Last Updated: Friday, 31 October 2014, 10:08 GMT

Bangladesh : information sur la fuite d'Hindous bengalis en Inde depuis 1 an, suite aux changements à la constitution faisant du Bangladesh un pays musulman

Publisher Canada: Immigration and Refugee Board of Canada
Author Direction des recherches, Commission de l'immigration et du statut de réfugié, Canada
Publication Date 29 August 1989
Citation / Document Symbol BGD1827
Cite as Canada: Immigration and Refugee Board of Canada, Bangladesh : information sur la fuite d'Hindous bengalis en Inde depuis 1 an, suite aux changements à la constitution faisant du Bangladesh un pays musulman, 29 August 1989, BGD1827, available at: http://www.refworld.org/docid/3ae6ab4352.html [accessed 31 October 2014]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

 

Déjà après le démantèlement de l'empire britannique indien en 1946, de violents troubles éclatèrent entre Hindous et Musulmans au Pakistan oriental (aujourd'hui le Bangladesh) et menèrent à la fuite de près de 3,300,000 Hinhdous [ Whitaker B., I. Guest et D. Ennals, 1982, The Biharis in Bangladesh, Londres: Minority Rights Group: 7.]. Lors de la partition du Pakistan, d'où est né le Bangladesh en 1971, des milliers d'Hindous quittaient ce à quoi l'on référait alors comme le Pakistan Oriental, islamique, pour se réfugier dans l'état indien voisin d'Assam [ Hetniger C. et K. Linow, 1988, Inde, Lausanne: Office central suisse d'aide aux réfugiés: 43, ci-joint pour votre information.]. Les Hindous représentaient 20% de la population du Bangladesh en 1961, alors que leur proportion aujourd'hui varie entre 10 et 13% selon les estimations [Encyclopedia of the Third World, 1988, New York et Oxford: Facts on File: 142, donne la statistique de 10%. Miquel C. 1987, "Sous-continent indien", in: L'état des religions dans le monde, M. Clévenot, ed., Paris: La Découverte: 258, indique une proportion de 13%. Veuillez trouver ci-joint ce document qui explique la situation religieuse au Bangladesh au cours des dernières années.].

Le 7 juin 1988, le parlement du Bangladesh vote un amendement à la constitution qui fait de l'Islam la religion d'Etat; cette décision s'accompagne d'une garantie de la liberté de culte, bien qu'elle est jugée comme étant potentiellement dangereuse pour son encouragement du fondamentalisme musulman [Keesing's Record of World Affairs, vol. 34: 36000. Veuillez trouver ci-joints deux courts articles tirés de Documentation réfugiés, no. 40, 9-18 juin 1988: 6, et Le Devoir, 9 juin 1989, "L'islam, religion d'Etat au Bangladesh".]. L'amendement lui-même, ainsi que quelques actes perpétrés contre les religions non-musulmanes (tel l'incendie criminel d'un temple hindou, vandalisme et harcèlement) a causé une certaine panique chez les Hindous du Bangladesh [ Etats Unis d'Amérique, Département d'Etat, 1989, Country Report on Human Rights Practices in 1988, Washington: maison d'édition gouvernementale: 1299-1300; veuillez trouver ci-joint l'extrait pertinent.], qui se sont mis à traverser la frontière vers l'Inde. En Avril 1989, plus de 80,000 Hindous du Bangladesh avaient traversé la frontière vers l'état limitrophe du Bengale oriental (surtout dans les districts de 24 Parganas, Nadia, Murshidabad, Madah et Darjeeling), au point d'inquiéter les autorités indiennes [Documentation réfugiés, no. 74, 15-24 mai 1989: 6, " Emigrations pour raisons religieuses", ci-joint pour des détails sur le traitement des Hindous au Bangladesh depuis l'amendement à la Constitution; India Today, 15 avril 1989: 68-69, "Border Chaos: Refugee Influx Fuels Tension", fourni une excellente description de ce mouvement de réfugiés et de son traitement par les autorités indiennes.]. Le seul gouvernement indien prend charge des réfugiés, le Haut commissariat aux réfugiés aux Nations unies n'étant aucunement impliqué dans la résolution de ce mouvement de réfugiés [ Bureau du Haut commissariat aux réfugiés des Nations unies à Ottawa, conversation téléphonique avec Mme Angela Gibbs, 30 août 1989).]. Bien que les autorités indiennes voient l'influx de réfugiés comme potentiellement menaçant pour la sécurité de la région frontalière, des camps ont été établis pour l'acceuil des réfugiés hindous du Bangladesh [ India Today: 68.].

Copyright notice: This document is published with the permission of the copyright holder and producer Immigration and Refugee Board of Canada (IRB). The original version of this document may be found on the offical website of the IRB at http://www.irb-cisr.gc.ca/en/. Documents earlier than 2003 may be found only on Refworld.

Search Refworld

Countries

Topics