Last Updated: Thursday, 18 September 2014, 12:08 GMT

Tchad : leadership du Front uni pour le changement (FUC) en 2005-2006; les membres signataires d'un accord de paix avec le gouvernement; les postes qui leur ont été offerts au sein du gouvernement; membres du FUC qui se seraient joints à une formation issue du groupe, qui serait également appelée FUC

Publisher Canada: Immigration and Refugee Board of Canada
Author Direction des recherches, Commission de l'immigration et du statut de réfugié of Canada, Ottawa
Publication Date 29 April 2009
Citation / Document Symbol TCD103079.F
Cite as Canada: Immigration and Refugee Board of Canada, Tchad : leadership du Front uni pour le changement (FUC) en 2005-2006; les membres signataires d'un accord de paix avec le gouvernement; les postes qui leur ont été offerts au sein du gouvernement; membres du FUC qui se seraient joints à une formation issue du groupe, qui serait également appelée FUC, 29 April 2009, TCD103079.F, available at: http://www.refworld.org/docid/4a717792c.html [accessed 18 September 2014]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

Aperçu sur la création du Front uni pour le changement (FUC)

Des sources consultées par la Direction des recherches signalent qu'à sa création à la fin de décembre 2005, le Front uni pour le changement (FUC) était dirigé par Mahamat Nour Abdelkerim (Human Rights Watch 9 janv. 2007; Writenet mars 2007; Le Figaro 15 oct. 2007).

Selon un rapport publié par Human Rights Watch (HRW) en janvier 2007, le Front uni pour changement était une coalition qui avait rassemblé huit factions rebelles :

Ces huit groupes sont : le RDL [Rassemblement pour la Démocratie et la Liberté], le SCUD [Socle pour le Changement, l'Unité nationale et la Démocratie], la CNT [Concorde Nationale du Tchad], le FNTR (Front National pour le Tchad Rénové), le CNR (Conseil National pour le Redressement), le FRRRT (Force pour le Ratissage, le Regroupement et le Redressement du Tchad), le Groupe du 8 Décembre, et le FIDL. Le FUC s'appelait à l'origine le Front Uni pour le Changement Démocratique au Tchad, FUCD.

Scission du FUC

Selon Radio France Internationale (RFI), « la personnalité du chef alors choisi par les Soudanais, Mahamat Nour, la force des logiques régionales et les ambitions de certains lieutenants ont conduit le FUC à l'éclatement » (RFI 7 déc. 2007).

Un article publié le 1er août 2006 dans Afrik.com signale qu'après la tentative de coup d'État d'avril 2006, Ahmat Yacoub, conseiller, fondateur et ex-secrétaire général du FNTR, avait signalé qu'il existait « "des dissensions entre Nour et un certain nombre d'éléments" ». Afrik.com ajoute que Mahamat Béchir, adjoint à la représentation extérieure, a démissionné de ses fonctions au sein du FUC le 30 juillet 2006 (1er août 2006). De même, Albissaty Saleh Allazam, porte-parole de la coalition, a réclamé le départ de son chef (ibid.). En outre, démentant les allégations d'Ahmat Yacoub signalant le retrait du groupe CNT du FUC, il a déclaré que « le seul groupe qui se soit exclu de la coalition est le RDL de Mahamat Nour » (ibid.).

À la fin de décembre 2006, le chef du FUC a signé un accord de paix avec le président Idriss Déby Itno en Lybie (AI 2008; AFP 19 oct. 2007; HRW 9 janv. 2007). En vertu de cet accord, les troupes du FUC ont été intégrées dans l'Armée nationale tchadienne (ANT) et leur chef Mahamat Nour a été nommé ministre de la Défense (AI 2008; Nations Unies 28 mai 2007; Writenet mars 2007; voir aussi PHW 2008).

Un article publié par Marchés Tropicaux et Méditerranéens le 9 mars 2007 signale que deux autres membres du FUC, Lona (ou Laona) Gong Raul et Ismael Idriss Ismael, se seraient vu attribuer des postes au sein du gouvernement du Tchad, respectivement comme « secrétaire général du gouvernement chargé des Relations avec l'Assemblée nationale » et « secrétaire d'État aux Relations extérieures chargé de l'intégration africaine » (voir aussi Reuters 4 mars 2007 et Nations Unies 28 mai 2007).

