Last Updated: Friday, 26 December 2014, 13:50 GMT

Liban et Syrie : information indiquant si le service de renseignement de la Syrie infiltre la population syrienne vivant au Liban ou enquête sur celle-ci

Publisher Canada: Immigration and Refugee Board of Canada
Author Direction des recherches, Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada, Ottawa
Publication Date 10 November 2009
Citation / Document Symbol ZZZ103298.EF
Cite as Canada: Immigration and Refugee Board of Canada, Liban et Syrie : information indiquant si le service de renseignement de la Syrie infiltre la population syrienne vivant au Liban ou enquête sur celle-ci, 10 November 2009, ZZZ103298.EF, available at: http://www.refworld.org/docid/4b7cee68a.html [accessed 27 December 2014]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

Parmi les sources qu'elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n'a trouvé que peu d'information indiquant si le service de renseignement de la Syrie [également connu sous le nom de mukhabarat (Daily Star 13 juin 2005)] infiltre la population syrienne vivant au Liban, ou s'il enquête sur celle-ci.

Des médias affirment que le quartier général du service de renseignement de la Syrie à Beyrouth a été fermé en 2005 à la suite du départ des troupes syriennes du Liban (The Daily Telegraph 22 nov. 2006; Newsweek 2 mai 2005). Toutefois, des sources soulignent que des agents du service de renseignement syrien seraient toujours présents au Liban (ibid.; Defence & Foreign Affairs Handbook 2006 1934; The Star 27 déc. 2008; Mideast Monitor 19 oct. 2009). Des sources signalent qu'une [traduction] « influence occulte exercée par la Syrie » demeure forte au Liban (The Daily Telegraph 22 nov. 2006; The Star 27 déc. 2008; Mideast Monitor 19 oct. 2009).

Au cours d'un entretien téléphonique avec la Direction des recherches le 19 octobre 2009, le rédacteur du Mideast Monitor, publication sans but lucratif offrant des analyses politiques sur des questions touchant le Moyen-Orient (s.d.), a dit que le service de renseignement syrien surveille [traduction] « tout au Liban », y compris les travailleurs syriens. Il a ajouté qu'il est possible que le service de renseignement syrien utilise des travailleurs syriens au Liban comme informateurs ou agents potentiels (Mideast Monitor 19 oct. 2009). Selon un article paru dans le Daily Star, il existe, au Liban, un cliché selon lequel il y aurait un lien étroit entre les travailleurs syriens et le mukhabarat, bien que le dissident syrien cité dans l'article mettait en doute la nature et la portée de cette association (Daily Star 13 juin 2005).

Dans son livre intitulé The Invisible Cage: Syrian Migrant Workers in Lebanon, John Chalcraft, chargé de cours à l'École d'économie de Londres (London School of Economics), a expliqué qu'au début des années 2000, les groupes pro-Libanais étaient d'avis que les travailleurs syriens au Liban étaient [traduction] « de connivence avec le service de renseignement syrien », mais il ajoute que cette position était [traduction] « fort trompeuse » (Chalcraft 2009, 143). Sans donner de précisions, l'auteur affirme que le service de renseignement syrien était source d'inquiétude plutôt que de sécurité pour les travailleurs syriens au Liban (Chalcraft 2009, 144).

D'après le portrait d'un militant pour le respect des droits de la personne syrien vivant au Liban qui a été publié dans le journal jordanien The Star, le militant estimait que le service de renseignement syrien était plus puissant que jamais et qu'il était lui-même exposé à un risque (27 déc. 2008).

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais fixés. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous les sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références

Chalcraft, John. 2009. The Invisible Cage: Syrian Migrant Workers in Lebanon. Stanford, Californie : Stanford University Press.

Daily Star [Beyrouth]. 13 juin 2005. Jim Quilty. « 'The Syrian Presence': More than Spies and Laborers; Syrian Dissident and Journalist Ali Atassi Sees the Syrian-Lebanese Relationship as More Multifaceted than the Stereotypes Suggest ». (Factiva)

The Daily Telegraph [Londres]. Tim Butcher. « Cedar Revolution Changed Little: Syrian Influence Remains Strong in Lebanon ». (Factiva)

Defense & Foreign Affairs Handbook. 2006. Sous la direction de Greogory R. Copley. Alexandria, Virginie : The International Strategic Studies Association.

Mideast Monitor [Washington]. 19 octobre 2009. Entretien téléphonique avec un rédacteur.
_____. S.d. « About Mideast Monitor ». [Date de consultation : 29 oct. 2009]

Newsweek. 2 mai 2005. Kevin Peraino, avec la collaboration de Leena Saidi et de Dan Ephron. « The Shadow of Syria; Damascus Pulls out its Troops. But Ghosts Abide ». (Factiva)

The Star [Amman]. 27 décembre 2008. Dalila Mahdawi. « Syrian Blogger Lives Precarious Life as Exile in Lebanon ». (Factiva)

Autres sources consultées

Sources orales : Les tentatives faites pour joindre des représentants du Syrian Human Rights Committee ont été infructueuses.

Sites Internet, y compris : Al Bawaba, Al Jazeera, Amnesty International (AI), Center for Strategic and International Studies (CSIS), European Country of Origin Network (ecoi.net), European Strategic Intelligence and Security Center (ESISC), Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) – Refworld, Human Rights First (HRF), Human Rights Watch (HRW), Institute for War and Peace Reporting (IWPR), International Crisis Group, Nations Unies – Réseaux d'information régionaux intégrés (IRIN), U.S. Committee for Refugees and Immigrants (USCRI), Washington Institute for Near East Policy.

Copyright notice: This document is published with the permission of the copyright holder and producer Immigration and Refugee Board of Canada (IRB). The original version of this document may be found on the offical website of the IRB at http://www.irb-cisr.gc.ca/en/. Documents earlier than 2003 may be found only on Refworld.

Search Refworld