Last Updated: Thursday, 18 September 2014, 13:28 GMT

Tchad : information sur le Socle pour le changement, l'unité et la démocratie (SCUD), notamment la façon dont il a été mis sur pied, la raison pour laquelle il l'a été et le moment où il l'a été ainsi que les fondateurs du groupe; information indiquant si l'un des fondateurs est venu au Canada; information sur les activités rebelles et les événements majeurs auxquels a participé le groupe (2005 - mars 2009)

Publisher Canada: Immigration and Refugee Board of Canada
Author Direction des recherches, Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada, Ottawa
Publication Date 26 March 2009
Citation / Document Symbol TCD103080.EF
Cite as Canada: Immigration and Refugee Board of Canada, Tchad : information sur le Socle pour le changement, l'unité et la démocratie (SCUD), notamment la façon dont il a été mis sur pied, la raison pour laquelle il l'a été et le moment où il l'a été ainsi que les fondateurs du groupe; information indiquant si l'un des fondateurs est venu au Canada; information sur les activités rebelles et les événements majeurs auxquels a participé le groupe (2005 - mars 2009), 26 March 2009, TCD103080.EF, available at: http://www.refworld.org/docid/4b20efd828.html [accessed 18 September 2014]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

Selon un rapport de Roy May et Simon Massey qui a été publié par Writenet, [traduction] « la propension du Tchad aux luttes intestines et aux alliances opportunes rend, en fait, le suivi des groupes armés s'opposant au régime conjectural, [car] [c]hacun des groupes risque de se dissoudre, de se séparer, de changer de nom, de s'allier ou même de se rallier au régime du jour au lendemain » (May et Massey mars 2007, 10). Comme le montrent les paragraphes suivants, parmi les sources qu'elle a consultées, la Direction des recherches a trouvé des renseignements parfois concordants, parfois contradictoires, sur les fondateurs et les activités du Socle pour le changement, l'unité et la démocratie (SCUD).

Selon un article publié par les Réseaux d'information régionaux intégrés (IRIN) des Nations Unies, en octobre 2005, des déserteurs de l'armée tchadienne se sont enfuis dans l'est du Tchad et ont formé le SCUD (4 janv. 2006; voir aussi AFP 28 avr. 2006). Un article publié par les IRIN le 12 décembre 2005 souligne que le président Idriss Déby a affirmé que certains de ces mêmes déserteurs qui ont formé le SCUD [version française des Nations Unies] « étaient impliqués dans la tentative de coup d'État de mai 2004 ». Selon plusieurs sources, Yaya Dillo Djerou serait le chef du SCUD (Nations Unies 21 mars 2006; ibid. 10 févr. 2006; ibid. 12 déc. 2005). Un article publié en octobre 2005 par les IRIN signale que la tentative du gouvernement d'engager des négociations avec les déserteurs s'est soldée par un échec et que le chef du SCUD, M. Djerou, a posé comme condition à la tenue de la discussion que soient libérés des prisonniers politiques (ibid. 25 oct. 2005). L'article souligne que les estimations du nombre de membres que compterait le SCUD varient; selon le gouvernement, il y aurait plusieurs dizaines de rebelles, alors que selon M. Djerou, le SCUD compterait plus de 600 hommes qui disposent de blindés (ibid.; voir aussi AFP 28 avr. 2006). Selon un article publié le 12 décembre 2005 par les IRIN, M. Djerou a déclaré que le SCUD [version française des Nations Unies] « s'insurge contre la politique générale du gouvernement ». Dans un article publié le 10 février 2006, les IRIN affirment que des groupes armés, notamment le SCUD, ont formé une alliance pour [version française des Nations Unies] « débarrasser le Tchad de la dictature d'Idriss Déby ».

Human Rights Watch (HRW) souligne ce qui suit :

[version française de HRW]

Au début de la rébellion, les deux mouvements rebelles les plus forts étaient le Front Uni pour le Changement (FUC), essentiellement composé de combattants de l'ethnie Tama et le Socle pour le Changement, l'Unité et la Démocratie (SCUD) et son rejeton, le Rassemblement des Forces Démocratiques (RaFD), tous les deux composés principalement de déserteurs zaghawa du gouvernement tchadien et des forces armées, notamment des responsables du sous-clan Bideyat chez les Zaghawa et des membres de la famille immédiate de Déby (juill. 2007, 11).

