Last Updated: Wednesday, 16 April 2014, 14:04 GMT

Pakistan : information au sujet du Mohajir Quomi Movement: 1) Qui sont les Mohajirs? 2) Quand le mouvement a-t-il été créé? 3) Par qui le MQM a-t-il été créé? 4) Combien de membres le MQM compte-t-il? 5) Quels sont les objectifs du mouvement? 6) Quels sont les moyens d'actions du MQM? 7) Quelles sont les activités dans la province de Sindh (plus particulièrement à Karachi même)?

Publisher Immigration and Refugee Board of Canada
Author Direction des recherches, Commission de l'immigration et du statut de réfugié, Canada
Publication Date 23 November 1989
Citation / Document Symbol PAK2952
Cite as Immigration and Refugee Board of Canada, Pakistan : information au sujet du Mohajir Quomi Movement: 1) Qui sont les Mohajirs? 2) Quand le mouvement a-t-il été créé? 3) Par qui le MQM a-t-il été créé? 4) Combien de membres le MQM compte-t-il? 5) Quels sont les objectifs du mouvement? 6) Quels sont les moyens d'actions du MQM? 7) Quelles sont les activités dans la province de Sindh (plus particulièrement à Karachi même)?, 23 November 1989, PAK2952, available at: http://www.refworld.org/docid/3ae6ad8818.html [accessed 16 April 2014]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

 

1) Les Muhajirs sont les enfants et les petits-enfants des Musulmans indiens qui ont pris refuge au Pakistan lors de la partition de 1947 et qui représentent maintenant la moitié de la population de la province de Sindh [ Kamm H. 1988, "Karachi Journal: By the Sea, a City Bursts With Squalor and Rage", New York Times, 19 April 1988.]. Les Muhajirs ne sont pas officiellement reconnus comme groupe ethnique [ "At Least 12 Pakistanis Killed in Sectarian Riots", Globe and Mail, 3 novembre 1986: A9.]. Bien que descendants de familles en général bien éduquées, les Muhajirs acceptent difficilement les quotas imposés sur les places disponibles dans les collèges et les lieux de travail, quotas qui les désavantagent dans l'avancement de la carrière et l'accès à l'éducation [ "Even So, Vote, Pakistan", The Economist, 8 octobre 1988: 19.].

2) Le Muhajir Quomi Mahaz (MQM ou Mouvement Muhajir Quomi) a été fondé en 1986 et possède un siège social à Karachi; son dirigeant actuel est Altaf Hussain [ Far East and Australasia 1989, Londres: Europa: 850.]. Le MQM a remporté presque tous les sièges dans la province de Sind pendant les élections de novembre 1988 et est la force politique ethnique la plus puissante au Pakistan en ce moment [ McDonald H. 1988, "Ousted Old-Guard Makes Way for a New Generation", Far Eastern Economic Review, 1 December 1988: 13-14.]. C'est un parti qui est surtout supporté par la classe moyenne [ "All Thosee Against Benazir", Far Eastern Economic Review, 15 octobre 1988: 44.]. Le MQM est organisé en cellules financées par les supporters (appelés "bhai" ou frères) et les organisations locales [ Lamb C. 1989, "Kalashnikov Rule Maintains the Ethnic Divide in Southern Pakistan", Financial Times, 10 octobre 1989: seconde page.]. Le MQM s'est farouchement opposé aux Pachtounes et aux Punjabis (les autres plus importants groupes ethniques dans le Sindh) lors des émeutes inter-ethniques qui ont ensanglanté Karachi au cours des dernières années [ Riaz M. 1986, "Pakistan's Racial Riots", Inquiry, décembre 1986.]. Certains politiciens pakistanais croient que le MQM est une création du Inter-Services Intelligence, c'est-à-dire l'agence de renseignements secrets au Pakistan [ Ali S. 1988, "Soldiers and Spooks", Far Eastern Economic Review, 10 November 1988: 36.].

3) Le MQM a été fondé par les Muhajirs de la province de Sindh, et a été dirigé dès ses débuts par Altaf Husseyn [ Roy O. 1988, "Pakistan: démocratie en trompe-l'oeil", in: L'état du monde 1988-1989, F. Glèze et al. eds., Paris et Montréal: La Découverte et Boréal: 116.]. Le mouvement a émergé à partir d'un groupe d'étudiants de l'université de Karachi, suite à un vaste rassemblement sur le campus en août 1986 [ Lamb C. 1989, idem: seconde page.].

