Last Updated: Friday, 22 August 2014, 15:07 GMT

Amnesty International Rapport 2008 - Honduras

Publisher Amnesty International
Publication Date 28 May 2008
Cite as Amnesty International, Amnesty International Rapport 2008 - Honduras, 28 May 2008, available at: http://www.refworld.org/docid/4842724f3c.html [accessed 23 August 2014]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

République du Honduras
Chef de l'État et du gouvernementManuel Zelaya Rosales
Peine de mortabolie
Population7,5 millions
Espérance de vie69,4 ans
Mortalité des moins de cinq ans (m/f ‰)48 / 38 ‰
Taux d'alphabétisation des adultes80 %

Les femmes faisaient toujours l'objet de multiples violences. Des défenseurs des droits humains, en particulier des personnes qui agissaient en faveur des droits économiques, sociaux et culturels, ont été la cible de menaces et d'agressions. Les violences contre les enfants et les jeunes adultes demeuraient un sujet de préoccupation.

Contexte

Le Groupe de travail des Nations unies sur les disparitions forcées ou involontaires a indiqué, en mars, que 125 affaires remontant au début des années 1980 n'avaient toujours pas été élucidées.

En février, le Honduras a signé la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées.

Police et forces de sécurité – recours excessif à la force

Au moins 41 personnes auraient été blessées par la police le 17 juillet à Santa Bárbara, au cours de manifestations organisées afin de protester contre la politique du gouvernement en matière d'exploitation minière. Les manifestants réclamaient au Congrès l'adoption d'une loi comportant des dispositions plus strictes en matière de protection de la santé et de l'environnement et interdisant les exploitations à ciel ouvert. Selon certaines informations, les policiers ont frappé les manifestants et tiré à balles réelles. Certains agents de la force publique auraient également été blessés.

Défenseurs des droits humains

Faute d'une véritable politique gouvernementale et de mesures de protection efficaces, les défenseurs des droits humains étaient à la merci des menaces et des attaques.

  • En mars, Donny Reyes, trésorier de l'association Arcoiris (Arc-en-ciel, une organisation de défense des droits des lesbiennes, des gays, des bisexuels et des transgenres), a été arrêté arbitrairement par des policiers. Une fois au poste de police, un agent aurait dit aux autres détenus : « Regardez, je vous amène une petite princesse, vous savez quoi faire. » Donny Reyes a déclaré à Amnesty International que les détenus avaient interprété ces propos comme une autorisation de le frapper et de le violer à plusieurs reprises.
  • En février, quatre policiers ont été arrêtés dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat, en décembre 2006, de deux membres du Mouvement écologiste d'Olancho. Ils ont été inculpés à l'issue d'une audience préliminaire et devaient être jugés en 2008. Des membres du Mouvement ont déclaré avoir été contraints de réduire fortement leurs activités au cours de l'année, car ils avaient reçu des menaces.
  • À la fin de l'année, personne n'avait été traduit en justice pour le meurtre de Dionisio Díaz García, un avocat exerçant pour le compte de l'Association pour une société plus juste (ASJ), qui a été abattu en décembre 2006. Il travaillait alors sur différentes affaires relatives à des violations du droit du travail dont se serait rendue coupable une société de sécurité privée. Au mois de mai, un autre avocat de l'ASJ, Félix Antonio Cáceres, a reçu sur son téléphone portable des messages écrits le menaçant de mort.

Violences contre les femmes

Quelque 200 femmes et jeunes filles auraient été tuées au cours de l'année, selon des statistiques officielles. Les informations recueillies faisaient toujours état d'un niveau élevé de violences conjugales. Les organisations locales étaient vivement préoccupées par le fait que les homicides perpétrés contre les femmes ne faisaient pas l'objet d'enquêtes ainsi que par l'absence de véritable mesure de lutte contre la violence domestique.

En avril, les tribunaux d'exception mis en place pour traiter les affaires de violences au foyer ont entamé leur activité dans les villes de San Pedro Sula et de Tegucigalpa.

Assassinats d'enfants et de jeunes gens

Les chiffres officiels divergeaient dans ce domaine mais le parquet a indiqué que le nombre d'autopsies effectuées à la suite de meurtres d'enfants et de jeunes de moins de dix-neuf ans s'est élevé à 300 environ. Dans la plupart des cas, les coupables présumés n'ont pas été traduits en justice.

Visites et documents d'Amnesty International

  • Une délégation d'Amnesty International s'est rendue au Honduras au mois d'août.
  • Persecution and resistance: the experience of human rights defenders in Guatemala and Honduras (AMR 02/001/2007).
  • Honduras: Environmental activists killed in Olancho department (AMR 37/001/2007).
Copyright notice: © Copyright Amnesty International

Search Refworld

Countries