Last Updated: Wednesday, 17 September 2014, 12:56 GMT

Malaisie : traitement des hindouistes (2006 - novembre 2007)

Publisher Canada: Immigration and Refugee Board of Canada
Author Direction des recherches, Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada, Ottawa
Publication Date 15 November 2007
Citation / Document Symbol MYS102644.EF
Cite as Canada: Immigration and Refugee Board of Canada, Malaisie : traitement des hindouistes (2006 - novembre 2007), 15 November 2007, MYS102644.EF, available at: http://www.refworld.org/docid/47d651b4c.html [accessed 17 September 2014]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

La minorité indienne de la Malaisie, [traduction] « principalement hindouiste », compte pour environ 8 p. 100 de la population du pays (AFP 19 juin 2006; Asia Times 14 janv. 2006). Selon l'Asia Times, la population ethnique indienne de Malaisie se distingue par des taux de criminalité, de pauvreté et de suicide plus élevés que les moyennes nationales (ibid. 11 juill. 2006). Toutefois, aucune information corroborante n'a été trouvée parmi les sources consultées par la Direction des recherches.

Des sources consultées par la Direction des recherches signalent que l'islam est la religion officielle de la Malaisie et qu'en vertu de la constitution, les autres religions jouissent d'une [traduction] « liberté de culte »; les minorités religieuses ont toutefois remarqué une diminution de cette liberté (Asia Times 14 janv. 2006; HRWF 17 juill. 2007; Freedom House 2007).

Des membres des minorités religieuses, y compris des communautés hindouistes, se sont plaints de la priorité donnée à la charia par rapport aux tribunaux civils (The Straits Times 12 janv. 2006; voir aussi SUARAM 11 févr. 2007). Par exemple, en Malaisie, les hommes et les femmes non musulmans doivent se convertir à l'islam avant de pouvoir se marier à une personne musulmane (Malaisie s.d.).

En décembre 2005, un homme hindouiste a été enterré selon le rite musulman, contre la volonté de sa famille, à la suite d'une décision d'un tribunal islamique (The Straits Times 12 janv. 2006; Freedom House 2007; Asia Times 14 janv. 2006; voir aussi AFP 12 juill. 2006).

En février 2007, deux enfants d'une famille d'origine indienne auraient [traduction] « lutté » contre les autorités malaisiennes afin de changer le statut religieux inscrit sur leurs actes de naissance qui les désignaient alors comme des musulmans (AFP 9 févr. 2007). Bien qu'ils affirmaient être hindouistes, ils n'ont pas pu modifier leur statut de musulmans lorsqu'ils se sont adressés au ministère des Registres nationaux (National Registration Department) de Malaisie (ibid.).

En mai 2007, les autorités islamiques de l'État de Selangor ont forcé un homme hindouiste à se séparer de sa femme musulmane; mais dans une autre décision, elles ont accordé à cette homme la garde des enfants (AFP 4 mai 2007; HRWF 17 juill. 2007; voir aussi AFP 18 avr. 2007).

À l'été 2007, l'organisme bruxellois Droits de l'homme sans frontières (Human Rights Without Frontiers – HRWF) a signalé deux cas où des hindouistes ont été punis pour avoir commis des actes considérés comme [traduction] « illégaux selon l'islam » (13 août 2007). En juillet 2007, une femme musulmane qui s'était convertie à l'hindouisme a signalé avoir été [traduction] « mentalement torturée par la police religieuse islamique » tout au long de sa détention qui a duré six mois (HRWF 13 août 2007) dans un [traduction] « centre islamique de consultation administré par l'État » (Reuters 9 juill. 2007). En Malaisie, les tribunaux de la charia ne permettent pas aux musulmans de renoncer à leur religion; les apostats seraient envoyés à des séances de consultation et s'ils ne collaborent pas, des amendes ou des peines d'emprisonnement pourraient leur être infligées (ibid.). Selon Reuters, [traduction] « ces personnes se retrouvent souvent dans une situation de vide juridique, elles n'ont ni la possibilité de faire inscrire leur nouvelle affiliation religieuse, ni celle de se marier légalement à une personne non musulmane »; et [traduction] « plusieurs gardent le silence à propos de leur choix ou quittent le pays » (ibid.).

