Last Updated: Friday, 24 October 2014, 15:39 GMT

Macédoine : information sur l'existence de groupes nationalistes ou extrémistes albanais, leur nombre et leur force politique, le traitement qui leur est réservé par les membres de la collectivité (de tous les groupes ethniques); protection offerte par l'État aux personnes harcelées par ces groupes (janvier 2005-décembre 2005)

Publisher Canada: Immigration and Refugee Board of Canada
Author Direction des recherches, Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada, Ottawa
Publication Date 13 February 2006
Citation / Document Symbol MKD100790.EF
Reference 2
Cite as Canada: Immigration and Refugee Board of Canada, Macédoine : information sur l'existence de groupes nationalistes ou extrémistes albanais, leur nombre et leur force politique, le traitement qui leur est réservé par les membres de la collectivité (de tous les groupes ethniques); protection offerte par l'État aux personnes harcelées par ces groupes (janvier 2005-décembre 2005), 13 February 2006, MKD100790.EF, available at: http://www.refworld.org/docid/45f1477c28.html [accessed 25 October 2014]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

Armée nationale albanaise

D'après l'Institut Memorial national de prévention du terrorisme (National Memorial Institute for the Prevention of Terrorism – MIPT) américains, l'armée nationale albanaise (ANA) est active en Macédoine depuis au moins le 14 septembre 2002 (22 sept. 2002). Le MIPT, fondé en avril 1995, est une organisation à but non lucratif établie à Oklahoma City et financée par le Bureau responsable de la coordination et de la préparation des gouvernements locaux et des États (State and Local Government Coordination and Preparedness – OSLGCP) du département de la Sécurité intérieure des États-Unis (MIPT s.d.).

Le MIPT qualifie l'ANA d'organisation [traduction] " nationaliste/séparatiste [qui], malgré son nom ", n'est pas une armée mais plutôt un [traduction] " groupe terroriste plus ou moins organisé " qui revendique l'unification des régions albanaises de l'ouest des Balkans (MIPT 22 sept. 2005), dont une partie de la Macédoine et du sud de la Serbie (AFP 14 juill. 2004). L'ANA, qui mènerait des activités dans certaines enclaves en Macédoine peuplées d'Albanaises (AP 30 juin 2004), s'oppose également au processus de paix qui a suivi le conflit survenu en 2001 en Macédoine entre les Albanais de souche et les Macédoniens (MIPT 22 sept. 2005).

Dirigeants

Le MIPT a déclaré en septembre 2005 que l'ANA était dirigée par Dilaver Bojku (MIPT 22 sept. 2005), mais un article publié en août 2004 par l'Associated Press (AP) déclarait qu'Idajet Beqiri, dirigeant du Parti de l'unité nationale albanaise, avait des [traduction] " liens " avec l'ANA (AP 16 août 2004). Un article publié en juillet 2004 par l'Agence France-Presse (AFP) mentionnait que M. Beqiri était [traduction] " [u]n dirigeant présumé de l'armée nationale albanaise " (voir aussi télévision albanaise 14 juill. 2004) et un article publié en décembre 2004 par Radio Free Europe/Radio Liberty (RFE/RL) affirmait que Gafur Adilli était le commandant de [traduction] " [l']armée nationale albanaise ", mais utilisait l'acronyme AKSH pour désigner cette organisation (13 déc. 2004; voir aussi MIA 16 févr. 2003).

En juin 2004, Idajet Beqiri a été extradé en Albanie après avoir été accusé d'incitation à la haine raciale en Macédoine (AP 30 juin 2004; AFP 14 juill. 2004). Selon un article publié par l'AP le 30 juin 2004, Beqiri était [traduction] " soupçonné de jouer un rôle dans l'armée nationale albanaise clandestine ". Le mois suivant, un tribunal de Tirana a imposé à Beqiri une peine d'emprisonnement de 18 mois (AFP 14 juill. 2004; télévision albanaise 14 juill. 2004), mais il a rapidement été mis en liberté (ibid.) parce qu'il avait déjà passé plusieurs mois en détention (AP 16 août 2004). Par la suite, toutes les accusations d'incitation à la haine raciales contre Idajet Beqiri ont été rejetées accusations d'avoir incité à la haine ethnique (ibid. 22 déc. 2004).

En décembre 2004, RFE/RL a signalé que les autorités albanaises avaient placé Gafur Adilli, le commandant de l'ANA, en résidence surveillée parce qu'il aurait encouragé ses partisans à prendre les armes en Macédoine (13 déc. 2004).

