Last Updated: Friday, 22 August 2014, 08:29 GMT

République démocratique du Congo (RDC) : Royaume-Uni Congo (RUK), y compris ses dirigeants, l'arrestation et la détention de ses membres et son affiliation éventuelle avec l'Association des Bakongo (ABAKO) (novembre 2001)

Publisher Canada: Immigration and Refugee Board of Canada
Author Direction des recherches, Commission de l'immigration et du statut de réfugié, Canada
Publication Date 23 November 2001
Citation / Document Symbol RDC37819.F
Reference 2
Cite as Canada: Immigration and Refugee Board of Canada, République démocratique du Congo (RDC) : Royaume-Uni Congo (RUK), y compris ses dirigeants, l'arrestation et la détention de ses membres et son affiliation éventuelle avec l'Association des Bakongo (ABAKO) (novembre 2001), 23 November 2001, RDC37819.F, available at: http://www.refworld.org/docid/3df4bf038.html [accessed 22 August 2014]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

Joint par téléphone à Kinshasa le 19 novembre 2001, un représentant de l'Association africaine de défense des droits de l'homme (ASADHO) a signalé que le Royaume-Uni Congo connu également sous les noms de « Royaume-Uni des Bakongo », de « Royaume Kongo » ou de « Royaume du Kongo » existe toujours, mais n'est pas un parti politique. Il s'agit plutôt d'une « secte à caractère politique » dans la mesure où son dirigeant Mizele Nsemi, qui s'est autoproclamé « roi », revendique une partie du territoire national qui ferait partie de son « royaume » (ibid.) En effet, comme l'a expliqué le représentant de l'ASADHO, le « roi » Mizele réclame le rétablissement de l'ancien royaume du Kongo qui englobait, avant la colonisation, une partie de la RDC (le Bas-Congo et une partie du Bandundu), du Congo-Brazzaville et de l'Angola (ibid.).

Selon le journal belge Le Soir, « Bernard Mizele Nsemi Lubadika, leader de la secte tribale Royaume Kongo », qui se dit également le « roi du Kongo », « réclame depuis une dizaine d'années le rétablissement de l'ancien royaume du Kongo et affirme être le descendant des monarques qui y régné » (10 juill. 1998).

Le représentant de l'ASADHO a signalé que durant le régime de Mobutu, Mizele Nsemi et certains de ses partisans, qualifiés d'« agitateurs », ont été arrêtés et emprisonnés (19 nov. 2001). Sous le régime de Laurent-Désiré Kabila, Mizele et ses « sujets », ont également été arrêtés et emprisonnés en 1998 (ibid.). Cependant, ils ont été libérés en 2000 (ibid.; PANA 13 mars 2000).

Voir RDC33890.E du 6 mars 2000 et ZAR25010.F du 2 octobre 1996 pour plus d'information sur les arrestations et les détentions du dirigeant et des autres partisans du Royaume-Uni Congo sous les régimes successifs de Mobutu et de Laurent-Désiré Kabila.

Le représentant de l'ASADHO a, en outre, signalé qu'il n'est pas au courant de liens éventuels entre le Royaume-Uni Congo et l'Association des Bakongo (ABAKO), cette dernière étant un parti politique (19 nov. 2001). Il a cependant ajouté que le seul lien qu'on peut faire entre les deux groupes est qu'ils proviennent de la région du Bas-Congo et trouvent leurs partisans parmi les membres de l'ethnie Bakongo (ibid.).

Pour plus d'information sur l'Association des Bakongo (ABAKO), voir RDC37818.F du 23 novembre 2001.

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile ou de statut de réfugié. Veuillez trouver ci-dessous la liste des autres sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références

Association africaine de défense des droits de l'homme (ASADHO), Kinshasa. 19 novembre 2001. Entretien téléphonique avec un représentant.

Le Soir [Bruxelles]. 10 juillet 1998. « Vague d'arrestations parmi les collaborateurs d'Étienne Tshisekedi. Kinshasa multiplie les gestes contradictoires ». [Date de consultation : 19 nov. 2001]

Panafrican News Agency (PANA) [Dakar]. 13 mars 2000. « Congo-Kinshasa; Kabila Pardons 49 Political Prisoners ». (NEXIS)

Autres sources consultées

Une journaliste du journal belge Le Soir a signalé ne pas au courant d'un lien éventuel entre le Royaume-Uni Congo et l'Association des Bakongo (ABAKO).

Africa Confidential 1997-2001.

Africa Research Bulletin 1994-2001.

Bases de données de la CISR.

Dossier de pays du Centre de ressources. Zaïre/RDC. 1997-2000.

Info-Congo/Kinshasa 1997-2001.

Jeune Afrique 1997-2001.

LEXIS/NEXIS.

Le Nouvel Afrique-Asie 1997-2001.

World News Connection.

Sites Internet, y compris :

AllAfrica.

Amnesty International.

ASADHO.

FIDH.

Immigration & Nationality Directorate, Royaume-Uni.

Médias congolais.

Observatoire de l'Afrique centrale.

Office fédéral des réfugiés (ODR) de la Suisse.

ReliefWeb.

La Voix des Sans Voix (VSV).

Copyright notice: This document is published with the permission of the copyright holder and producer Immigration and Refugee Board of Canada (IRB). The original version of this document may be found on the offical website of the IRB at http://www.irb-cisr.gc.ca/en/. Documents earlier than 2003 may be found only on Refworld.

Search Refworld

Topics