Last Updated: Monday, 29 December 2014, 11:58 GMT

Mexique, Amérique centrale et Amérique du Sud : information sur la présence et les activités des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia - FARC) (2006 - juin 2008)

Publisher Canada: Immigration and Refugee Board of Canada
Author Direction des recherches, Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada, Ottawa
Publication Date 21 July 2008
Citation / Document Symbol ZZZ102781.F
Cite as Canada: Immigration and Refugee Board of Canada, Mexique, Amérique centrale et Amérique du Sud : information sur la présence et les activités des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia - FARC) (2006 - juin 2008), 21 July 2008, ZZZ102781.F, available at: http://www.refworld.org/docid/49b92a7dc.html [accessed 29 December 2014]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

Des articles publiés dans le journal mexicain El Universal et Cubaencuentro, un site Internet d'affaires publiques dont le siège est en Espagne, donnent les résultats d'une enquête spéciale sur les activités des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia – FARC) menée par le journal colombien El Tiempo, en collaboration avec La Nación de l'Argentine, O Globo du Brésil, La Nación du Costa Rica, El Comercio de l'Équateur et du Pérou, El País de l'Uruguay, El Universal du Mexique et El Nacional du Venezuela (Cubaencuntro 14 mai 2008). Selon cette enquête, les FARC [traduction] « bénéficient d'un réseau de soutien de plus de 400 organisations légales, clandestines et semi-clandestines, de l'Argentine aux États-Unis » (El Universal 11 mai 2008; voir aussi Cubaencuentro 14 mai 2008). Selon le quotidien espagnol El País, les FARC font partie de la coalition continentale bolivarienne (Coordinadora Continental Bolivariana – CCB), organisation qu'elles ont créée et qui, en pratique, serait sous leur férule ; la CCB a des délégations dans 17 pays dont l'Allemagne et la Suisse (11 mai 2008).

Le Pérou et le Brésil serviraient de source de miliciens, d'armes et de coca pour les FARC (Cubaencuentro 14 mai 2008). C'est au Costa Rica, au Venezuela et au Mexique – pays où elles jouissent de l'appui de certains éléments de la société – qu'elles blanchissent l'argent généré par le narcotrafic (ibid.). En outre, les FARC se livrent à des activités financières en Équateur, où elles ont également des camps de repos (ibid.).

Venezuela

Dans un communiqué du 3 juin 2008, Human Rights Watch (HRW) affirme que des courriers électroniques, trouvés dans des ordinateurs portables appartenant aux FARC saisis en mars 2008 par les forces de sécurité de la Colombie, portent à croire que des représentants du gouvernement du Venezuela [traduction ] « auraient offert de l'aide aux guérilleros colombiens, notamment des refuges sécuritaires, un approvisionnement en armes, et peut-être même un soutien financier ». Le rapport de HRW précise par ailleurs ne pas avoir eu un accès direct aux fichiers électroniques et souligne que le gouvernement du Venezuela a [traduction] « nié catégoriquement » avoir offert aux rebelles des zones protégées ou un soutien fincancier (HRW 3 juin 2008).

Un article de l'Associated Press (AP) paru le 27 février 2008 souligne que les FARC « trouvent de plus en plus facilement refuge au Venezuela où leur présence et leur influence se sont accrues » (voir aussi VOA 3 juin 2008). Selon cet article, des membres des FARC « se reposent, se remettent de leurs blessures, s'entraînent, achètent des armes et des uniformes et fabriquent de la cocaïne » au Venezuela, et ce, même dans certaines régions non frontalières (AP 27 févr. 2008).

Selon le Washington Post, les FARC ont pris part à des enlèvements au Venezuela; dans certains cas, ils ont enlevé eux-mêmes la victime alors que dans d'autres cas, ils ont payé des organisations criminelles pour le faire (16 févr. 2008). Le Christian Science Monitor affirme que selon des données du gouvernement du Venezuela, 382 personnes auraient été enlevées en 2007; la plupart des enlèvements auraient eu lieu près de la frontière avec la Colombie (15 févr. 2008; voir aussi AP 8 mars 2008). Les sources ne précisent pas la part de responsabilité des FARC dans ces enlèvements. Selon l'AP, il y a de plus en plus d'enlèvements au Venezuela, parmi lesquels quatre sur cinq se produisent dans les régions frontalières de Táchira, de Zulia, d'Apure et de Barinas (8 mars 2008). Dans l'État de Táchira, un candidat au poste de gouverneur a souligné que les rebelles colombiens auraient enlevé 68 habitants de l'État afin d'obtenir une rançon (Los Angeles Times 24 févr. 2008). Selon lui, le gouvernement en place [traduction], « ne fait pas ce qu'il faut pour enrayer la vague d'enlèvements » (ibid.; voir aussi The Christian Science Monitor 15 févr. 2008).