De même, la British Broadcasting Corporation (BBC) précise que le SCUD est en majorité composé de Zaghawas qui ont quitté l'armée tchadienne (20 avr. 2007). L'article de la BBC ajoute que le SCUD fait partie de la coalition du RaFD, qui inclurait aussi le groupe rebelle de la Concorde nationale tchadienne (CNT) (ibid.).

Selon HRW, le RaFD est formé du SCUD, d'un deuxième groupe dirigé par un ancien commandant de l'armée, Séby Aguid, puis d'un troisième groupe mené par l'ancien commandant de la garde présidentielle, Ramadane Bokhit (janv. 2007, 68). Les noms du deuxième et du troisième groupe ne sont pas indiqués dans le rapport de HRW. En décembre 2005, les IRIN ont signalé que les principaux représentants du gouvernement, y compris les neveux du président Déby, Tom et Timan Erdimi, ainsi que plusieurs officiers avaient déserté leur poste et rejoint les rangs des forces rebelles (Nations Unies 12 déc. 2005; voir aussi AFP 28 avr. 2006). De plus, selon le rapport de Writenet, Tom et Timan Erdimi sont les [traduction] « forces motrices » de la coalition du RaFD (May et Massey mars 2007, 10). Dans un rapport rédigé pour Small Arms Survey, Jérôme Tubiana, titulaire d'un doctorat en études africaines ayant effectué de nombreuses missions de recherches dans le nord et l'est du Tchad (avr. 2008, 7), affirme lui aussi que Tom et Timan Erdimi sont les dirigeants du RaFD, mais qu'ils sont les cousins du président Déby, et non ses neveux (Small Arms Survey avr. 2008, 42).

En mars 2006, une tentative de destruction en vol de l'avion du président Déby a été déjouée (Nations Unies 15 mars 2006; AFP 28 avr. 2006). Le gouvernement a lancé des mandats d'arrestation à l'échelle internationale contre les [version française des Nations Unies] « auteurs » de la tentative de coup d'État, y compris Tom et Timan Erdimi (Nations Unies 15 mars 2006; May et Massey mars 2007, 11). Selon le rapport de Writenet, le RaFD était responsable de cette tentative de coup d'État (ibid.). Un article publié par les IRIN le 21 mars 2006 signale qu'à la suite de la tentative de coup d'État, le gouvernement a lancé une offensive contre les rebelles dans l'est du Tchad.

En décembre 2006, le FUC a signé un accord de paix avec le gouvernement (HRW juill. 2007, 13; AI 2008) et, peu de temps après, ses membres ont été déployés à la frontière entre le Tchad et le Soudan dans le but d'affronter le SCUD et le RaFD (HRW juill. 2007, 13). Le rapport de HRW ajoute que le SCUD était responsable des attaques de janvier 2007 contre le FUC et l'Armée nationale tchadienne (ANT), qui leur auraient [version française de HRW] « fait subir des pertes épouvantables » (ibid., 15).

Amnesty International (AI) affirme que quatre groupes armés, notamment l'Union des forces pour la démocratie et le développement (UFDD), le RaFD et la CNT, ont signé un accord de paix avec le gouvernement le 4 octobre 2007 qui n'a pas totalement été respecté en raison de désaccords concernant certains détails (2008). En revanche, dans un article publié en octobre 2007, l'Agence France-Presse (AFP) présente l'UFDD, l'UFDD-Fondamentale (UFDD-F), le Rassemblement des forces pour le changement (RFC) et la CNT comme les quatre groupes rebelles signataires de l'accord de paix (25 oct. 2007). Un article publié le 23 janvier 2009 par l'AFP souligne que Timan Erdimi était le dirigeant du RFC. Selon AI, depuis novembre 2007, les affrontements entre l'armée nationale et certains des groupes armés signataires de l'accord de paix ont repris (2008).

