Last Updated: Wednesday, 23 July 2014, 14:54 GMT

Amnesty International Rapport 2008 - Chypre

Publisher Amnesty International
Publication Date 28 May 2008
Cite as Amnesty International, Amnesty International Rapport 2008 - Chypre, 28 May 2008, available at: http://www.refworld.org/docid/48427243c.html [accessed 24 July 2014]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

République de Chypre
Chef de l'État et du gouvernementTassos Papadopoulos
Peine de mortabolie
Population0,854 million
Espérance de vie79 ans
Taux d'alphabétisation des adultes96,8 %

Des étrangers, dont des migrants et des demandeurs d'asile, ont été maintenus en détention pendant des durées inacceptables et dans des conditions peu satisfaisantes, sans possibilité de faire examiner la légalité de leur détention par une autorité judiciaire ou un autre organe indépendant. Certains ont déclaré avoir été battus par la police au moment de leur interpellation, ou par des gardiens durant leur détention. Des demandeurs d'asile ont signalé diverses irrégularités de procédure qui auraient pu compromettre leurs demandes ou porter préjudice à leur famille dans le pays d'origine. Une organisation proposant de l'aide et des conseils aux migrants, réfugiés et demandeurs d'asile a fait l'objet d'une attaque à caractère raciste et son président a été inculpé d'infractions dans le cadre de la collecte de fonds.

Détention d'étrangers et mauvais traitements

Des étrangers ont été maintenus en détention administrative prolongée sans aucune possibilité de recours devant une autorité judiciaire ou un autre organe indépendant compétent, en violation du droit de ne pas être arbitrairement privé de sa liberté. Fin septembre et début octobre, des détenus de l'aile 10 de la prison centrale de Nicosie, secteur où la police incarcère les demandeurs d'asile dont la requête a été rejetée et qui sont visés par un arrêté d'expulsion, se sont élevés contre la longueur et les conditions de leur détention. Plusieurs d'entre eux étaient privés de liberté depuis plus de trente mois.

Interrogés, certains ont déclaré que les conditions de détention étaient mauvaises et que des gardiens les avaient soumis à des traitements cruels et dégradants, notamment en refusant de leur donner à manger et à boire durant le mouvement de protestation. Plusieurs ont dit avoir été maltraités par la police au moment de leur arrestation, ou par des gardiens alors qu'ils étaient détenus.

  • Les autorités ont tenté d'expulser du pays un Sierra-Léonais qui avait été arrêté en février 2005 parce qu'il était en situation irrégulière. Sa demande d'asile, toujours en instance lors de sa mise en détention, avait été rejetée sans qu'il en soit informé et sans qu'il ait eu la possibilité de contester la décision. À la fin de l'année, il était toujours incarcéré.
  • Un ressortissant iranien a déclaré avoir été battu par la police lors de son arrestation, puis à nouveau par des surveillants de la prison centrale alors qu'il participait à une grève de la faim en 2006, et une troisième fois durant les mouvements de protestation de septembre et octobre 2007. Il a précisé qu'à la suite du premier passage à tabac, en août 2005, un médecin avait recommandé une opération en raison d'une tuméfaction à la tête et de problèmes de concentration et d'équilibre, mais que cette intervention lui avait été refusée. Il avait auparavant été détenu pendant neuf mois au poste de police de Lykavitos, où il n'était pas autorisé à sortir dans la cour et où sa cellule était surpeuplée et les installations sanitaires inadéquates.

Fin 2007, Amnesty International n'avait reçu aucune réponse de la part des autorités chypriotes à la lettre dans laquelle elle avait exprimé ses préoccupations.

Défenseurs des droits humains

En avril, le Réseau européen contre le racisme a signalé que des croix gammées et des slogans nationalistes avaient été peints sur les murs des bureaux d'Action pour l'égalité, le soutien et l'antiracisme, une organisation non gouvernementale qui assure la coordination nationale du réseau à Chypre. Cette organisation propose de l'aide et des conseils juridiques aux migrants, réfugiés et demandeurs d'asile dans le pays. En octobre, pour la deuxième fois en cinq ans, son président a fait l'objet de poursuites, inculpé dans une affaire en lien avec des activités de collecte de fonds de l'organisation. Cette mesure semble avoir eu pour but de porter atteinte à son action.

Visites d'Amnesty International

  • Une délégation d'Amnesty International s'est rendue à Chypre en octobre.
Copyright notice: © Copyright Amnesty International

Search Refworld

Countries