Un ancien membre des FARC a affirmé au Washington Post que [traduction] « des unités corrompues de la garde nationale permettent au groupe d'exercer ses activités au Venezuela [et que les FARC], travaillent en partenariat avec les gangs de criminels et les policiers corrompus afin de cibler des personnes pour des fins d'enlèvements » (16 févr. 2008).

Un père jésuite vénézuélien, dont les propos ont été recueillis par le quotidien Los Angeles Times, a souligné que des membres de sa communauté, dans la paroisse d'El Nula-San Camino, étaient victimes des FARC qui leur extorquent de l'argent ou des biens, les menacent d'enlèvements et procèdent à des assassinats (24 févr. 2008). Plus particulièrement, selon le père jésuite, des rebelles extorquent [traduction] « une taxe de guerre » aux fermiers et aux propriétaires d'entreprises de la paroisse, par exemple une vache ou 20 dollars américains par mois (ibid.). Ceux qui ne paient pas seraient assassinés; il y aurait, selon le père jésuite, environ un assassinat par mois dans sa paroisse, généralement dû à une faute de paiement (ibid.). Selon le père jésuite, auparavant, les FARC venaient dans sa paroisse pour se reposer, mais maintenant, elles s'y sont installées (ibid.).

Dans l'État de Zulia, le maire de Machiques, Alfonso Marquez, a affirmé que des membres des FARC ont saisi des terres appartenant à des groupes d'autochtones (ibid.).

Mexique

Selon des informations fournies par les services de renseignements de Colombie et du Mexique et publiées par le quotidien mexicain El Universal, les FARC réaliseraient des actions notamment contre les gouvernements de Colombie, du Mexique et des

États-Unis et ce, à partir de Mexico (El Universal 10 mai 2007). Selon El Universal, les services de renseignements de Colombie auraient obtenu des informations selon lesquelles les FARC auraient des bureaux où se réunissent leurs sympathisants à Mexico, à Guadalajara, à Monterrey et à Toluca (10 mai 2007; voir aussi Diario crítico de Ecuador 11 mars 2008 et El Universal 11 mai 2008). Selon El País, quatre organisations pro-FARC exercent des activités au Mexique et sont gérées à partir de deux cellules secrètes financées par le secrétariat des FARC (11 mai 2008). La présence des FARC au Mexique a aussi été soulignée par le quotiden catalan La Vanguardia et le quotien mexicain El Norte dans le cadre d'articles liant les FARC à l'organisation séparatiste basque (Euskadi Ta Askatasuna – ETA) (La Vanguardia 31 mai 2008; El Norte 1er juin 2008).

Le chef de la délégation diplomatique de la Colombie au Mexique a au contraire affirmé [traduction] « que le gouvernement de Bogota n'avait aucune connaissance de l'existence d'une "branche des FARC au Mexique, ni ailleurs dans le monde" » (NOTIMEX 5 janv. 2008). Le ministère de la Sécurité publique du Mexique (Secretaría de Seguridad Pública – SSP) a affirmé n'avoir établi aucun lien structurel entre les FARC et le narcotrafic mexicain (EFE 18 mai 2007).

Panama

La frontière entre le Panama et la Colombie est une zone forestière où se réfugieraient les guérilleros colombiens (EFE 24 févr. 2008). Selon le Latinnews Daily, les autorités panaméennes de même que les habitants de la zone frontalière ont signalé que les FARC traversaient régulièrement les frontières terrestres et maritimes (25 févr. 2008). De plus, les autorités du Panama ont révélé que six Colombiens appartenant au front 57 des FARC ont été arrêtés par la police à la suite d'échanges de tirs en territoire panaméen (EFE 24 févr. 2008; Latinnews Daily 25 févr. 2008).

Équateur

Selon un article publié par le Service d'information des Nations Unies le 10 juin 2008, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a condamné l'enlèvement de trois Colombiens en Équateur. Selon les renseignements obtenus par le Service d'information des Nations Unies, « un groupe d'hommes en uniforme, masqués et armés, et qui venait apparemment de la Colombie, aurait fait une incursion armée le 26 mai dernier à San Martin » (Nations Unies 10 juin 2008). La source ne précise si les FARC sont les auteurs de ces enlèvements.

