Last Updated: Friday, 29 August 2014, 14:18 GMT

Nigéria : différences, s'il en est, entre le yorouba parlé dans la ville de Lagos et le yorouba « traditionnel »; importance de ces différences; information indiquant si elles pourraient causer des malentendus (2004)

Publisher Canada: Immigration and Refugee Board of Canada
Author Direction des recherches, Commission de l'immigration et du statut de réfugié, Canada
Publication Date 29 November 2004
Citation / Document Symbol NGA43147.EF
Reference 1
Cite as Canada: Immigration and Refugee Board of Canada, Nigéria : différences, s'il en est, entre le yorouba parlé dans la ville de Lagos et le yorouba « traditionnel »; importance de ces différences; information indiquant si elles pourraient causer des malentendus (2004), 29 November 2004, NGA43147.EF, available at: http://www.refworld.org/docid/42df61482f.html [accessed 30 August 2014]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

Nombre de sources ont mentionné que la forme de yorouba parlée à Lagos et d'autres formes pouvaient être comprises ou non, selon les dialectes du locuteur et de la personne qui l'écoute (professeur adjoint 23 nov. 2004; professeur de langues africaines 22 nov. 2004; professeur d'histoire de l'art 22 nov. 2004).

Selon nombre de sources, il existe entre 20 et 26 dialectes yoroubas (Ethnologue mai 2004; professeur de langues africaines 22 nov. 2004; professeur adjoint 23 nov. 2004).

Lors d'un entretien téléphonique du 22 novembre 2004, un professeur de langues et de linguistique africaines de l'université du Wisconsin-Madison, qui est aussi le directeur exécutif du Conseil national des organisations des langues les moins enseignées (National Council of Organizations of Less Commonly Taught Languages), a fourni l'information suivante. Le professeur a déclaré que certains des dialectes comme l'oyo, l'ijebu, l'ekiti, l'egba et l'ilaje sont très semblables et peuvent être compris par une personne qui parle le dialecte de Lagos, tandis que d'autres dialectes peuvent être difficiles à comprendre par un locuteur du dialecte de Lagos. En outre, la proximité géographique ne veut pas dire que les dialectes seront compris.

Lors d'un entretien téléphonique du 23 novembre 2004, un professeur adjoint de l'université de Géorgie, qui est aussi chargé de cours de yorouba, a fourni l'information suivante. Le dialecte de Lagos est parlé par des personnes [traduction] « instruites ». Selon le professeur adjoint, le dialecte de Lagos est plutôt un dialecte standard qui devrait être compris par les locuteurs des dialectes ruraux. Cependant, les locuteurs des dialectes ruraux peuvent ne pas être compris par les locuteurs du yorouba de Lagos.

L'information suivante a été fournie par un professeur d'histoire de l'art de l'université du Wisconsin-Madison, qui se spécialise dans l'art yorouba, lors d'un entretien téléphonique du 22 novembre 2004. Ce professeur a déclaré que le yorouba de Lagos avait été influencé par nombre de langages, y compris l'anglais. Il a corroboré l'information fournie précédemment en mentionnant que les Yoroubas de Lagos pouvaient ne pas être compris par une personne de l'extérieur de Lagos. Il a aussi corroboré l'information fournie par le professeur adjoint en soulignant que la géographie pouvait jouer un rôle dans la compréhension des dialectes yoroubas. Les dialectes géographiquement plus proches de Lagos, comme l'ijebu et l'awori qui sont parlés au nord de Lagos, devraient être compris par un habitant de cette ville.

De l'information sur les cinq groupes régionaux de dialectes a été trouvée sur le site Internet de l'Institut d'études africaines (African Studies Institute) de l'université de Géorgie : [traduction] « yorouba du Nord-Ouest; yorouba du Nord-Est; yorouba du Centre; yorouba du Sud-Ouest; yorouba du Sud-Est » (s.d.).

De l'information additionnelle sur les dialectes a été trouvée, y compris ce qui suit :

[traduction]

Des variations phonologiques, lexicales et grammaticales caractérisent ces groupes, puisqu'il existe différents degrés d'intelligibilité mutuelle au sein des dialectes « géographiques » de chaque groupe. Toutefois, un consensus sur une forme traditionnelle a été atteint et cette forme est celle qui est écrite et enseignée. Cette forme, assez proche du yorouba du Sud-Ouest, est comprise par les locuteurs de tous les dialectes et elle continue de remplir l'objectif de communication de tous les locuteurs (African Studies Institute s.d.).

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous la liste des autres sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références

African Studies Institute, université de Géorgie. S.d. « Yorùbá Language ». [Date de consultation : 23 nov. 2004]

Ethnologue. Mai 2004. « Yoruba: A Language of Nigeria ». [Date de consultation : 23 nov. 2004]

Professeur adjoint et chargé de cours de yorouba, université de Géorgie. 23 novembre 2004. Entretien téléphonique.

Professeur d'histoire de l'art, université du Wisconsin-Madison. 22 novembre 2004. Entretien téléphonique.

Professeur de langues et de linguistique africaines, université du Wisconsin-Madison. 22 novembre 2004. Entretien téléphonique.

Autres sources consultées

Sites Internet, y compris : Ethno-Net, The Rosetta Project, université de Géorgie.

Copyright notice: This document is published with the permission of the copyright holder and producer Immigration and Refugee Board of Canada (IRB). The original version of this document may be found on the offical website of the IRB at http://www.irb-cisr.gc.ca/en/. Documents earlier than 2003 may be found only on Refworld.

Search Refworld

Countries