Last Updated: Wednesday, 17 September 2014, 08:34 GMT

Amnesty International Rapport 2008 - Bahamas

Publisher Amnesty International
Publication Date 28 May 2008
Cite as Amnesty International, Amnesty International Rapport 2008 - Bahamas, 28 May 2008, available at: http://www.refworld.org/docid/4842723646.html [accessed 17 September 2014]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

Commonwealth des Bahamas
Chef de l'ÉtatElizabeth II, représentée par Arthur Dion Hanna
Chef du gouvernementPerry Gladstone Christie, remplacé par Hubert Alexander Ingraham le 4 mai
Peine de mortmaintenue
Population0,33 million
Espérance de vie72,3 ans
Mortalité des moins de cinq ans (m/f ‰)12 / 10 ‰
Taux d'alphabétisation des adultes95,8 %

Des condamnations à mort ont été prononcées cette année encore, mais aucune exécution n'a eu lieu. De nouveaux cas de violences commises par des policiers ont été signalés. Les autorités ont expulsé plusieurs milliers de migrants, des Noirs originaires d'Haïti pour la plupart. Certains auraient été soumis à des mauvais traitements.

Police et forces de sécurité – recours excessif à la force

Des passages à tabac et des homicides illégaux imputables à des membres des forces de sécurité ont été signalés.

  • Kenneth Russell a été abattu par la police au cours de son arrestation le 3 septembre, dans l'île d'Andros. Un coroner a été chargé de déterminer si la force avait été employée de manière justifiée à l'encontre de cet homme ; à la fin de l'année, l'enquête était toujours en cours.
  • Frappé à coups de batte de base-ball par deux policiers le 17 juin dans un poste de Nassau, la capitale, Desmond Key était toujours dans le coma fin 2007. En août, les deux fonctionnaires ont été inculpés pour ces brutalités. À la fin de l'année, ils étaient en liberté sous caution et attendaient d'être jugés.

Demandeurs d'asile et migrants

Cette année encore, un grand nombre de migrants, originaires d'Haïti pour l'immense majorité d'entre eux, ont été expulsés. Certains auraient été maltraités. Au cours de l'année, 6 996 immigrés, dont 6 004 Haïtiens, auraient ainsi été renvoyés.

  • Un Haïtien a été blessé par balle à la cuisse par un membre des Forces royales de défense des Bahamas (RBDF) lors de l'interception, le 4 mai à Nassau, d'un véhicule contenant un groupe d'immigrés clandestins présumés. Un tribunal a estimé que rien ne prouvait que l'homme s'était opposé à son arrestation, comme cela avait été affirmé, et que les RBDF n'étaient pas habilitées à procéder à de telles opérations en l'absence de représentants des services de l'immigration. Le militaire concerné n'avait pas été relevé de ses fonctions à la fin de l'année.

Violences contre les femmes

D'après un rapport conjoint publié en mars par l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime et par la Banque mondiale (Région Amérique latine et Caraïbes), les Bahamas présentent le taux de viols signalés le plus élevé au monde.

Peine de mort

Cette année encore, des sentences capitales ont été prononcées. Plusieurs condamnés à mort étaient dans l'attente d'un réexamen de leur peine, le Comité judiciaire du Conseil privé (JCPC, la plus haute instance d'appel pour les Bahamas, située au Royaume-Uni) ayant aboli en 2006 le prononcé obligatoire de la peine capitale pour les meurtres. En novembre, les Bahamas se sont prononcées contre la résolution des Nations unies appelant à un moratoire mondial sur les exécutions. À la suite du vote, le Premier ministre a déclaré publiquement qu'il espérait que la pratique des exécutions reprendrait aux Bahamas.

Copyright notice: © Copyright Amnesty International

Search Refworld

Countries