Par ailleurs, le 1er mars 2008, un campement des FARC en territoire équatorien a été bombardé par les forces armées colombiennes puis pris d'assaut par des soldats, ce qui a mené au décès de Raúl Reyes, le « numéro deux » des FARC (AFP 1er mars 2008; Reuters 1er mars 2008).

Selon les résultats de l'enquête spéciale sur les activités des FARC publiée par El Universal, une administratrice d'un commerce de détail aurait servi de liaison pour les FARC jusqu'à sa disparition (11 mai 2008).

Paraguay

Le ministre de la défense de Colombie, dans une allocution à la presse en juin 2006, a affirmé que tout porte à croire que les FARC sont présentes au Paraguay (Global Insight 8 juin 2006; voir aussi Notimex 22 juin 2006). Selon le ministre de la Défense, les guérilleros n'y seraient pas pour des raisons militaires; ils y donneraient [traduction] « des conseils à des criminels » concernant les explosifs (Agence de presse Xinhua 23 juin 2006; AFP 23 juin 2006). De plus, selon un article en portugais publié sur le site Internet du journal brésilien Correio Braziliense, des Paraguayens auraient pris part à des formations sur les prises d'otage dispensées par les FARC (31 août 2006).

Pérou

Les FARC exerceraient leurs activités aussi au Pérou (Latinnews Daily 6 avr. 2006; voir aussi Reuters 4 mars 2008). Selon un article publié par l'AP le 1er juin 2008, les populations limitrophes ont dénoncé l'arrivée de combattants vêtus en civil et de déserteurs des FARC en territoire péruvien. L'Associated Press a souligné que le gouvernement péruvien a renforcé la sécurité à sa frontière en raison du passage des membres des FARC sur son territoire (3 juin 2008). De plus, selon un autre article de l'AP, deux membres des FARC ont été capturés le 19 mars 2008 par la police nationale dans la ville péruvienne de Iquito, à la frontière avec la Colombie (19 mars 2008).

Bolivie

Le ministre de la Défense de la Colombie a souligné en 2006 que des membres des FARC entraînaient des gens à l'usage des explosifs (Agence de presse Xinhua 23 juin 2006; AFP 23 juin 2006) et à la prise d'otage (ibid.).

Aucun autre renseignement sur la présence des FARC dans les autres pays d'Amérique du Sud et d'Amérique centrale n'a pu être trouvé dans les délais fixés.

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais fixés. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous les sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références

Agence de presse Xinhua. 23 juin 2006. « Colombia Says FARC Rebels Operating in Bolivia, Paraguay ». (Factiva)

Agence France-Presse (AFP). 1er mars 2008. « Raul Reyes, numéro deux des Farc, tué par l'armée colombienne en Équateur ». [Date de consultation : 4 juin 2008]
_____. 8 mars 2008. Fabiola Sanchez. « Wave of Kidnappings Plagues Venezuela ». (Sun-Sentinel) [Date de consultation : 3 juin 2008]
_____. 27 février 2008. Fabiola Sanchez. « Les rebelles colombiens trouveraient refuge et armes au Venezuela ». (cyberpresse.ca) [Date de consultation : 25 févr. 2008]
_____. 23 juin 2006. « Mienbros de las FARC operanen Bolivia y Paraguay ». (El Nuevo Herald [Miami]/ Factiva)

Associated Press (AP). 3 juin 2008. « Perú: no hay pruebas de tráfico de armas de Perú a Colombia ». (AP Spanish Worldstream/Factiva)
_____. 1er juin 2008. « Perú refuerza seguridad en frontera con Colombia ». (AP Spanish Worldstream/ Factiva)
_____. 19 mars 2008. « Capturan a dos miembros de las FARC en Perú ». (AP Spanish Worldstream/ Factiva)

Correio Braziliense [Brasilia, en portugais]. 31 août 2006. « Misiones in Argentina Reportedly New Base for Paraguay-Brazil Drug Trade ». (BBC Monitoring Americas/ Factiva)

The Christian Science Monitor [Boston]. 15 février 2008. Sibylla Brodzinsky « Venezuelan FARC Victims to Chavez: 'What About Us?' ». (Factiva)

