.org/docid/527a46a63.html [accessed 31 July 2016]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

1. Aperçu

Selon certaines sources, depuis le renversement du président Mohamed Morsi en juillet 2013, il y a eu une augmentation des agressions contre les chrétiens coptes en Égypte (AI 20 août 2013; MidEast Christian News 13 août 2013; Human Rights Watch 21 août 2013). Au mois d'août 2013, le Christian Post, un média chrétien indépendant basé à Washington (The Christian Post s.d.), a signalé que les coptes et les églises faisaient l'objet d'attaques [traduction] « à grande échelle » par les partisans des Frères musulmans, et que des cas de violence avaient été signalés presque tous les jours au cours des semaines précédentes (ibid. 15 août 2013). De plus, depuis la répression violente des manifestants pro-Morsi par le nouveau régime le 14 août 2013, les chrétiens coptes seraient davantage la cible de violences (AI 20 août 2013; The Christian Science Monitor 18 août 2013; The New York Times 16 août 2013). Au moins 500 manifestants auraient été tués ce jour-là (ibid.; The Christian Post 15 août 2013). Le 16 août 2013, le New York Times a fait état d'une [traduction] « explosion d'attaques antichrétiens dans les trois derniers jours ». Amnesty International (AI) a signalé le 20 août 2013 que l'Égypte « est le théâtre d'une hausse sans précédent des violences interconfessionnelles visant les coptes ».

Quelques sources signalent que les partisans de Mohamed Morsi et des Frères musulmans accusent les coptes d'être responsables du renversement de M. Morsi, ce qui encourage les représailles violentes (The New York Times 16 août 2013; EIPR 15 juill. 2013a; The Christian Post 7 juill. 2013). Des manifestants pro-Morsi auraient lancé un appel à la violence contre les chrétiens (ibid. 15 août 2013; The New York Times 20 août 2013). Le 14 août 2013, certaines mosquées auraient également diffusé par haut-parleurs des incitations à la violence ou aux représailles contre les chrétiens (The Christian Science Monitor 12 sept. 2013; AI 9 oct. 2013, 2). Selon l'Initiative égyptienne pour les droits de la personne (Egyptian Initiative for Personal Rights -- EIPR), une ONG indépendante établie en 2002 qui vise à renforcer et à protéger les droits et les libertés fondamentaux en Égypte (EIPR s.d.), des dépliants antichrétiens ont été distribués dans les gouvernorats de Sinaï du nord, de Minya et de Beni Soueif en juin et juillet 2013 (ibid. 15 juill. 2013b).

2. Protection offerte par l'État

Plusieurs sources signalent que les forces de sécurité n'ont pas pris de mesures pour empêcher les violences interconfessionnelles ni pour protéger les chrétiens coptes (AI 20 août 2013; Human Rights Watch 23 juill. 2013; EIPR 15 juill. 2013a). En juillet 2013, l'EIPR a affirmé que les forces de sécurité ont réagi lentement et ne sont pas intervenues pour protéger les chrétiens coptes malgré le fait qu'elles étaient au courant de [traduction] « l'atmosphère chargée » et qu'elles étaient sur les lieux lors des attaques (15 juill. 2013a). Selon Amnesty International, « les forces de sécurité ont manqué de façon choquante à leurs obligations » en août, surtout parce que les actes de violence contre les coptes « auraient dû être anticipés à la lumière de la multiplication spectaculaire d'actes similaires » depuis la chute du président Morsi (20 août 2013). Selon le Christian Science Monitor,

[traduction]

l'inaction de l'État lors des vagues d'agressions du 14 août [2013] et son incapacité persistante à assurer la sécurité à des endroits tels que Delja nous rappelle que, que les islamistes soient au pouvoir ou non, l'Égypte n'a jamais réussi à protéger les chrétiens ou à traduire leurs assaillants en justice, un échec qui se perpétue encore aujourd'hui (12 sept. 2013).