5) L'objectif principal du MQM est la défense des intérêts des Musulmans ayant immigré de l'Inde lorsque le sous-continent a été divisé en 1947 [ McDonald H. 1988, "Benazir's Big Moment", Far Eastern Economic Review, 1 December 1988: 11.]. L'un de leurs objectifs secondaires est de faire accepter officiellement les Muhajirs comme cinquième groupe ethnique au Pakistan, les autres étant les Baluchis, les Pachtounes, les Punjabis et les Sindhis [ Petrén G., H. Cull, J. McBride et D. Ravindran, 1987, Pakistan: Human Rights After Martial Law, Genève: International Commission of Jurists: 99.].

6) L'un des moyens d'actions du MQM est l'activité politique, et en particulier au parlement où le mouvement est bien représenté puisqu'il a gagné tous les sièges de la conurbation de Karachi (13 sièges en tout) aux élections de novembre 1988 [ "How Nice to be Independant", The Economist, 26 novembre 1988: 32.]. De plus, le MQM organise grèves et émeutes tel qu'expliqué ci-dessous.

7) En 1985 et 1986, de sévères émeutes ont éclaté à Karachi entre les Muhajirs d'une part, et les communautés pachtoune (Pathans) et punjabie d'autre part [ "Intercommunal Riots in 1985 and 1986", Keesing's Record of World Events, 33(3), mars 1987: 34995.]. De violents combats entre Muhajirs et Pachtounes en octobre et novembre 1986 ont laissé quelques dizaines de morts et des centaines de blessés [ "Pakistani Troops End Rioting in Karachi", Ottawa Citizen, 6 novembre 1986: A14; Haqqani H. 1986, "Death Toll Reaches 17 in Karachi Ethnic Riots", Far Eastern Economic Review, 13 November 1986: 10; "Troops Called Out After Karachi Clashes", New York Times, 23 novembre 1986: A13.]. Malgré la répression policière des émeutes inter-ethniques et l'intervention de l'armée en fin novembre 1986, les combats entre Muhajirs et Pachtounes ont repris en décembre et ont été les plus meurtrières depuis l'indépendance du Pakistan en 1947 [ "Police Fire on Crowd in Karachi", Globe and Mail, 11 décembre 1986: A9; "Toll 125 Dead, 480 Injured on Third Day of Karachi Riots", Globe and Mail, 16 décembre 1986: A12; Tempest R. 1986, "Afghan War Finds Victims in Karachi", Ottawa Citizen, 18 décembre 1989: A9; "Pakistan's Cabinet Resigns After Riots", New York Times, 21 décembre 1986: A3;

Weisman S. 1986, "Pakistani Riots Are a Symptom of Many Ills", New York Times, 21 décembre 1986: E3.].

En janvier 1987, la colère des Muhajirs a à nouveau été attisée par le viol et le meurtre de deux femmes de la communauté [ "Gang-Rape, Murder of 2 Women Spark Ethnic Clashes in Karachi", Globe and Mail, 13 janvier 1987: A11.]. Suite à ces incidents, le MQM a organisé une grève générale à Karachi et Hyderabad, provoquant ainsi des affrontements violents avec les forces de l'ordre [ Degenhardt H.W. 1988, Revolutionary and Dissident Movements, Londres: Longman: 265.]. En avril 1987, des Pachtounes de Surjani, près de Karachi, ont attaqué des Muhajirs de New Karachi qui contestaient leur présence dans la région (en effet, les Pachtounes se retrouvent traditionnellement dans la région du Nord-ouest, et leur présence dans le Sindh s'explique en partie par la guerre d'Afghanistan qui les a délogé depuis 1979) [ "Troops Called into Karachi to Quell Riots", Globe and Mail, 21 avril 1987: A9.]. En juin, juillet et août 1987, la violence inter-ethnique à Karachi a encore une fois éclaté et a provoqué de nombreuses pertes de vies [ "Pakistan: Five Dead, 38 Hurt in 3 Days of Riots", Ottawa Citizen, 22 juillet 1987: A14; "Ethnic Violence Flares Up in Pakistan", Ottawa Citizen, 18 juillet 1987; "Karachi Clashes Kill 11, Injure 80", Globe and Mail, 27 août 1987: A19.]. Le couvre-feu a été imposé à nouveau en octobre 1987 [ "Curfew Imposed Again in Karachi", Globe and Mail, 12 octobre 1987.].