Cubaencuentro [Madrid]. 14 mai 2008. « La larga mano de las FARC ». [Date de consultation : 5 juin 2008]

Diario crítico de Ecuador. 11 mars 2008. Kate Joynes. « Colombia entrega pruebas de vínculos de las FARC en México ». [Date de consultation : 4 juin 2008]

EFE. 24 février 2008. « Panamá captura a seis guerrilleros de las FARC tras un enfrentamiento marítimo ». (El mundo.es/ Factiva)
_____. 18 mai 2007. « México vive la mayor ola de violencia de toda su historia por la "narcoguerra" ». (Lavanguardia.es) [Date de consultation : 6 juin 2008]

Global Insight. 8 juin 2006. Kate Joynes. « Paraguay Wins Colombian Security Support ». (Factiva)

Human Rights Watch (HRW). 3 juin 2008. « Venezuela: Clarify Relationship With Colombian Guerrillas ». [Date de consultation : 4 juin 2008]

Latinnews Daily. 25 février 2008. « Panama Clashes with FARC ». (Factiva)
_____. 23 octobre 2006. « Ecuador and Colombia: Farc Accusation Riles ». (Factiva)
_____. 6 avril 2006. « Chile: Colombian Ambassador Claims FARC Presence ». (Factiva).

Los Angeles Times. 24 février 2008. Chris Kraul. « Colombia Rebels Have Foothold in Venezuela: Border Area Residents Accuse Them of Killings and Extortion- Chavez Denies Giving the Leftist Guerrillas Free Rein ». (Factiva)

Nations Unies. 10 juin 2008. Service d'information des Nations Unies. « Le HCR condamne l'enlèvement de réfugiés colombiens en Équateur ». [Date de consultation : 10 juin 2008]

El Norte [Monterrey]. 1er juin 2008. Luis Méndez. « Resurge grupo ETA en México y Venezuela ». (Factiva).

NOTIMEX [Mexico]. 22 juin 2006. « Acusan a FARC de entrenar grupos ilegales de Paraguay y Bolivia ». (Factiva)
_____. Edelmiro Franco. 5 janvier 2008. « Colombia's Relations with Mexico "Excellent" – Foreign Minister ». (BBC Monitoring Americas/ Factiva)

El País [Madrid]. 11 mai 2008. Maite Rico. « Las FARC crean células clandestinas para su expansión internacional ». [Date de consultation : 25 juin 2008]

Reuters. 4 mars 2008. Patrick Markey. « Bush Backs Colombia over Venezuela "provocation" ». [Date de consultation : 3 juin 2008]
_____. 1er mars 2008. Patrick Markey. « Colombia Says it Kills FARC Commander in Ecuador ». [Date de consultation : 4 juin 2008]

El Universal [Mexico]. 11 mai 2008. « Una expansión silenciosa ». [Date de consultation : 4 juin 2008]
_____. 10 mai 2007. Doris Gómora « Detectan apoyo de FARC para izquierda mexicana ». (Factiva)

La Vanguardia [Barcelone]. 31 mai 2008. « Otros encuentros con las FARC en México o en Colombia ». (Factiva)

Voice of America (VOA). 3 juin 2008. « US Urges Colombia Neighbors to Combat Rebels ». (Factiva)

The Washington Post. 16 février 2008. Juan Forero. « Venezuelans Feel Kidnap Threat From Colombia ». (The Virginia-Pilot/ Factiva)

Autres sources consultées

Sites Internet, y compris : Asamblea Permanente de la Sociedad Civil por la Paz, Centro de Investigación y Educación Popular, Civil Wars, Colombian Human Rights Network, Colombian Support Network, Comunidad de Paz de San José de Apartadó, Democracy and Security, Derechos Human Rights, Equipo Nizkor, Fundación Ideas para la Paz, Fundación Instituto para la Construcción de la Paz (FICONPAZ), Human Rights First, Instituto Latinoamericano de Servicios Legales Alternativos (ILSA), Instituto Popular de Capacitación, International Security, International Social Security Review, Journal of Conflict and Security Law, Movimiento de Víctimas de Crímenes de Estado, Security Journal, Security Studies, Studies in Conflict and Terrorism, Terrorism and Political Violence.

Copyright notice: This document is published with the permission of the copyright holder and producer Immigration and Refugee Board of Canada (IRB). The original version of this document may be found on the offical website of the IRB at http://www.irb-cisr.gc.ca/en/. Documents earlier than 2003 may be found only on Refworld.

Search Refworld