Selon le Christian Science Monitor, une agence de presse traitant de l'actualité internationale basée à Boston (The Christian Science Monitor s.d.), un porte-parole du ministère des Affaires étrangères a déclaré que les forces de police n'ont pas pu intervenir contre les violences du 14 août à cause d'attaques lancées contre les postes de police (ibid. 18 août 2013). Un représentant de l'EIPR a également affirmé que, dans la plupart des villes, des foules ont attaqué les postes de police avant les églises (The Christian Science Monitor 18 août 2013). Human Rights Watch signale que, selon des témoins, des hommes ont attaqué le poste de police de Delga (gouvernorat de Minya) en même temps que d'autres attaquaient l'église, et des hommes ont attaqué le poste de police de Kirdassa (gouvernorat du Gizeh) avant d'attaquer l'église de cette ville (Human Rights Watch 21 août 2013). Au cours d'un entretien avec Human Rights Watch, le chef de la Direction de la sécurité de Minya a dit que 12 postes de police du gouvernorat ont été attaqués et que les assaillants ont tué 13 policiers et en ont blessé 30 autres (ibid.). À Kirdassa [s'écrit aussi Kerdasa], les attaquants auraient tué au moins 11 policiers dont ils auraient également mutilé les corps (ibid.; AI 9 oct. 2013, 3; The Times 20 sept. 2013). Les autorités auraient repris le contrôle de la ville le 19 septembre 2013 (ibid.).

Selon certaines sources, les autorités égyptiennes ont annoncé que le gouvernement paierait pour la réparation ou la reconstruction des églises endommagées (The Christian Post 15 août 2013; The New York Times 16 août 2013; AI 9 oct. 2013, 3).

3. Incidents de violence

Amnesty International signale que, selon des témoins, les violences interconfessionnelles étaient [traduction] « marquées par l'emploi de slogans et de chants sectaires et incendiaires », et étaient fréquemment précédées par des discours ou gestes d'encouragement dans des mosquées locales et par des chefs religieux (ibid., 2).

Selon le New York Times, plusieurs des attaques antichrétiennes perpétrées en août 2013 ont eu lieu en Haute-Égypte, la région la plus pauvre située au centre-sud du pays, mais il y a également eu de la violence au Caire et à Alexandrie (16 août 2013). De même, le Christian Science Monitor signale que les chrétiens ont été attaqués partout au pays, mais surtout dans le Sud, où il y a une population importante de chrétiens et où la violence sectaire est fréquente (18 août 2013). Pour sa part, Amnesty International a écrit le 20 août 2013 que

[l]a situation semble particulièrement grave dans le gouvernorat d'El Minya, où les habitants, dont un policier, ont raconté à Amnesty International que les coptes se sentaient assiégés face à la hausse inquiétante des violences interconfessionnelles, en l'absence notamment de toute protection de la part des forces de sécurité (AI 20 août 2013).

3.1 Attaques contre les églises et les autres bâtiments coptes

Diverses sources signalent que plusieurs églises ont été incendiées, pillées ou saccagées durant les troubles entourant le renversement de M. Morsi (The Christian Post 15 août 2013; Africa Research Bulletin sept. 2013, 19821; IPS 20 août 2013; Time.com 26 août 2013; Centre culturel copte 21 août 2013). Selon Maspero Youth Union, un groupe de défense des droits des coptes (IPS 20 août 2013), 50 églises ont été attaquées [60 selon AI] entre le 14 et le 20 août 2013; parmi elles, 38 ont été complètement détruites (AI 20 août 2013; IPS 20 août 2013). Maspero Youth Union aurait également signalé que les attaques contre les églises ont eu lieu dans neuf gouvernorats du pays (IPS 20 août 2013). Le Centre culturel copte, situé au Caire (Daily News Egypt 18 févr. 2013), affirme quant à lui que 49 églises et couvents ont été attaqués durant cette même période (21 août 2013). L'EIPR fait état d'attaques contre des églises et d'autres bâtiments coptes et chrétiens qui ont eu lieu dans 11 gouvernorats entre le 14 et le 17 août, notamment : Le Caire, Gizeh, Beni Souef, Minya, Assiout, Sohag, Qena, Alexandrie, Gharbeya, Suez, Sinaï Nord, et Louxor (25 août 2013a). Selon l'EIPR, le gouvernorat de Minya aurait été le plus touché, 18 églises y ayant été attaquées; la majorité d'entre elles ont été incendiées par des personnes qui manifestaient dans la rue en faveur de Mohamed Morsi (25 août 2013a). Le 26 août 2013, un article du Time signalait que, depuis le 14 août 2013, 60 églises avaient été attaquées.

