Last Updated: Wednesday, 09 July 2014, 13:04 GMT

Guinée-Bissau : information sur le parti politique Bafatá et sa section jeunesse, appelée le Juba

Publisher Canada: Immigration and Refugee Board of Canada
Author Direction des recherches, Commission de l'immigration et du statut de réfugié, Canada
Publication Date 30 December 2004
Citation / Document Symbol GNB43243.F
Reference 1
Cite as Canada: Immigration and Refugee Board of Canada, Guinée-Bissau : information sur le parti politique Bafatá et sa section jeunesse, appelée le Juba, 30 December 2004, GNB43243.F, available at: http://www.refworld.org/docid/42df60f211.html [accessed 10 July 2014]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

Origines et description du parti

Le Mouvement Bafata – Résistance de la Guinée-Bissau (MB-RGB) a été fondé en 1986 sous le nom de Mouvement Bafata (Movimento Bafatá) (Africa South of the Sahara 2004). En 1991, le parti est devenu le Mouvement Bafata – Résistance de la Guinée-Bissau (Movimento Bafatá-Resistencia da Guinée-Bissau, MB-RGB). Salvador Tchongo est l'actuel président du parti (ibid.).

À la suite de l'élection du président Yala en février 2000, le MB-RGB a participé à un gouvernement de coalition (Panafrican News Agency 15 juill. 2003). Il s'agissait alors du plus important parti d'opposition (ibid.), jusqu'à ce qu'une crise interne opposant certains dirigeants ne le relègue au huitième rang lors des dernières élections législatives, le 28 mars 2004 (African Elections Database 1er déc. 2004).

Aucune mention de la section jeunesse du parti ou Juba n'a été trouvée parmi les sources consultées par la Direction des recherches.

Situation des dirigeants ou des membres

Les Country Reports on Human Rights Practices for 2002 font état d'un événement du 24 septembre 2002 au cours duquel un député du MB-RGB aurait été battu par des gardes du corps du président Yala (31 mars 2003). Le député Rui Ferreira, qui a dû être hospitalisé, était arrivé en retard pour un discours du président (ibid.). Selon la même source, à la fin 2002, il n'y avait toujours pas eu d'enquête sur cet événement (ibid.).

Amnesty International (AI) fait état du harcèlement et de l'arrestation de cadres de partis politiques de l'opposition dont Francisca (Zinha) Vaz, députée du MB-RGB, détenue pendant deux jours, en février 2003, « pour avoir répondu à des remarques du Président Yala sur son père » (2004; voir aussi RDP Africa 18 févr. 2003). Elle a été libérée sans inculpation mais a été interdite de voyage jusqu'au mois de juillet 2003 (AI 2004).

Les Country Reports on Human Rights Practices for 2003 signalent la détention de l'ancien président du MB-RGB, Domingos Fernandes, le 8 septembre 2003 pendant une période de 48 heures (25 févr. 2004). Domingos Fernandes avait critiqué une décision de la Cour suprême de la Guinée-Bissau concernant la direction du parti (Country Reports 2003 25 févr. 2004).

Un article du 29 janvier 2003 du site Internet RDP Africa mentionne une interdiction de voyage s'étendant aux dirigeants du MB-RGB. Un représentant du gouvernement souligne que cette sanction contre Helder Vaz, Francisca Vaz, Alexandre Bucancil et Domingos Fernandes était justifiée puisqu'ils ont procédé au congrès du MB-RGB, alors que le ministère public le leur avait interdit (RDP Africa 29 janv. 2003). L'article soulignait que Helder Vaz et Francisca Vaz risquaient une peine d'emprisonnement de deux ans (ibid.).

Histoire politique récente et place du MB-RGB

Une dépêche de la BBC News du 23 janvier 2001 indique que les ministres représentant le MB-RGB au sein du gouvernement de coalition ont quitté leurs postes à la suite d'un remaniement ministériel au sujet duquel le principal parti au pouvoir ne les aurait pas consultés. Peu avant le coup d'État du 14 septembre 2003 contre le président Yala, le président du MB-RGB avait fortement critiqué les politiques de celui-ci (Panafrican News Agency 15 juill. 2003).

Tel que rapporté par les Réseaux d'information régionaux intégrés (IRIN), le MB-RGB a condamné le coup d'État de septembre 2003 en Guinée-Bissau, contre le gouvernement Yala et souhaité que des élections soient organisées le plus rapidement possible (Nations Unies 15 sept. 2003).