Nombre de membres

Le MIPT a signalé qu'on ne connaissait pas le nombre de membres de l'ANA (MIPT 22 sept. 2005). Cependant, dans un article publié le 16 août 2004, AP a déclaré que quelque 87 000 personnes en Albanie, au Kosovo et en Macédoine étaient membres des partis politiques appuyant le [traduction] " Mouvement pour la grande Albanie " dirigé par Idajet Beqiri.

Désignation

L'ANA serait considérée comme un [traduction] " groupe terroriste " par au moins deux organisations, la mission des Nations Unies au Kosovo (MINUK) (AP 30 juin 2004) et le MIPT (MIPT 22 sept. 2005). Cependant, selon les plus récentes sources consultées, le gouvernement américain n'a pas qualifié l'ANA [traduction] " [d']organisation terroriste étrangère " (MIPT 22 sept. 2005; États-Unis 14 nov. 2003). Les États-Unis considèrent plutôt l'ANA comme un groupe [traduction] " criminel " qui représente une menace pour la paix dans l'Ouest des Balkans : à ce titre, les biens du groupe sont gelés aux États-Unis et il est illégal pour les citoyens américains de faire affaire avec lui (MIPT 22 sept. 2005; États-Unis 14 nov. 2003). D'après le MIPT, aucun pays parmi l'Australie, le Canada, ceux de l'Union européenne et le Royaume-Uni n'a inscrit l'ANA sur la liste des [traduction] " groupes terroristes " (22 sept. 2005).

Incidents

Sur les quatre incidents impliquant l'ANA depuis sa création, le MIPT a remarqué que deux sont survenus en Macédoine et deux au Kosovo (MIPT 22 sept. 2005). Dans l'ensemble, l'ANA est responsable de deux blessés et de deux décès, tous au Kosovo (ibid.). Les deux incidents survenus en Macédoine étaient dirigés contre le gouvernement : l'un est survenu le 14 février 2003, l'autre le 14 septembre 2002 (ibid.).

Le 14 février 2003, une bombe télécommandée a explosé devant le tribunal de première instance de la ville de Struga, à 170 kilomètres au sud-ouest de Skopje (MIA 16 févr. 2003; MIPT 22 sept. 2005). L'ANA a revendiqué plus tard cet attentat à la bombe (MIA 16 févr. 2003; AP 18 févr. 2003; SRNA 18 févr. 2003), indiquant qu'elle l'avait organisé en représailles aux arrestations par les autorités macédoniennes d'Albanais de souche (MIA 16 févr. 2003). L'attentat a [traduction] " gravement endommagé l'édifice " (AP 18 févr. 2003), mais il n'y a eu aucune victime (ibid.; MIPT 22 sept. 2005).

Le 14 septembre 2002, on a mentionné que des membres de l'ANA avaient ouvert le feu sur le convoi du ministre de l'Intérieur sortant, Ljube Boskoski, tandis qu'il retournait à Skopje après avoir assisté aux funérailles de son père dans le village de Celopek, dans l'ouest de la Macédoine, (AFP 17 sept. 2002; AP 17 sept. 2002). Ni le ministre ni aucune personne de son entourage n'ont été blessés dans cet incident, mais l'un des attaquants a été tué et deux autres ont été blessés (ibid.; AFP 17 sept. 2002; MIA 17 sept. 2002). L'ANA aurait par la suite revendiqué la tentative d'assassinat (ibid.).

Avenir

Selon les autorités américaines, l'ANA ne reçoit pas un solide appui de la part des Albanais de souche en Macédoine (États-Unis 14 nov. 2003), et, selon le MIPT, [traduction] " [l]es autorités internationales [...] soulignent les motifs prétendument criminels du groupe et ne croient pas que celui-ci deviendra plus important. Bon nombre des rebelles du groupe ont rendu leurs armes à l'OTAN [Organisation du Traité de l'Atlantique Nord] dans le cadre du règlement de paix de 2001 " (22 sept. 2005).

Armée de libération nationale

Sans mentionner de nom, Amnesty International (AI) a déclaré qu'en septembre 2004, le ministère des Affaires internes avait lancé un mandat d'arrestation contre un ancien [traduction] " commandant local des Albanais de souche ", accusé d'avoir enlevé un certain nombre de Macédoniens de souche en 2001, au cours d'un conflit entre les forces de sécurité macédoniennes et l'armée de libération nationale des Albanais de souche (2005).