Des sources signalent que des dizaines de domiciles et de commerces chrétiens ont été saccagés ou incendiés (AI 20 août 2013; IPS 20 août 2013). Des écoles chrétiennes et d'autres édifices religieux auraient également été attaqués (The Christian Post 15 août 2013; The Christian Science Monitor 18 août; EIPR 25 août 2013a).

Human Rights Watch signale que, d'après des résidants de la ville de Minya, dans la semaine suivant la chute de M. Morsi, les commerces coptes dans le centre-ville ont été marqués par un « X » noir pour les distinguer des commerces musulmans (21 août 2013). Les bâtiments marqués ont été attaqués par la suite (Human Rights Watch 21 août 2013; AI 9 oct. 2013, 9). Selon le site d'information français La Croix, à Mallawi, la deuxième ville du gouvernorat de Minya, plusieurs commerces appartenant à des coptes ont été marqués par une croix rouge ou noire le 15 août et ont été attaqués le jour suivant (16 sept. 2013). Quatre églises et une école chrétienne de cette ville auraient également été pillées et incendiées ce jour-là (La Croix 16 sept. 2013).

Selon le Christian Science Monitor, le 30 juin 2013, des résidants de la ville de Al Nazla dans le gouvernorat de Fayoum ont marqué avec des graffitis rouges les commerces et domiciles chrétiens (18 août 2013). Certaines sources signalent que, le 14 août, une mosquée à Al Nazla a diffusé par haut-parleur des allégations voulant que des chrétiens attaquaient des musulmans (The Sunday Times 25 août 2013; The Christian Science Monitor 18 août 2013; AI 9 oct. 2013, 12). D'après d'autres sources, les mosquées d'Al Nazla ont appelé à la vengeance (The Economist 24 août 2013; The New York Times 20 août 2013). Une foule a pris d'assaut le poste de police et ensuite l'Église de la Vierge Marie, et a pillé et brûlé l'église (The Christian Science Monitor 18 août 2013; The Sunday Times 25 août 2013; The Economist 24 août 2013). Selon le magazine londonien The Economist, la destruction de l'église a été [traduction] « systématique et totale » (ibid.). La police n'est pas intervenue (The New York Times 20 août 2013; The Christian Science Monitor 18 août 2013; AI 9 oct. 2013, 12) malgré le fait que des résidants l'aurait appelée plusieurs fois (ibid.).

3.2 Attaques contre des chrétiens coptes

Selon le Centre culturel copte, sept personnes ont été tuées dans le cadre des « persécutions antichrétiennes » qui se sont déroulées entre le 14 et le 20 août 2013 (21 août 2013). L'EIPR signale aussi que sept personnes ont été tuées lors de cette [traduction] « vague de violence sectaire » (25 août 2013c). Human Rights Watch a affirmé le 21 août 2013 qu'au moins trois coptes et un musulman ont été tués depuis le 14 août lors des agressions sectaires à Delga, à Minya et au Caire. L'agence de presse Inter Press Service (IPS) a également signalé que sept personnes ont été enlevées durant les attaques contre les églises (IPS 20 août 2013), tandis que le Centre culturel copte a signalé 17 enlèvements entre le 14 et le 20 août (21 août 2013).