Le 3 juillet 2002, RTP International Television a indiqué que le parti MB-RGB [traduction] « travers[ait] une crise profonde ». La direction du parti était fortement contestée, alors qu'un groupe appuyait Salvador Tchongo (l'actuel président du parti) et l'autre, Domingos Fernandes (RTP International Television 12 oct. 2002).

La crise a été déclenchée par la suspension de Domingos Fernandes comme président du parti et le rejet de cette décision par M. Fernandes (ibid. 3 juill. 2002). La même source souligne la tenue du troisième congrès du MB-RGB le 12 octobre 2002, [traduction] « malgré une interdiction émise par le ministère public » (ibid. 12 oct. 2002).

Le 11 février 2003, RDP Africa a indiqué que Domingos Fernandes, premier président du MB-RGB, désirait se présenter aux élections présidentielles de 2004. Selon l'article, ce dernier n'était pas d'accord avec la décision de la Cour suprême de la Guinée-Bissau en faveur de la direction de Salvador Tchongo au sein du MB-RGB. Domingos Fernandes a soutenu que sa détention du 8 février 2003 pour une période de deux jours était liée aux déclarations qu'il avait effectuées concernant la décision de la Cour suprême (RDP Africa 11 févr. 2003).

Par ailleurs, une dépêche mentionne qu'une dispute a opposé pendant quatre ans Salvador Tchongo à Helder Vaz pour la direction du parti jusqu'à ce que Tchongo ne devienne le dirigeant [traduction] « officiel » du MB-RGB en 2003 (FBIS Report 25 mars 2004).

Le parti a obtenu moins de 2 p. 100 des voix aux élections législatives du 28 mars 2004, ne faisant élire aucun candidat, alors qu'il en avait fait élire 28 en 1999 et que son candidat aux élections présidentielles de novembre 2000 avait recueilli plus de 8 p. 100 des voix (African Elections Database 1er déc. 2004).

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous la liste des autres sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références

African Elections Database. 1er décembre 2004. « Elections in Guinea-Bissau ». [Date de consultation : 15 déc. 2004]

Africa South of the Sahara, université Stanford . 2004. « Guinea-Bissau ». [Date de consultation : 15 déc. 2004]

Amnesty International (AI). 2004. « Guinée-Bissau ». Rapport d'Amnesty International 2004. [Date de consultation : 15 déc. 2004]

BBC News. 23 janvier 2001. « Party Resigns From Guinea-Bissau Coalition ». [Date de consultation : 15 déc. 2004]

Country Reports on Human Rights Practices for 2003. 25 février 2004. « Guinea-Bissau ». Département d'État des États-Unis. [Date de consultation : 22 déc. 2004]

Country Reports on Human Rights Practices for 2002. 31 mars 2003. « Guinea-Bissau ». Département d'État des États-Unis. [Date de consultation : 22 déc. 2004]

FBIS Report. 25 mars 2004. « FYI – Sources Profile: Guinea-Bissau ». (Dialog)

Nations Unies. 15 septembre 2003. Réseaux d'information régionaux intégrés (IRIN). « Guinea-Bissau: Coup Applauded by Politicians and Ordinary People ». [Date de consultation : 15 déc. 2004]

Panafrican News Agency. 15 juillet 2003. « Opposition Party Condemns Yala's Policies ». (Dialog).

RDP Africa [Lisbonne, en portugais]. 29 janvier 2003. « Guinea-Bissau: Deputy Attorney-General Upholds Travel Ban on Opposition ». (BBC International Reports/Dialog).
_____. 18 février 2003. « Guinea-Bissau: Opposition, Workers' Union to Hold Joint Protest ». (BBC International Reports/Dialog).
_____. 11 février 2003. « Former Guinea-Bissau Resistance-Bafata Movement Leader to Run for Presidency ». (BBC International Reports/Dialog).

RTP International Television. [Lisbonne, en portugais]. 3 juillet 2002. « Guinea-Bissau: Internal Crisis in Resistance Party Following Suspension of President ». (FBIS-AFR-2002-0704/WNC)
_____. 12 octobre 2002. « Guinea-Bissau: Third RGB Congress Held Despite Prohibition Order by Ministry ». (FBIS- AFR-2002-1012/WNC)

Autres sources consultées

Sites Internet, y compris : AllAfrica.com, Human Rights Watch, ReliefWeb, World News Connection.

Copyright notice: This document is published with the permission of the copyright holder and producer Immigration and Refugee Board of Canada (IRB). The original version of this document may be found on the offical website of the IRB at http://www.irb-cisr.gc.ca/en/. Documents earlier than 2003 may be found only on Refworld.

Search Refworld

Countries