Last Updated: Tuesday, 23 September 2014, 16:29 GMT

Fidji : information sur la situation des Indo-Fidjiens à Suva, en particulier celle des femmes (2007-2009)

Publisher Canada: Immigration and Refugee Board of Canada
Publication Date 18 November 2009
Citation / Document Symbol FJI103287.EF
Related Document Fiji: Situation of Indo-Fijians in Suva; particularly women (2007-2009)
Cite as Canada: Immigration and Refugee Board of Canada, Fidji : information sur la situation des Indo-Fidjiens à Suva, en particulier celle des femmes (2007-2009), 18 November 2009, FJI103287.EF, available at: http://www.refworld.org/docid/50b746ab2.html [accessed 24 September 2014]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

Le Commonwealth britannique des Nations décrit Suva comme [traduction] « une ville multiraciale […] réunissant des Fidjiens, des Indo-Fidjiens, des personnes originaires d'autres îles du Pacifique, des Chinois, des Européens et des personnes en partie d'origine européenne » (s.d.). L'Economic Development Centre (EDC), qui se spécialise dans les questions de développement en Asie et dans le Pacifique (EDC s.d.a), affirme qu'en 2007, la population de Suva était composée de Fidjiens autochtones à 55 p. 100, d'Indo-Fidjiens à 30 p. 100, de Rotumans à 3 p. 100 et de personnes d'autres origines à 12 p. 100, dont des Européens, des Chinois et des personnes originaires des îles du Pacifique (ibid. s.d.b).

Parmi les sources qu'elle a consultées, la Direction des recherches a trouvé peu d'information sur la situation des Indo-Fidjiens à Suva, en particulier celle des femmes. Toutefois, un professeur en études sur le développement à l'université du Pacifique Sud aux Fidji a fourni l'information suivante dans une communication écrite envoyée à la Direction des recherches :

[traduction]

La situation des Indo-Fidjiens à Suva est tributaire de leur situation socioéconomique et de leurs relations politiques. En général, la plupart d'entre eux éprouvent un sentiment d'insécurité, mais ceux qui appartiennent à la classe socioéconomique défavorisée (soit la majorité d'entre eux) risquent davantage de faire l'objet d'un cambriolage à domicile ou d'un vol et d'une agression comparativement à ceux qui sont plus riches et qui ont de meilleures relations. De plus, ceux-ci tendent à être ignorés par les policiers (professeur 16 oct. 2009).

Le professeur a signalé qu'il y a des Indo-Fidjiens au sein des forces policières de Suva, mais que [traduction] « leur nombre a diminué depuis les quatre derniers coups d'État » (ibid.). Parmi les sources qu'elle a consultées, la Direction des recherches n'a trouvé aucune autre information indiquant s'il y a des Indo-Fidjiens au sein des forces policières à Suva.

Le professeur a fourni l'information suivante sur les quartiers où habitent les Indo-Fidjiens à Suva :

[traduction]

La ségrégation résidentielle ne constitue plus une politique officielle, bien que, dans les régions rurales et urbaines, il existe des villages peuplés uniquement de Fidjiens autochtones. En règle générale, les quartiers urbains de Suva réunissent diverses ethnies; il convient cependant encore de décrire certaines localités comme étant composées principalement d'Indo-Fidjiens. Ainsi, l'agglomération de squatters occupée par la Fiji Muslim League à Samabula est habité par des Indo-Fidjiens, tout comme le peuplement relativement nouveau de Nadawa, dans la région de Nasinu (16 oct. 2009).

Parmi les sources qu'elle a consultées, la Direction des recherches n'a trouvé aucune information additionnelle sur les quartiers indo-fidjiens à Suva.

Quant aux Indo-Fidjiennes, le professeur a expliqué ce qui suit :

[traduction]

[...] en général, elles demeurent subordonnées à leur mari, à leur père et à leurs proches masculins. Les femmes plus jeunes sont de plus en plus instruites et gagnent en confiance, mais une grande part des femmes, dont les Indo-Fidjiennes, sont marginalisées et exposées à de la violence conjugale ou à d'autres formes de violence.

En raison de la censure des médias, leurs conditions et celles de l'ensemble de la communauté ne font pas l'objet de débats publics (16 oct. 2009).

Un article paru le 6 octobre 2009 dans l'Australian Network News/Pacific Media Watch (ANN/PMW) signale que la censure des médias empêche la population de critiquer la façon dont les tribunaux traitent les cas de violence conjugale.

Selon le Fiji Times, les Indo-Fidjiennes ont le troisième plus haut de suicide dans le monde (9 oct. 2008).

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais fixés. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous les sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références

Amnesty International (AI). 2009. « Fiji: Paradise Lost ». (ASA 18/002/2009). [Date de consultation : 9 nov. 2009]

Australian Network News/Pacific Media Watch (ANN/PMW). 6 octobre 2009. « Fiji Domestic Violence Concern ». (Pacific Scoop) [Date de consultation : 19 oct. 2009]

Commonwealth britannique des Nations. S.d. « Suva City… Capital, Republic of Fiji Islands ». [Date de consultation : 19 oct. 2009]

Economic Development Centre (EDC). S.d.a. « Welcome to the Website of the Economic Development Centre ». [Date de consultation : 19 oct. 2009]

_____. S.d.b. « Suva City Profile ». [Date de consultation : 19 oct. 2009]

Fiji Times. 9 octobre 2008. « Fiji Suicides Rank World's Third Highest ». (Factiva)

Professeur en études sur le développement à l'université du Pacifique Sud. 16 octobre 2009. Communication écrite.

Autres sources consultées

Sources orales : Les tentatives faites pour joindre ces personnes ont été infructueuses : trois autres professeurs de l'université de Pacifique Sud, un représentant du Fiji Women's Crisis Centre, un représentant du Fiji Women's Rights Movement, un professeur de l'université Simon Fraser spécialiste des questions touchant le Pacifique Sud, un représentant du Citizens' Constitutional Forum (CCF), un agent du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) aux Fidji, un représentant du Sydney Fiji Times, ainsi qu'un agent à la Fiji Human Rights Commission. Un professeur au collège de l'Asie et du Pacifique de l'université australienne nationale n'a pas pu fournir d'information.

Sites Internet, y compris : Asia Observer, Asia Society, Asia Times Online, Asian Human Rights Comission (AHRC), British Broadcasting Corporation (BBC), European Country of Origin Information Network (ecoi.net), femLINKpacific, Fiji Government, Fiji Law Reform Commission, Fiji Women's Crisis Centre, Freedom House, Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH), Human Rights Watch (HRW), International Women's Rights Action Watch (IWRAW) Asia Pacific, Minority Rights Group International (MRGI), Nations Unies - Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR), Nations Unies - Refworld, Nations Unies - Réseaux d'information régionaux intégrés (Integrated Regional Information Network - IRIN).

Copyright notice: This document is published with the permission of the copyright holder and producer Immigration and Refugee Board of Canada (IRB). The original version of this document may be found on the offical website of the IRB at http://www.irb-cisr.gc.ca/en/. Documents earlier than 2003 may be found only on Refworld.

Search Refworld

Countries