3.2.1 Gouvernorat de Minya

L'EIPR signale que des attaques contre des chrétiens dans la ville de Delga [s'écrit aussi Dalga, Dilga, Delja] ont commencé le 30 juin 2013 et ont continué pendant plusieurs jours (15 juill. 2013b). Le 3 juillet, l'église Saint-Georges a été pillée et incendiée (The Christian Post 7 juill. 2013; Human Rights Watch 23 juill. 2013) par des partisans de M. Morsi, selon Human Rights Watch (ibid.). Human Rights Watch signale également que huit personnes, y compris des coptes et des musulmans, ont alors été blessées, et que, selon un prêtre de l'église, la police et l'armée ne sont pas venues sur les lieux pendant ou après les attaques (ibid.). Selon l'EIPR, des personnes associées à des mouvements islamistes ont incité à la violence contre les coptes et se sont servi de mégaphones pour accuser publiquement les chrétiens d'avoir renversé M. Morsi et d'avoir attaqué les manifestants pro-Morsi (15 juill. 2013b). L'organisation signale qu'une foule d'agresseurs ont [traduction] « terrorisé » les chrétiens en frappant leurs domiciles avec des pierres et des bâtons en fer et en saccageant leurs maisons (EIPR 15 juill. 2013b). Des agresseurs auraient également tiré sur une femme (ibid.; AI 9 oct. 2013, 10) et incendié sa maison (EIPR 15 juill. 2013b).

Des sources signalent que des islamistes partisans de M. Morsi ont pris le contrôle de Delga en juillet 2013 après avoir chassé la police et l'ont occupée jusqu'à la mi-septembre 2013 (The Guardian 17 sept. 2013; Financial Times 17 sept. 2013; Canadian Press 19 sept. 2013). Les forces de sécurité avaient tenté à deux reprises de reprendre la ville, sans succès (The Christian Post 7 Sept. 2013; The Guardian 17 sept. 2013). Selon plusieurs sources, des coptes qui n'ont pas fui la ville ont été obligés de verser de l'argent aux musulmans en échange d'une protection contre la violence (The Christian Post 7 Sept. 2013; The Christian Science Monitor12 sept. 2013; The Guardian 17 sept. 2013). D'autres sources signalent que des membres des Frères musulmans et leurs partisans [ou, selon le Christian Post, des islamistes] ont obligé tous les coptes à payer un impôt « jizya », qui a historiquement été imposé aux peuples non-musulmans conquis par les musulmans pour assurer leur sécurité (The Washington Times 10 sept. 2013; The Christian Post 11 sept. 2013). Selon le Christian Post, tous les coptes qui refusaient de se convertir à l'islam étaient forcés de payer l'impôt (ibid.). Certains de ceux qui ont refusé de payer ou n'ont pas pu payer ont été attaqués (ibid.; The Washington Times 10 sept. 2013). Interviewé par le Christian Science Monitor et The Guardian, un avocat chrétien de Delga a dit qu'une foule d'islamistes a attaqué sa maison, a tué son cousin et a traîné son corps dans la rue (The Christian Science Monitor 12 sept. 2013; The Guardian 17 sept. 2013). Selon Amnesty International, son corps a été enlevé de sa tombe deux fois après avoir été enterré (9 oct. 2013, 10).

Dans le village de Beni Ahmed [s'écrit aussi Bani Ahmed] et ses environs, le 3 août 2013, 18 personnes ont été blessées lors de violences interconfessionnelles entre des coptes et des partisans de M. Morsi (AI 20 août 2013; EIPR 25 août 2013b). Selon l'évêché de Minya et Abou Qurqas, les domiciles, commerces ou véhicules de 43 citoyens ont été pillés ou incendiés (ibid.). D'après l'EIPR, dans les villages voisins, des musulmans ont circulé en voiture munis de mégaphones, invitant les gens à participer aux affrontements (ibid.). La même source signale que les chefs d'églises et des citoyens ont appelé la police et l'armée pour demander de l'aide, mais qu'ils ont dû attendre trois heures avant l'arrivée d'une brigade qui était [traduction] « insuffisante » pour maîtriser la situation, alors que la brigade venait d'un poste de police situé à 10 minutes du village (ibid.).

