Last Updated: Monday, 24 November 2014, 16:50 GMT

Kenya : information sur la situation des personnes d'origine indienne, notamment sur les hommes d'affaires à Nairobi et à Kisumu; information indiquant si des attaques ou du pillage visant des entreprises indiennes ont été signalés dans ces villes; protection offerte par l'État (2007-2009)

Publisher Canada: Immigration and Refugee Board of Canada
Publication Date 16 October 2009
Citation / Document Symbol KEN103281.EF
Related Document Kenya: Situation of persons of Indian origin; in particular, businessmen in Nairobi and Kisumu; whether there have been any reports of attacks against or looting of Indian businesses in these cities; availability of state protection (2007-2009)
Cite as Canada: Immigration and Refugee Board of Canada, Kenya : information sur la situation des personnes d'origine indienne, notamment sur les hommes d'affaires à Nairobi et à Kisumu; information indiquant si des attaques ou du pillage visant des entreprises indiennes ont été signalés dans ces villes; protection offerte par l'État (2007-2009), 16 October 2009, KEN103281.EF, available at: http://www.refworld.org/docid/5075704c2.html [accessed 24 November 2014]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

Le 12 octobre 2009, dans une communication écrite adressée à la Direction des recherches, un professeur agrégé de sciences politiques à l'Université d'Ottawa, spécialisé en politique africaine, a affirmé ce qui suit :

[traduction]

Les Kényans d'origine indienne, généralement appelés « Asiatiques », se trouvent dans une situation difficile. Ils sont, pour la plupart, mieux nantis que les Africains qui forment la majorité de la population. Toutefois, ils ne sont généralement pas considérés comme des Kényans à part entière, et, par conséquent, comme étant dignes des mêmes droits. Même s'ils sont presque tous nés au Kenya et sont soit citoyens soit résidents permanents de ce pays, ils ne sont pas des autochtones africains et sont visiblement des « étrangers » (professeur agrégé 12 oct. 2009).

Selon un article du Little India du Connecticut, [traduction] « publication indienne à l'étranger la plus diffusée dans le monde » (Little India s.d.), les Kényans asiatiques possèdent un nombre disproportionné d'entreprises par rapport à la taille de leur population (ibid. 5 déc. 2008). Le professeur agrégé a également signalé que les Kényans asiatiques possèdent [traduction] « [d]e nombreux magasins et d'autres entreprises [et] occupent également une place importante dans des secteurs comme les banques, les assurances et les autres services financiers » (12 oct. 2009).

Des sources ont signalé qu'il existe des tensions entre les Kényans d'origine africaine et les Kényans d'origine indienne; bon nombre de ces derniers disent avoir de la difficulté à se sentir acceptés dans leur propre pays (Little India 5 déc. 2008; Pabari 14 sept. 2008). Selon Dipesh Pabari, écrivain kényan asiatique, de nombreux Kényans d'origine indienne ont l'impression qu'ils sont [traduction] « chez eux au Kenya, mais que ce n'est pas leur pays » (ibid.).

D'après le professeur agrégé,

[traduction]

[e]n raison de leur statut d'étranger, de leur fortune véritable ou présumée (souvent considérée comme amassée aux dépens de la majorité africaine) et des transactions « douteuses » de certaines personnes avec les gouvernements actuel et précédents, il y a un ressentiment généralisé à l'égard des Asiatiques au Kenya. C'est le cas à Nairobi, à Kisumu et dans d'autres centres urbains (12 oct. 2009).

Selon le Daily Nation, journal nairobien, plusieurs magasins appartenant à des Kényans asiatiques dans le centre-ville de Nairobi ont été dévalisés par des hommes armés en septembre et octobre 2008 (Daily Nation 29 oct. 2008). Un article publié en décembre 2008 par le Little India affirme ce qui suit :

[traduction]

Aujourd'hui, la vie des Indiens les mieux nantis est très protégée au Kenya. Bon nombre d'entre eux, craignant pour leur sécurité personnelle, engagent des gardes de sécurité et ont des alarmes antivol à la maison. Il n'est pas rare que des nouvelles portent sur des hommes d'affaires indiens qui ont été volés ou tués ou encore sur des maisons indiennes qui ont été cambriolées (Little India 5 déc. 2008).