Le numéro de 2002 d'Extremist Groups décrivait l'armée de libération nationale comme une organisation nationaliste agissant le long de la frontière nord de la Macédoine et revendiquant [traduction] " [un] grand Kosovo indépendant, plutôt qu'une grande Albanie ". Créée en 2001, l'armée de libération nationale serait la rivale de l'ANA (Extremist Groups 2002, 443) et, même si elle est formée principalement de Macédoniens, elle comprend aussi d'anciens membres de l'armée de libération du Kosovo (ibid.; Europa 2005 2005, 2765). L'armée de libération nationale a affirmé [traduction] " respecter l'intégrité territoriale de la Macédoine ", tout en revendiquant [traduction] " [l']égalité des droits " pour les Albanais de souche se trouvant dans le pays (Extremist Groups 2002, 443).

Des partis des Albanais de souche auraient dénoncé l'armée de libération nationale pour sa violence, qui constituait une [traduction] " [p]etite opération de guérilla " (ibid., 443-444), et pour avoir visé des établissements d'application de la loi en 2001 (ibid., 444; Europa 2005 2005, 2765) ainsi que des gardiens de la paix (Extremist Groups 2002). Aucune information indiquant si les hostilités entre l'armée de libération nationale et les forces de sécurité macédoniennes ont fait des victimes n'a pu être trouvée parmi les sources consultées par la Direction des recherches dans les délais prescrits. Toutefois, lorsqu'un traité de paix a été signé en septembre 2001 entre les groupes rebelles albanais et le gouvernement de Macédoine, les 2 500 à 3 000 membres de l'armée de libération nationale (Europa 2005 2005, 2765-2766) auraient accepté de remettre leurs armes aux troupes de l'OTAN (ibid.; AFP 13 déc. 2001). En septembre 2001, l'armée de libération nationale a été officiellement dissoute (ibid.; Europa 2005 2005, 2766).

Autres groupes

Malgré les affirmations selon lesquelles on trouve des islamistes fondamentalistes en Macédoine (Gazeta Shqiptare 10 août 2005; Dan 14 janv. 2004), et des affirmations non corroborées selon lesquelles Al-Qaïda dispose d'une base dans le pays (ibid.), Agim Krasniqi, dirigeant d'un groupe albanais rebelle à Kondovo, en Macédoine, a nié une telle présence en Macédoine (Gazeta Shqiptare 10 août 2005). Agim Krasniqi aurait entraîné un groupe d'hommes armés dans une fusillade avec la police à l'extérieur de Skopje le 5 juin 2005, mais personne n'a été blessé pendant l'attaque (RFE/RL 8 juin 2005). Agim Krasniqi aurait occupé Kondovo pendant plusieurs semaines vers la fin de 2004, puis il aurait rendu les armes à la suite de négociations avec deux importants partis albanais (ibid.). Cependant, ces affirmations n'ont pu être corroborées par la Direction des recherches dans les délais prescrits.

En août 2005, Dow Jones a fait état de l'arrestation de deux Albanais de souche par des agents chargés de l'application de la loi en Macédoine; ils étaient accusés d'avoir planifié une attaque à la dynamite contre un commissariat dans un quartier albanais de Skopje (Dow Jones 17 août 2005). Dow Jones n'a pas indiqué si les deux accusés appartenaient à un groupe organisé, mais a signalé que l'incident n'avait fait aucune victime (ibid.).

Sécurité

Selon des groupes de défense des droits de la personne, le gouvernement a [traduction] " contribué à aggraver les conditions de sécurité dans les régions habitées principalement par des Albanais " en ne désarmant pas complètement les membres de la communauté albanaise trois ans après les conflits armés de 2001 (HRW 13 janv. 2005; voir aussi MHC 2004). Aucune autre référence à des groupes albanais extrémistes actifs en Macédoine n'a pu être trouvée par la Direction des recherches dans les délais prescrits.

