Last Updated: Friday, 17 November 2017, 15:16 GMT

Chili : information indiquant s'il y a eu lieu une campagne de dépréciation des citoyens espagnols à la suite de la demande d'extradition d'Augusto Pinochet présentée au Royaume-Uni par l'Espagne; réaction des autorités face à cette campagne; information indiquant si une personne ayant la double citoyenneté chilienne et espagnole aurait pu être accusée de trahison à la suite de la demande d'extradition (1998 - septembre 2000)

Publisher Canada: Immigration and Refugee Board of Canada
Author Direction des recherches, Commission de l'immigration et du statut de réfugié, Canada
Publication Date 5 October 2000
Citation / Document Symbol CHL35424.F
Reference 1
Cite as Canada: Immigration and Refugee Board of Canada, Chili : information indiquant s'il y a eu lieu une campagne de dépréciation des citoyens espagnols à la suite de la demande d'extradition d'Augusto Pinochet présentée au Royaume-Uni par l'Espagne; réaction des autorités face à cette campagne; information indiquant si une personne ayant la double citoyenneté chilienne et espagnole aurait pu être accusée de trahison à la suite de la demande d'extradition (1998 - septembre 2000), 5 October 2000, CHL35424.F, available at: http://www.refworld.org/docid/3df4bee114.html [accessed 19 November 2017]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

Aucune mention d'une campagne de dépréciation des citoyens espagnols à la suite de la demande d'extradition d'Augusto Pinochet présentée au Royaume-Uni par l'Espagne n'a pu être trouvée parmi les sources consultées par la Direction des recherches. Toutefois, selon une dépêche du quotidien Milwaukee Journal Sentinel datée du 29 novembre 1998, plusieurs citoyens espagnols ont été attaqués dans des lieux publics après l'arrestation de M. Pinochet.

D'après de nombreux articles de presse, à la suite de l'arrestation de M. Pinochet, ses partisans ont organisé plusieurs manifestations devant les ambassades espagnole et britannique à Santiago, durant lesquelles des manifestants ont lancé des pierres, des œufs et d'autres objets (AP 21 oct. 1998; AFP 24 oct. 1998; RNE Radio 1 27 nov. 1998; ibid. 15 avr. 1999). Le 24 octobre 1998, selon une dépêche de l'Agence France Presse (AFP), malgré l'interdiction officielle de toute manifestation aux environs des ambassades, environ mille personnes se sont dirigées vers les ambassades espagnole et britannique (24 oct. 1998). Toutefois, la police chilienne a réprimé la manifestation et arrêté au moins 20 personnes (ibid.). En novembre 1998, une manifestation violente devant l'ambassade espagnole par un groupe de 250 activistes de l'extrême droite s'est soldée par l'arrestation de 91 personnes (RNE Radio 1 27 nov. 1998).

En octobre 1999, le Front nationaliste pour la patrie et la liberté (Frente Nacionalista Patria y Libertad–FNPL), groupe de l'extrême droite, a signalé que ses membres allaient commémorer le premier anniversaire de l'arrestation de M. Pinochet avec des manifestations à Santiago, et aussi qu'ils lanceraient des attaques contre les intérêts de l'Espagne et du Royaume-Uni au Chili dans l'éventualité de la mort de M. Pinochet à l'étranger (La Tercera 11 oct. 1999; ibid. 28 oct. 1999). À la suite de ces menaces, les autorités ont annoncé qu'il prendraient des mesures de sécurité spéciales pour protéger les intérêts espagnols et britanniques au Chili durant les manifestations du 16 octobre 1999 (ibid. 11 oct. 1999).

D'après l'Inter Press Service (IPS), des partisans du FNPL ont lancé des bombes incendiaires le 8 octobre 1999 sur les bureaux de deux societés commerciales espagnoles à Coquimbo, ville située à 450 kilomètres au nord de Santiago (11 oct. 1999). Des personnes inconnues, armées de bombes incendiaires, ont aussi attaqué la Chambre de commerce Espagne-Chili et une succursale de la banque Santander à Santiago dans la nuit du 16 octobre 1999, selon une dépêche de l'Agence France Presse (17 oct. 1999).