En août 2007, la police religieuse islamique aurait libéré une femme musulmane d'origine indienne après une peine de détention de quatre mois imposée pour avoir marié un homme hindouiste; toutefois, des [traduction] « autorités islamiques » non identifiées ont ordonné au couple de vivre séparément puisque leur mariage était considéré comme non islamique (HRWF 13 août 2007). Aucune information corroborante n'a pu être trouvée parmi les sources consultées par la Direction des recherches.

Réponse de l'État

En janvier 2006, des ministres non musulmans du gouvernement de Malaisie ont présenté au premier ministre Abdullah Ahmad Badawi un cahier portant sur les droits des non musulmans de Malaisie (The Hindu 25 janv. 2006; AFP 16 mai 2006; IPS 22 janv. 2006). Les ministres demandaient à ce que la constitution soit amendée de façon à mieux protéger les droits des non musulmans (The Hindu 25 janv. 2006). Après avoir été critiqués par leurs collègues, les ministres ont retiré leur cahier (AFP 16 mai 2006; voir aussi Freedom House 2007).

En juillet 2006, en réaction à certains incidents qui se sont produits et qui étaient liés à la religion, le premier ministre a annoncé qu'il interdisait les discussions publiques sur la religion (AFP 27 juill. 2006; Freedom House 2007), ainsi que tout rapport portant sur les religions et les races (ibid.). En février 2007, Abdullah Ahmad Badawi a rencontré des représentants du Malaysian Consultative Council of Buddhism, Christianity, Hinduism, Sikhism and Taoism (MCCBCHST) afin de discuter avec eux de questions religieuses (SUARAM 11 févr. 2007). Cité dans un article du 11 février 2007 rédigé par Suara Rakyat Malaysia (SUARAM), une organisation non gouvernementale malaisienne œuvrant dans le domaine des droits de la personne (SUARAM s.d.), un porte-parole du MCCBCHST a affirmé que le premier ministre savait que des autorités locales avaient démoli des temples sans avoir procédé à des consultations adéquates, mais ne savait pas que les minorités religieuses avaient beaucoup de [traduction] « griefs », notamment à propos des conversions religieuses (SUARAM 11 févr. 2007).

Démolition de temples

Diverses sources signalent que les tensions religieuses ont augmenté après l'accélération de la démolition de temples hindouistes faite par des administrations locales dans le but de permettre la réalisation de projets de développement (AFP 19 juin 2006; SEAPA 27 févr. 2007; AHRC 15 juin 2006; voir aussi AP 31 mars 2006). De nombreux temples et sanctuaires hindouistes ont été détruits en Malaisie (États-Unis 6 mars 2007, sect. 2.c), y compris des temples de Kuala Lumpur et des États de Selangor et de Negeri Sembilan (AFP 19 juin 2006). Un article de l'Associated Press (AP) a signalé que le groupe de pression Hindu Rights Action Force (Hindraf) soutient que [traduction] « plus de 70 temples hindouistes ont été rasés ou menacés de l'être en 2006 » (31 mars 2007; voir aussi SEAPA 27 févr. 2007).

Dans un communiqué de presse du 30 octobre 2007, Malaysia Hindu Sangam, un groupe qui chapeaute plusieurs autres groupes et qui [traduction] « défend les intérêts des organisations hindouistes » (s.d.), a dénoncé la destruction d'un temple hindouiste dans la ville de Shah Alam. Les autorités locales ont démoli ce temple âgé de 110 ans afin de construire une autoroute (Malaysia Hindu Sangam 30 oct. 2007; AHRC 15 juin 2006).

La position des autorités est que ces temples avaient été construits de manière illégale sur des terrains inappropriés ou sur des terrains acquis par les autorités locales (AFP 19 juin 2006; AP 31 mars 2007). Un article de l'AP du 31 mars 2007 ajoutait que, selon les lois malaisiennes, les temples et les églises peuvent être détruits si les autorités locales décident qu'ils sont construits à des endroits inappropriés (ibid.). La ville de Kuala Lumpur aurait toutefois accepté de consulter un groupe de cinq représentants hindouistes avant d'entreprendre toute démolition ultérieure de temples (SEAPA 27 févr. 2007). En juillet 2006, une cour supérieure de l'État de Pahang a rendu un jugement qui a empêché la destruction d'un temple hindouiste (États-Unis 6 mars 2007, sect. 2.c).