Un article de l'AFP paru en janvier 2009 signale que Timan Erdimi a été élu chef de l'Union des forces de la résistance (UFR), coalition formée de huit groupes rebelles (23 janv. 2009; Nations Unies mars 2009). Selon le Conseil de sécurité des Nations Unies, la coalition a pour objectif de démettre le président Déby de ses fonctions (ibid.). Le Conseil de sécurité précise aussi que le gouvernement du Tchad croit que le Soudan appuie l'UFR et que les relations entre les deux pays se sont [traduction] « détériorées » en raison d'une [traduction] « guerre par procuration des deux côtés » (ibid.).

Parmi les sources qu'elle a consultées, la Direction des recherches n'a trouvé aucune information indiquant si l'un des fondateurs du SCUD ou du RaFD est venu au Canada.

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais fixés. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous les sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références

Agence France-Presse (AFP). 23 janvier 2009. « Tchad: Timan Erdimi, élu président de l'ensemble de la rébellion ». (Factiva)
_____. 25 octobre 2007. « Chad President, Rebels Sign Peace Deal ». (Factiva)
_____. 28 avril 2006. « Les troubles au Tchad depuis octobre 2005 (Chronologie, Dossier) ». (Factiva)

Amnesty International (AI). 2008. « Chad ». Amnesty International Report 2008. [Date de consultation : 9 mars 2009]

British Broadcasting Corporation (BBC). 20 avril 2007. « Profiles of Chadian Rebel Groups ». (Factiva)

Human Rights Watch (HRW). Juillet 2007. Early to War: Child Soldiers in the Chad Conflict. [Date de consultation : 6 mars 2009]
_____. January 2007. "They Came Here to Kill Us:" Militia Attacks and Ethnic Targeting of Civilians in Eastern Chad. [Date de consultation : 7 août 2009]

May, Roy et Simon Massey. Mars 2007. Writenet. Chad: Politics and Security. (ecoi.net) [Date de consultation : 6 mars 2009]

Nations Unies. Mars 2009. Conseil de sécurité. « Chad/CAR ». [Date de consultation : 17 mars 2009]
_____. 21 mars 2006. Réseaux d'information régionaux intégrés (IRIN). « Chad: Government Troops Clash with Rebels in East ». [Date de consultation : 6 mars 2006]
_____. 15 mars 2006. Réseaux d'information régionaux intégrés (IRIN). « Chad: Coup Attempt Foiled, Government Says ». [Date de consultation : 6 mars 2009]
_____. 10 février 2006. Réseaux d'information régionaux intégrés (IRIN). « Chad: with Insecurity Mounting in the East, are Déby's Days Numbered? ». [Date de consultation : 6 mars 2009]
_____. 4 janvier 2006. Réseaux d'information régionaux intégrés (IRIN). « Chad: President Déby Seeks Regional Support amid Tensions with Sudan ». [Date de consultation : 6 mars 2009]
_____. 12 décembre 2005. Réseaux d'information régionaux intégrés (IRIN). « Chad: Top Brass Defectors Protest Déby Rule ». [Date de consultation : 6 mars 2009]
_____. 25 octobre 2005. Réseaux d'information régionaux intégrés (IRIN). « Chad: Aid Workers Return to Camps Despite Breakdown in Talks with Deserters ». [Date de consultation : 6 mars 2009]

Small Arms Survey. Avril 2008. Jérôme Tubiana. The Chad-Sudan Proxy War and the 'Darfurization' of Chad: Myths and Realities. (Global Policy Forum) [Date de consultation : 6 mars 2009]

Autres sources consultées

Sites Internet, y compris : Africa Confidential, Africa Research Bulletin, Agence de presse africaine (APA), AllAfrica, Chad News, Coalition to Stop the Use of Child Soldiers, États-Unis – Department of State, Europa World, European Country of Origin Information Network (ecoi.net), Global Insight, International Crisis Group, Jeune Afrique, Nations Unies – Relief Web, One World Africa, Oxfam International, Tchad Actuel.

Copyright notice: This document is published with the permission of the copyright holder and producer Immigration and Refugee Board of Canada (IRB). The original version of this document may be found on the offical website of the IRB at http://www.irb-cisr.gc.ca/en/. Documents earlier than 2003 may be found only on Refworld.

Search Refworld

Countries