En dépit de ces incidents, l'Espagne est demeurée la source la plus importante d'investissements étrangers en Chili en 1999 (El Pais 3 nov. 1999). En septembre 1999, le ministre chilien de la Présidence, José Miguel Insulza, a affirmé que les investisseurs espagnols pouvaient rester calmes, puisque l'affaire Pinochet n'aurait aucun impact sur leurs investissements au Chili (ABC 30 sept. 1999). Selon un article du journal espagnol El Mundo daté du 9 juillet 2000, la réception chaleureuse accordée par les autorités chiliennes à Rodrigo Rato, vice-premier ministre et ministre de l'Économie espagnol, montre que les relations entre les deux pays, mises à l'épreuve par l'affaire Pinochet, sont revenues à la normale.

Aucune information indiquant si une personne ayant la double citoyenneté chilienne et espagnole aurrait pu être accusée de trahison à la suite de la demande d'extradition de M. Pinochet vers l'Espagne n'a pu être trouvée parmi les sources consultées par la Direction des recherches.

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile ou de statut de réfugié. Veuillez trouver ci-dessous la liste des sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références

ABC [Madrid, en espagnol]. 12 octobre 1999. « Chilean Extreme Group Threatens UK, Spanish Interests ». (FBIS-WEU-1999-1012 12 oct. 1999/WNC)

_____. 30 septembre 1999. « Spanish-Chilean Economic Relations Unaffected ». (FBIS-WEU-1999-0930 30 sept. 1999/WNC)

Agence France Presse (AFP) [Paris, en espagnol]. 17 octobre 1999. « Spanish Businesses Attacked; Minor Damages Reported ». (FBIS-LAT-1999-1017 17 oct. 1999/WNC)

_____. 24 octobre 1998. « Chile: Pro-Pinochet Protest Yields at least 20 Arrests ». (FBIS-LAT- 1998-297 24 oct. 1998/WNC)

Associated Press (AP). 21 octobre 1998. Eduardo Gallardo. « Pinochet Arrest Rocks Chile ». (NEXIS)

Inter Press Service (IPS). 11 octobre 1999. Gustavo Gonzalez. « Rights-Chile: Right-Wing Group Plans Attacks ». (NEXIS)

Milwaukee Journal Sentinel. 29 novembre 1998. Sebastian Rotella. « Pinochet Extradition Ruling Widens Chile's Social Gap: Most Want Former Leader to Face Justice, but Anger Stirs in Wealthier Areas ». (NEXIS)

El Mundo [Madrid, en espagnol]. 9 juillet 2000. « Spanish Daily Views Deputy Premier's Visit to Chile, Argentina ». (FBIS-WEU-2000-0709 9 juill. 2000/WNC)

El Pais [Madrid, en espagnol]. 3 novembre 1999. « Spanish Chile Business Not Hit by Pinochet Case ». (FBIS-WEU-1999-1103 3 nov. 1999/WNC)

RNE Radio 1 [Madrid, en espagnol]. 15 avril 1999. « Spanish Radio Reports Anti-UK Protests in Chile ». (FBIS-LAT-1999-0415 15 avr. 1999/WNC)

_____. 27 novembre 1998. « Chile: 91 Arrests after Protesters Attack Spanish Embassy ». (FBIS-LAT- 1998-331 27 nov. 1998/WNC)

La Tercera [Santiago]. 28 octobre 1999. Guillermo Espinoza. « FNPL acusado de conductas terroristas ». [Date de consultation : 2 oct. 2000]

_____. 11 octobre 1999. Guillermo Espinoza. « Patria y Libertad prepara actos de fuerza para el 16 ». [Date de consultation : 2 oct. 2000]

Autres sources consultées

Bases de données de la CISR.

Sources Internet, y compris :

Amnesty International.

British Broadcasting Corporation (BBC). 1998-2000.

Derechos Chile.

The Economist [Londres]. 1998-2000.

FIDH.

The Guardian [Londres]. 1999-2000.

Human Rights Watch.

El Mercurio [Santiago]. 2000.

Copyright notice: This document is published with the permission of the copyright holder and producer Immigration and Refugee Board of Canada (IRB). The original version of this document may be found on the offical website of the IRB at http://www.irb-cisr.gc.ca/en/. Documents earlier than 2003 may be found only on Refworld.

Search Refworld

Countries

Topics