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous la liste des autres sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références

Agence France-Presse (AFP). 4 mai 2007. « Landmark Case: Malaysian Hindu Gets Custody of Children from Muslim Wife ». (Factiva)
_____. 18 avril 2007. « Uproar in Malaysia after Islamic Officials Separate Family ». (Factiva)
_____. 9 février 2007. « Malaysian Hindus in Struggle to Change Muslim Name ». (Factiva)
_____. 27 juillet 2006. « Malaysian PM Warns of Action Against Religious Debate ». (Factiva)
_____. 19 juin 2006. « Malaysian Racial Tensions Grow over Hindu Temple Demolitions ». (Factiva)
_____. 16 mai 2006. « Malaysian Minister Condemns Conservative Muslim Protest as "Stupid": Reports ». (Factiva)

Asian Human Rights Commission (AHRC). 15 juin 2006. « Malaysia: State Orchestrated Destruction of Hindu Temples ». [Date de consultation : 26 oct. 2007]

Asia Times [Hong-Kong]. 11 juillet 2006. Zari Bukhari. « Temple Demolitions Stroke Malaysian Tensions ». (Factiva)
_____. 14 janvier 2006. Baradan Kuppusamy. « Malaysia's Minorities Unite Against Sharia ». (Factiva)

Associated Press (AP). 31 mars 2006. Sean Yoong. « Destruction of Non-Muslim Worship Centers Riles Faith Minorities in Malaysia ». (Malaysia Today). [Date de consultation : 29 oct. 2007]
_____. 17 juillet 2007. « Malaysia an Islamic State but Minority Rights Protected, Says Deputy PM ». (Factiva)

États-Unis. 6 mars 2007. Department of State. « Malaysia. » Country Reports on Human Rights Practices for 2006. [Date de consultation : 18 oct. 2007]

Freedom House. 2007. « Malaysia ». Freedom in the World 2007. [Date de consultation : 26 oct. 2007]

The Hindu [New Delhi]. 25 janvier 2006. P.S. Suryanarayana. « Badawi to Look Into Grievances of Non-Muslims ». (Factiva)

Human Rights Without Frontiers (HRWF). 13 août 2007. « Malaysia: Malaysia Releases Woman in Hindu Marriage Case ». (Factiva)

Inter Press Service (IPS). 22 janvier 2006. Baradan Kuppusamy. « Race, Religion, Cleave, Cabinet and Country ». (Malaysia Today). [Date de consultation : 1er nov. 2007]

Malaysia. S.d. « Marriage Procedures Between Muslim and Non-Muslim ». [Date de consultation : 13 nov. 2007]

Malaysia Hindu Sangam. 30 octobre 2007. « Temple Demolished Without Warning – A Cruel Act ». [Date de consultation : 1er nov. 2007]
_____. S.d. « Objectives of the Malaysia Hindu Sangam ». [Date de consultation : 1er nov. 2007]

Reuters. 9 juillet 2007. « Malaysia PM Vows to Resolve Muslim Conversion Woes ». (Factiva)

Southeast Asia Press Alliance (SEAPA). 27 février 2007. Allen V. Estabillo. « Hindu Temples under Siege ». [Date de consultation : 29 oct. 2007]

The Straits Times [Singapour]. 12 janvier 2006. Reme Ahmad. « Malaisie : Quand le tribunal islamique dicte sa loi aux non-musulmans ». (Courrier international/Factiva)

Suara Rakyat Malaysia (SUARAM). 11 février 2007. « NGOs Meet PM on Religious Issues ». [Date de consultation : 29 oct. 2007]
_____. S.d. « About SUARAM ». [Date de consultation : 13 nov. 2007]

Autres sources consultées

Sources orales : Suara Rakyat Malaysia (SUARAM) et la National Human Rights Society Hakam n'ont pas répondu à une demande d'information dans les délais prescrits pour cette réponse.

Sites Internet, y compris : Aliran, Asia Observer, Human Rights Watch (HRW), Malaysia Post, National Human Rights Society Hakam.

Copyright notice: This document is published with the permission of the copyright holder and producer Immigration and Refugee Board of Canada (IRB). The original version of this document may be found on the offical website of the IRB at http://www.irb-cisr.gc.ca/en/. Documents earlier than 2003 may be found only on Refworld.

Search Refworld

Countries

Topics