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous la liste des autres sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références

Agence France-Presse (AFP). 14 juillet 2004. " Albanian Extremist Gets 18-Month Jail Term ". (Dialog)
_____. 17 septembre 2002. " Assassination Bid on Macedonia Minister ". (Factiva)
_____. 13 décembre 2001. " Ethnic Albanian Villagers Block Return of Macedonian Police ". (Factiva)

Amnesty International (AI). 2005. " Macédoine ". Rapport 2005 d'Amnesty International. [Date de consultation : 18 déc. 2005]

Associated Press (AP). 22 décembre 2004. " Albanian Extremist Politician Cleared of Ethnic Hatred Charges ". (Dialog)
_____. 16 août 2004. " Albanian Politician Convicted of Inciting Ethnic Hatred in Macedonia is Released ". (Dialog)
_____. 30 juin 2004. " Trial Begins for Albanian Politician Accused of Inciting Ethnic Hatred in Macedonia ". (Dialog)
_____. 18 février 2003. " Bombing Suspect in Macedonia Charged with Terrorism ". (Factiva)
_____. 17 septembre 2002. " Shootout Foiled Assassination Plot ". (Factiva)

Comité Helsinki pour les droits de l'homme en République de Macédoine. 2004. Report of the Helsinki Committee for Human Rights of the Republic of Macedonia on the Human Rights Situation in 2004. [Date de consultation : 17 déc. 2005]

Dan [Podgorica, en serbe]. 14 janvier 2004. D.P. " Albanians Forming Units in Montenegro, Planning Muslim State in Balkans ". (Dialog/BBC International)

Dow Jones International News. 17 août 2005. " Two Ethnic Albanians Arrested over Bombing in Macedonia ". (Factiva)

États-Unis. 14 novembre 2003. Department of State. " Status of Albanian National Army (Taken Question) ". [Date de consultation : 6 janv. 2006]

The Europa World Year Book 2005. 2005. Vol. II. " The Former Yugoslav Republic of Macedonia ". Londres : Routledge.

Extremist Groups: An International Compilation of Terrorist Organizations, Violent Political Groups and Issue-Oriented Militant Movement. 2002. Sean D. Hill et al. " National Liberation Army ". Huntsville, Texas : Office of International Criminal Justice (OICJ) and Institute for the Study of Violent Groups.

Gazeta Shqiptare [Tirana, en albanais]. 10 août 2005. " Ethnic Albanian Rebel Leader in Macedonia Denies Presence of Islamic Extremists ". (Factiva/BBC Monitoring)

Human Rights Watch (HRW). 13 janvier 2005. " Macedonia ". World Report 2005. [Date de consultation : 17 déc. 2005]

Macedonian Information Agency (MIA) [Skopje]. 16 février 2003. " Albanian National Army Claims Responsibility for Courthouse Blast in Macedonia ". (Factiva/BBC Monitoring)
_____. 17 septembre 2002. " Macedonian Interior Ministry Spokesman Views Elections, Attempt Against Minister ". (Factiva/BBC Monitoring)

National Memorial Institute for the Prevention of Terrorism (MIPT) [Oklahoma City, OK]. 22 septembre 2005. " Albanian National Army (ANA) ". [Date de consultation : 6 janv. 2006]
_____. S.d. " About MIPT ". [Date de consultation : 9 janv. 2006]

Radio Free Europe/Radio Liberty (RFE/RL). 8 juin 2005. Vol. 9, no 108, partie II. " Another Armed Incident Outside Macedonian Capital ". (RFE/RL Newsline)
_____. 13 décembre 2004. Vol. 8, no 232, partie II. " Albanian Authorities Reportedly Place Extremist under House Arrest ". (RFE/RL Newsline)

Srpska Republika News Agency (SRNA) [Bijeljina, en bosniaque/croate/serbe]. 18 février 2003. " Macedonian Police Detain One Suspect in Struga Courthouse Blast ".

Télévision albanaise [Tirana, en albanais]. 14 juillet 2004. " Albanian Court Sentences Nationalist Leader for Ethnic Incitement ". (Dialog/BBC International)

Autres sources consultées

Le Comité Helsinki pour les droits de l'homme en République de Macédoine n'a pas fourni d'information dans les délais prescrits.

Sites Internet, y compris : Courrier des Balkans [Arcueil, France], European Country of Origin Information Network (ECOI), European Union (EU) Enlargement Report, Fédération internationale Helsinki (IHF), Institute for War and Peace Reporting (IWPR), International Crisis Group (ICG), Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), United States Department of State.

Copyright notice: This document is published with the permission of the copyright holder and producer Immigration and Refugee Board of Canada (IRB). The original version of this document may be found on the offical website of the IRB at http://www.irb-cisr.gc.ca/en/. Documents earlier than 2003 may be found only on Refworld.

Search Refworld