En réponse à cet accord, signale l'Associated Press (AP), les dirigeants du FUC ont destitué leur chef au cours d'une réunion du « comité de crise » (AP 26 déc. 2006).

Selon le Political Handbook of the World 2008, des membres dissidents du FUC auraient formé un nouveau groupe portant le même nom, dirigé par Abderman Koulamallah (PHW2008, 241). Cependant, selon un rapport rédigé en mars 2007 par Writenet, un réseau de chercheurs travaillant sur les droits de l'homme, les migrations forcées ainsi que sur les conflits ethniques et politiques, le FUC aurait vu naître un deuxième groupe du même nom dirigé par Abdelwahid Aboud Makay (ou Makaye) et qui serait plus [traduction] « politique ». Writenet ajoute que d'autres membres du FUC ont rejoint les rangs du Rassemblement des Forces Démocratiques (RAFD) (mars 2007).

De son côté, HRW affirme que la faction dissidente du FUC qui serait dirigée par Abdelwahid Aboud Makaye a rejoint l'UFDD (Union des Forces pour la Démocratie et le Développement) en 2006 après la signature de l'accord de paix avec le gouvernement du Tchad le 24 décembre 2006, cet accord ayant mis fin à l'existence officielle du FUC (HRW 9 janv. 2007).

Parmi les sources qu'elle a consultées, la Direction des recherches n'a pu trouver aucun autre renseignement concernant des membres du FUC signataires d'un accord de paix avec le gouvernement, les postes qui leur auraient été offerts au sein du gouvernement, ni sur des membres qui auraient formé une faction dissidente du FUC.

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais fixés. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous les sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références

Afrik.com. 1er août 2006 . Saïd Aït-Hatrit. « Tchad : le chef de la rébellion désavoué ». [Date de consultation : 4 mars 2009]

Agence France-Presse (AFP). 19 octobre 2007. « Combat dans l'est du Tchad : 13 ex-rebelles tués, 6 soldats blessés selon l'armée ». http://afp.google.com/article/ALeqM5jSr8H-G-0BxRKPj00jRQBNuCB71w [Date de consultation : 6 mars 2009]

Amnesty International (AI). 2008. « Tchad ». Amnesty International – Rapport 2008. [Date de consultation : 6 mars 2009]

Associated Press (AP). 26 décembre 2006. « Tchad : le groupe rebelle FUC se sépare de son chef ». (Intérêt-général) [Date de consultation : 6 mars 2009]

Le Figaro. 15 octobre 2007. « Qui sont les rebelles tchadiens? » [Date de consultation : 4 mars 2009]

Human Rights Watch (HRW). 9 janvier 2007. « Glossaire des groupes rebelles tchadiens » Ils sont venus pour nous tuer. [Date de consultation : 4 mars 2009]

Marchés tropicaux et méditerranéens. 9 mars 2007. « Tchad : trois membres du FUC entrent au gouvernement ». [Date de consultation : 4 mars 2009]

Nations Unies. 28 mai 2007. Réseaux d'information régionaux intégrés (IRIN) « Good Year for President Deby, Bad Year for Chad » [Date de consultation : 9 avril 2009]

Political Handbook of the World 2008 (PHW 2008). 2008. « Chad ». Sous la direction d'Arthur S. Banks, de Thomas C. Muller et de William R. Overstreet. Washington: CQ Press.

Radio France Internationale (RFI). 7 décembre 2007. « Tchad : le poids des rivalités personnelles ». http://www.rfi.fr/actufr/articles/096/article_59989.asp [Date de consultation : 23 avril 2009]

Reuters. 4 mars 2007. « Former Rebel to Hold Key Post ». [Date de consultation : 6 mars 2009]

Writenet. Mars 2007. Roy May et Simon Massey. « Chad: Politics and Security ». [Date de consultation : 6 mars 2009]

Autres sources consultées

Sites Internet, y compris : AllAfrica.com, British Broadcasting Corporation (BBC), Nations Unies – Conseil de Sécurité.

Copyright notice: This document is published with the permission of the copyright holder and producer Immigration and Refugee Board of Canada (IRB). The original version of this document may be found on the offical website of the IRB at http://www.irb-cisr.gc.ca/en/. Documents earlier than 2003 may be found only on Refworld.

Search Refworld

Countries