En décembre 1987, le MQM a remporté les élections municipales dans la province de Sindh, mais dès janvier 1988, de nouvelles émeutes ont éclaté à Karachi et ont entraîné l'annulation des célébrations de cette victoire électorale [ Roy O. 1988, idem: 116; "Emeutes à Karachi", Le Devoir, 11 janvier 1988.]. En mai 1988, des batailles armées entre Pachtounes et Muhajirs ont ensanglanté le Nord de la ville de Karachi ["Ethnic Clashes Kill 18 in Pakistan", Globe and Mail, 9 mai 1988.]. Lors de violence ethnique de 1988 à Karachi, il semble que les forces policières ne soient pas intervenues quand les batailles ont été dirigées à l'encontre des Muhajirs [ McDonald H. 1988, "A New Ethnic Force Flexes its Muscles", Far Eastern Economic Review, 1 December 1988: 14.]. Les troubles à Karachi en 1988 ont également impliqué des Sindhis, apparemment pourchassés dans la ville par les Muhajirs [ "Pakistan: Blood Drips on the Election", The Economist, 8 octobre 1988: 38; Tefft S. 1988, "Pakistan: Violence Smolders in Karachi Slums", Christian Science Monitor, 10-16 octobre 1988.]. Aux élections de novembre 1988, le MQM a remporté 13 sièges au parlement national, et a ainsi porté les intérêts des Muhajirs au niveau national [Tefft S. 1988, "After 40 Years in Pakistan, Mohajirs Come of Age", Christian Science Monitor, 5-11 décembre 1988.].

Depuis l'accession au pouvoir de la Première ministre Bhutto, les affrontements inter-ethniques à Karachi et dans le Sindh en général n'ont pas cessé, bien que ce soit la province d'origine de Bhutto et celle dans laquelle son Mouvement for the Restoration of Democracy (MRD) a remporté le plus de sympathie lors des élections de novembre 1988 [Crossette B. 1989, "Bhutto's Foes Gain as Strife Hits Province", New York Times, 28 mai 1989.]. En mars 1989, des affrontements inter-ethniques ont suivi la mort, à Karachi, d'un Pachtoune ["Pakistan: affrontements", Libération, 20 mars 1989.]. Des membres des partis d'opposition (dont le MQM) se sont confrontés en juillet 1989 avec des partisans du PPP [ "Pakistan: affrontements", Libération, 11 juillet 1989.]. En août 1989, des jeunes Muhajirs ont provoqué des affrontements à Karachi en lançant des pierres sur un convoi de Pachtounes [ "Karachi Reels From Fresh Rioting", Asiaweek, 1 septembre 1989: 32.]. Le 17 septembre 1989, un couvre-feu a été décrété à Hyderabad dans le Sindh suite à des affrontements inter-ethniques impliquant des étudiants membres du MQM [ "Pakistan: couvre-feu", Libération, 18 septembre 1989.]. Le Ministre en chef (Chief Minister) de la province de Sindh a récemment déclaré, après avoir été interrogé sur son analyse après plusieurs années de crise inter-ethnique, que "la paix réside dans la mort du MQM" ("Peace is the death of MQM") [ Lamb C. 1989, idem: second page.]. Le 23 octobre 1989, le MQM faisait défection au PPP de Benazir Bhutto, avec lequel il avait formé une alliance gouvernementale [ "Benazir Bhutto échappe à la motion de censure", Libération, 2 novembre 1989.].

NOTES

Copyright notice: This document is published with the permission of the copyright holder and producer Immigration and Refugee Board of Canada (IRB). The original version of this document may be found on the offical website of the IRB at http://www.irb-cisr.gc.ca/en/. Documents earlier than 2003 may be found only on Refworld.

Search Refworld

Countries