Last Updated: Monday, 01 September 2014, 14:30 GMT

Panama : information sur le traitement que réservent les autorités et la population en général aux personnes chinoises, y compris à leurs enfants nés au Panama; la protection offerte par l'État aux gens d'affaires chinois qui sont victimes d'un crime (2008-septembre 2010)

Publisher Canada: Immigration and Refugee Board of Canada
Publication Date 21 October 2010
Citation / Document Symbol PAN103596.EF
Cite as Canada: Immigration and Refugee Board of Canada, Panama : information sur le traitement que réservent les autorités et la population en général aux personnes chinoises, y compris à leurs enfants nés au Panama; la protection offerte par l'État aux gens d'affaires chinois qui sont victimes d'un crime (2008-septembre 2010), 21 October 2010, PAN103596.EF, available at: http://www.refworld.org/docid/4e4384322.html [accessed 2 September 2014]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

Les immigrants chinois récemment arrivés au Panama peuvent subir de la discrimination de la part de la population en général et de la communauté sino-panaméenne, principalement en raison de différences culturelles et linguistiques (MRG janv. 2009; É.-U. 11 mars 2010, sect. 6). Dans son World Directory of Minorities and Indigenous Peoples, Minority Rights Group International (MRG) signale que les Chinois de deuxième et troisième générations au Panama sont [traduction] « considérés comme différents des immigrants récents et sont généralement acceptés dans la société panaméenne » (MRG janv. 2009).

Le journal en ligne de langue anglaise Panama News voulait montrer l'attitude des médias grand public et de la communauté en général à l'égard des Chinois dans un article du 12 octobre 2009 lorsqu'il a mentionné que le président Martinelli a annoncé que seuls les visiteurs asiatiques devront déposer [traduction] « une importante somme d'argent » à la Banque nationale du Panama (Banco Nacional de Panamá) pour entrer au pays. Selon le journal, cette obligation, qui serait ajoutée aux lois sur l'immigration (Panama News 1er oct. 2009), a été peu contestée par les gens qui ne font pas partie de la communauté chinoise, et des médias ont profité de l'occasion pour exprimer des [traduction] « opinions antichinoises » (ibid. 12 oct. 2009). Une délégation de l'Association chinoise du Panama (Chinese Association of Panama) a réagi en participant au journal télévisé Telemetro et a affirmé que sa communauté appuie la migration légale, mais que le traitement des documents d'immigration pour les Chinois est habituellement retardé et que seulement 80 naturalisations d'immigrants chinois ont été approuvées en 2008 (ibid. 1er oct. 2009).

Parmi les sources qu'elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n'a trouvé aucune information indiquant si les lois sur l'immigration ont été modifiées conformément à l'annonce du président. Toutefois, dans Hora Cero, journal panaméen en ligne, un article du 10 septembre 2010 portant sur la détention d'une durée de 11 jours de 4 Chinois dès leur entrée au pays souligne que [traduction] « ce n'est un secret pour personne que les Chinois doivent payer une somme d'argent exorbitante » pour entrer au pays.

L'article du Hora Cero explique que les visiteurs chinois ont été détenus même si l'un d'eux était muni d'une carte d'identité panaméenne et que les autres possédaient des passeports valides (Hora Cero 10 sept. 2010). On leur aurait refusé de communiquer avec l'extérieur durant sept jours, selon les ordres du Bureau du procureur adjoint de la République (Fiscal Auxiliar de la República) et du délégué du Bureau du procureur, chef de la Division de la traite de personnes (Delegado de la Fiscalía Jefe de la División de Delitos de Trafico de Personas), qui [traduction] « affirment avoir voulu leur sauver la vie » (ibid.). Selon Hora Cero, ce type de protection est fournie sur demande seulement et aucune des quatre personnes détenues ne l'avait demandée (ibid.). L'auteur de l'article accuse les autorités d'avoir fait preuve [traduction] « de négligence, d'incompétence et de non-respect des droits de la personne et des lois » et fait valoir que, même si aucune accusation n'a été portée, des personnes ont été détenues par la Direction des enquêtes judiciaires (Dirección de Investigación Judicial - DIJ) (ibid.). Parmi les sources qu'elle a consultées, la Direction des recherches n'a trouvé aucune autre information sur cet incident.