Le 30 septembre 2013, un évêque de Minya a échappé à une tentative d'assassinat à Abou Qorqas (AINA 30 sept. 2013; Daily News Egypt 30 sept. 2013). Des individus armés ont tiré sur l'évêque dans son véhicule et ensuite dans une maison où il s'était réfugié, pendant plus de 90 minutes (ibid.; AINA 30 sept. 2013). Selon l'Assyrian International News Agency (AINA), l'évêque s'est réfugié chez un copte du village (ibid.). Les forces de sécurité auraient été appelées immédiatement et seraient arrivées sur les lieux 90 minutes après la fin des événements (ibid.).

3.2.2 Gouvernorat de Louxor

Le 5 juillet 2013, dans le quartier de Naga Hassan du village de Dab'iya [s'écrit aussi Dabaaya], une vague de violence antichrétiens a duré au moins 17 heures et a entraîné la mort de quatre hommes coptes (AI juill. 2013, 5; Human Rights Watch 23 juill. 2013). Les assaillants ont également attaqué, pillé et incendié environ 110 domiciles chrétiens (ibid.; AI juill. 2013, 10). Des témoins interviewés par Human Rights Watch, Amnesty International et l'EIPR ont signalé que des membres des forces de sécurité étaient présents dans la ville -- au moins 60 agents, selon Human Rights Watch (23 juill. 2013). Cependant, selon Amnesty International et l'EIPR, les forces de sécurité dépêchées sur les lieux n'ont pas vraiment tenté d'empêcher les attaques (AI juill. 2013, 5; EIPR 15 juill. 2013b). Human Rights Watch affirme de son côté que les forces de sécurité ont repris le contrôle de la situation [traduction] « seulement après que les meurtres eurent été commis » (23 juill. 2013). Des policiers auraient aidé des femmes et des enfants à sortir d'une maison entourée de nombreux assaillants, mais ils auraient forcé les hommes à y rester; les assaillants ont par la suite forcé l'entrée de la maison et ont battu à mort quatre hommes et en ont grièvement blessé quelques autres (EIPR 15 juill. 2013b; AI juill. 2013, 5-6; Human Rights Watch 23 juill. 2013). Selon le témoignage d'une des victimes, les forces de sécurité présentes lors de l'attaque auraient été complice des assaillants en les laissant commettre les violences sous leurs yeux (EIPR 15 juill. 2013b). Human Rights Watch signale que, selon un agent supérieur de la police locale, les policiers ont essayé en vain de contrôler la foule (23 juill. 2013). L'EIPR affirme avoir eu connaissance d'autres cas où des musulmans auraient attaqué des chrétiens à leur domicile, et ce, en présence des forces de sécurité (ibid.). Parmi les sources qu'elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n'a pas trouvé d'autre information allant en ce sens. Le directeur de la sécurité de Louxor aurait dit, par ailleurs, qu'il aurait été impossible de maîtriser la situation et que la police n'était pas responsable d'empêcher des meurtres, mais plutôt de mener des enquêtes après qu'ils aient été commis (ibid.).

3.2.3 Autres gouvernorats

Le 6 juillet 2013, dans la ville de El-Arish, dans le gouvernorat du Sinaï Nord, des individus armés ont tué par balles un prêtre copte (The Christian Post 7 juill. 2013; EIPR 15 juill. 2013b; Human Rights Watch 23 juill. 2013). Human Rights Watch fait état de deux autres meurtres de coptes, lesquels auraient été commis le 5 et le 11 juillet, dans le Sinaï Nord, tout en soulignant qu'il n'est pas certain que ces deux personnes ainsi que le prêtre copte ont été tués à cause de leur religion (ibid.).