Traitement réservé aux gens d'affaires chinois

L'organisation MRG signale que les nouveaux immigrants chinois [traduction] « éprouvent parfois des difficultés bureaucratiques dans l'exercice de leur profession » (janv. 2009). L'organisation non gouvernementale (ONG) internationale souligne également que la constitution du Panama [traduction] « interdit aux non-Panaméens [comme les nouveaux arrivants chinois] d'être propriétaires d'un commerce de détail » (MRG janv. 2009). Toutefois, cette règle n'est généralement pas mise en application (ibid.; É.-U. 11 mars 2010, sect. 6) et MRG mentionne que les nouveaux arrivants peuvent s'associer à une personne du pays (janv. 2009).

Selon MRG, [traduction] « [l]es immigrants chinois légaux et clandestins obtiennent moins de protections juridiques que les citoyens du Panama pour ce qui est de leurs activités commerciales » (janv. 2009). Une délégation de l'Association chinoise du Panama s'est également [traduction] « plainte que bon nombre de leurs entreprises offrent leurs services dans des secteurs où le taux de criminalité est élevé et qu'ils n'obtiennent pas beaucoup de protection de la part de la police » (Panama News 1er oct. 2009). Toutefois, la Police nationale du Panama (Policía Nacional de Panamá) a mis sur pied un programme appelé « Comercios Vigilantes » (Commerces vigilants) dans les secteurs commerciaux afin de prévenir le crime; son succès dépend de la participation et de la coordination des employés, des propriétaires, des clients et de la population (Panama s.d.). Parmi les sources qu'elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n'a trouvé aucune information sur l'efficacité de ce programme pour protéger les commerces chinois.

Selon La Prensa, journal du Panama, la société panaméenne accepte de nombreuses formes de discrimination, comme celle qui consiste à appeler les propriétaires chinois de supermarchés, présents dans presque chaque quartier, « "el chino", "la china" » et « "el chinito" », et ce, même s'ils vivent à cet endroit depuis des années (La Prensa 12 oct. 2008).

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais fixés. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous les sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références

États-Unis (É.-U.). 11 mars 2010. « Panama ». Country Report on Human Rights Practices for 2009. [Date de consultation : 5 oct. 2010]

Hora Cero [Panama]. 10 septembre 2010. Eduardo Pinnock. « Denuncian difícil situación de tres chinos ». <&lt;http://www.horacero.com.pa/index.php?option=com_content&view=article&id=26779:hora-cero&catid=24:panama&Itemid=111115> [Date de consultation : 5 oct. 2010]

Minority Rights Group International (MRG). Janvier 2009. « Chinese Panamanians ». World Directory of Minorities and Indigenous Peoples. <&lt;http://www.minorityrights.org/?lid=4217&tmpl=printpage> [Date de consultation : 29 sept. 2010]

Panama. S.d. Policía Nacional de Panama. « Comunidad ». [Date de consultation : 6 oct. 2010]

Panama News. 12 octobre 2009. Vol. 15, no 16. « Socially Accepted Racism ». [Date de consultation : 29 sept. 2010]

_____. 1er octobre 2009. Vol. 15, no 15. Eric Jackson. « Martinelli Proposes New Anti-Chinese Discrimination in Immigration Law ». [Date de consultation : 29 sept. 2010]

La Prensa [Panama]. 12 octobre 2008. Roxana Muñoz. « La discriminación sutil ». [Date de consultation : 5 oct. 2010]

Autres sources consultées

Sources orales : Les tentatives faites pour joindre des représentants du Centro Cultural Chino Panameño et de la Policía Nacional de Panamá ont été infructueuses.

Sites Internet, y compris : Agencia Latina de Información, Amnesty International (AI),Center for International Development and Conflict Management Minorities at Risk Project, Commission interaméricaine des droits de l'homme, European Country of Origin Information Network (ecoi.net), Human Rights Watch, International Society for the Study of Chinese Overseas, Nations Unies - Comité pour l'élimination de la discrimination raciale (CERD), Nations Unies - Refworld, Parlamento Centroamericano (PARLACEN), Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Copyright notice: This document is published with the permission of the copyright holder and producer Immigration and Refugee Board of Canada (IRB). The original version of this document may be found on the offical website of the IRB at http://www.irb-cisr.gc.ca/en/. Documents earlier than 2003 may be found only on Refworld.

Search Refworld

Countries