Selon Amnesty International, le 15 août 2013, un copte a été tué et au moins trois autres ont été blessés par des manifestants qui participaient à un défilé en faveur de M. Morsi et qui ont attaqué le quartier chrétien d'Ezbet el Nakhl, dans le gouvernorat du Gizeh (20 août 2013). La famille de la victime décédée aurait porté plainte auprès de la police, mais aucune enquête n'avait été ouverte en date du 20 août 2013 (AI 20 août 2013).

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais fixés. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous les sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références

Africa Research Bulletin. Septembre 2013. « Egypt: Crackdown on Muslim Brotherhood ». Political Social and Cultural Series. Vol. 50, no 8.

Amnesty International (AI). 9 octobre 2013. « "How Long Are We Going to Live in This Injustice?" Egypt's Christians Caught Between Sectarian Attacks and State Inaction ». (MDE 12/058/2013) [Date de consultation : 11 oct. 2013]

_____. 20 août 2013. « Égypte : le gouvernement doit protéger les chrétiens des violences interconfessionnelles ». [Date de consultation : 10 oct. 2013]

_____. Juillet 2013. Egypt: "There Was No Door on Which I Did Not Knock": Coptic Christians Caught in Attacks and State's Failures. (MDE 12/037/2013) [Date de consultation : 11 oct. 2013]

Assyrian International News Agency (AINA). 30 septembre 2013. Mary Abdelmassih. « Coptic Bishop Escapes Assassination Attempt in Egypt ». [Date de consultation : 11 oct. 2013]

The Canadian Press. 19 septembre 2013. Hamza Hendawi. « Christians of Southern Egyptian Town Get No Respite After Army Wrest Control from Militants ». (Factiva)

Centre culturel copte. 21 août 2013. « Bilan des persécutions antichrétiennes entre le 14 et le 20 août en Egypte ». [Date de consultation : 11 oct. 2013]

The Christian Post [Washington]. 11 septembre 2013. Morgan Lee. « Egypt Islamists Force Coptic Christians to Pay "Non-Muslim Submission Tax" ». [Date de consultation : 3 oct. 2013]

_____. 7 septembre 2013. Morgan Lee. « Egypt Islamists Hold Coptic Christians Hostage, Terrorize Copt Population ». [Date de consultation : 3 oct. 2013]

_____. 15 août 2013. Jon Campbell. « Churches Burned in Egypt as Muslim Brotherhood Targets Coptic Christians Amid Widespread Unrest ». [Date de consultation : 3 oct. 2013]

_____. 7 juillet 2013. Anugrah Kumar. « Egypt's Coptic Priest Killed in Renewed Attacks on Christians after Morsi's Ouster ». [Date de consultation : 3 oct. 2013]

_____. S.d. « The Christian Post ». [Date de consultation : 16 oct. 2013]

The Christian Science Monitor [Boston]. 12 septembre 2013. Kristen Chick. « Across Egypt, Piles of Ash Where Church Pews Once Stood ». [Date de consultation : 3 oct. 2013]

_____. 18 août 2013. Kristen Chick. « In Egyptian Village, Christian Shops Marked Ahead of Church Attack ». [Date de consultation : 3 oct. 2013]

_____. S.d. « About the Christian Science Monitor ». [Date de consultation : 16 oct. 2013]

La Croix [Paris]. 16 septembre 2013. « A Minya, en Haute-Egypte, les coptes restent sur leurs gardes ». [Date de consultation : 15 oct. 2013]

Daily News Egypt [Cairo]. 30 septembre 2013. Basil El-Dabh. « Minya Bishop Escapes Assassination Attempt ». [Date de consultation : 15 oct. 2013]

_____. 18 février 2013. Nouran El-Behairy. « Egyptian Council of Churches First Meeting ». [Date de consultation : 17 oct. 2013]

The Economist. 24 août 2013. « Egypt's Copts: the Butt of Angry Islamists ». (Factiva)

Egyptian Initiative for Personal Rights (EIPR). 25 août 2013a. « List of Attacks on Churches, Religious Buildings and Christians' Private Property from 14 August to 17 August 2013 ». [Date de consultation : 3 oct. 2013]

_____. 25 août 2013b. « Details of Sectarian Attacks Documented by EIPR from 10 July to 11 August 2013 ». [Date de consultation : 3 oct. 2013]

_____. 25 août 2013c. « Unprecedented Spike in Scale of Sectarian Violence and Reprisals Against Copts; Interim President and Prime Minister Must Protect Egyptians' Lives and Property and Their Houses of Worship ». [Date de consultation : 3 oct. 2013]

_____. 15 juillet 2013a. « Wave of Attacks on Copts and Churches: EIPR: Authorities Must Take Immediate Action to Protect Citizens and Houses of Worship, Bring Perpetrators and Inciters to Justice ». [Date de consultation : 3 oct. 2013]

_____. 15 juillet 2013b. « Sectarian Incitement and Attacks, 30 June to 9 July, 2013 ». [Date de consultation : 3 oct. 2013]

_____. S.d. « Who We Are ». [Date de consultation : 3 oct. 2013]

Financial Times. 17 septembre 2013. Abeer Allam. « Recapture of Egyptian Town of Delga Highlights Rise in Violence ». [Date de consultation : 3 oct. 2013]

The Guardian [London]. 17 septembre 2013. Patrick Kingsley. « Christians Describe Reign of Terror in Town Freed from Egyptian Islamists: Dawn Police Assault Too Late for Fleeing Families: Churches Torched and Looted by Morsi Backers ». (Factiva)

Human Rights Watch. 21 août 2013. « Egypt: Mass Attacks on Churches. Christians Say Pleas for Protection Fell Largely on Deaf Ears ». [Date de consultation : 3 oct. 2013]

_____. 23 juillet 2013. « Egypt: Sectarian Attacks amid Political Crisis. Scant Protection As Christians Attacked in Several Cities ». [Date de consultation : 3 oct. 2013]

Inter Press Service (IPS). 20 août 2013. Hisham Allam. « As Egypt Smoulders, Churches Burn ». [Date de consultation : 6 oct. 2013]

MidEast Christian News. 13 août 2013. « Slow Response by Egyption Security Forces Aiding Violence Against Coptic Christians ». [Date de consultation : 3 oct. 2013]

The New York Times. 20 août 2013. Kareem Fahim. « Islamists Step Up Attacks on Christians for Supporting Morsi's Ouster ». [Date de consultation : 3 oct. 2013]

_____. 16 août 2013. Liam Stack. « Witness Accounts of Sectarian Attacks Across Egypt ». [Date de consultation : 3 oct. 2013]

The Sunday Times [London]. 25 août 2013. Hala Jaber. « "God is Great," Mob Chanted as Church Fell ». (Factiva)

Time.com. 26 août 2013. Lauren E. Bohn. « Egypt's Christians Caught in Cross Fire ». [Date de consultation : 3 oct. 2013]

The Times [London]. 20 septembre 2013. Bel Trew. « Islamists Lose Second Town in Egyptian Fightback ». (Factiva)

The Washington Times. 10 septembre 2013. Jessica Chasmar. « Egypt's Muslim Brotherhood to Coptic Christians: Convert to Islam, or Pay "Jizya" Tax ». [Date de consultation : 3 oct. 2013]

Autres sources consultées

Sites Internet, y compris : AsiaNews.it; The Catholic Register; Church Times; Daily News Egypt; Égypte - Government Portal, Ministry of Religious Endowments; Egyptian Center for Public Policy Studies; États-Unis - Department of State, US Commission on International Religious Freedom; Global Post; International Christian Concern; Jeune Afrique; Minority Rights Group International; Portes ouvertes France.

Copyright notice: This document is published with the permission of the copyright holder and producer Immigration and Refugee Board of Canada (IRB). The original version of this document may be found on the offical website of the IRB at http://www.irb-cisr.gc.ca/en/. Documents earlier than 2003 may be found only on Refworld.

Search Refworld

Countries