Le professeur agrégé a affirmé que [traduction] « l'ensemble des Kényans reçoit peu de protection de la part des autorités » et a avancé l'hypothèse que la police serait peu encline à protéger les Kényans d'origine indienne (12 oct. 2009). Parmi les sources qu'elle a consultées, la Direction des recherches n'a trouvé aucune autre information allant en ce sens concernant la protection offerte par la police. Cependant, dans une communication écrite envoyée à la Direction des recherches, le rédacteur en chef de l'AwaaZ Magazine, journal de Nairobi consacré aux personnes originaires de l'Asie méridionale vivant en Afrique, a souligné que les communautés kényanes originaires de l'Asie méridionale [traduction] « se sont organisées pour améliorer leur sécurité », en collaboration avec les forces policières locales (rédacteur en chef 13 oct. 2009).

À la fin de décembre 2007 et au début de 2008, il y a eu des émeutes et du pillage dans diverses régions du Kenya à la suite d'élections contestées (professeur agrégé 12 oct. 2009; HRW janv. 2009, 81). Nairobi et Kisumu comptent parmi les lieux qui ont été touchés par ces incidents (rédacteur en chef 13 oct. 2009; professeur agrégé 12 oct. 2009; Reuters 30 déc. 2007).

Reuters décrit Kisumu comme [traduction] « le bastion de l'opposition » (30 déc. 2007) et, selon le Times of India, les Kényans asiatiques étaient visés

[traduction]

[p]arce qu'ils sont proches du parti au pouvoir, soit le Parti de l'unité nationale [Party of National Unity - PNU] du président Mwai Kibaki. M. Kibaki appartient à la tribu Kikuyu, communauté d'affaires la plus importante au Kenya, qui règne sur la politique nationale depuis 1963. Les Indiens entretiennent une relation étroite avec les Kikuyus en raison de leurs relations d'affaires, ce qui contrarie l'ODM [parti de l'opposition appelé Mouvement démocratique orange (Orange Demacratic Movement - ODM)], lequel est dominé par l'autre tribu, les Luos (Times of India 3 janv. 2008).

Au cours des manifestations de violence qui ont suivi les élections, des entreprises appartenant à des Kényans asiatiques à Kisumu auraient fait l'objet de pillage et de vandalisme (rédacteur en chef 13 oct. 2009; professeur agrégé 12 oct. 2009; Reuters 30 déc. 2007). Des médias ont affirmé que de nombreux membres de la communauté asiatique kényane à Kisumu se sont réfugiés dans un temple hindou (Times of India 3 janv. 2008; IBNLive 2 janv. 2008; Reuters 30 déc. 2007). De nombreux Kényans asiatiques ont fui Kisumu lors des manifestations de violence (Pabari 14 sept. 2008; Times of India 3 janv. 2008; IBNLive 2 janv. 2008). Selon le Times of India, l'ambassade de l'Inde à Nairobi a délivré des visas d'urgence aux personnes qui voulaient aller en Inde (3 janv. 2008).

Certaines sources ont signalé que des entreprises appartenant à des Kényans asiatiques à Nairobi ont également été visées lors des violences qui ont suivi les élections (professeur agrégé 12 oct. 2009; Times of India 6 janv. 2008). Par contre, le rédacteur en chef de l'AwaatZ Magazine a souligné [traduction] « [qu']à Nairobi, les entreprises appartenant à des personnes originaires de l'Asie méridionale n'ont pas été vandalisées lors des manifestations de violence qui ont suivi les élections » (13 oct. 2009).

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais fixés. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous les sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références

The Daily Nation [Nairobi]. 29 octobre 2008. Jami Makan. « Fear in the City as Gangsters Stage More Raids ». [Date de consultation : 14 oct. 2009]

Human Rights Watch (HRW). Janvier 2009. « Kenya ». World Report: Events of 2008. [Date de consultation : 13 oct. 2009]

IBNLive [Inde]. 2 janvier 2008. « Thousands of Indians Fly out of Riot-hit India ». [Date de consultation : 29 sept. 2009]

Little India [États-Unis]. 5 décembre 2008. Nilanjana Bhowmick. « Kenya's Wahindis: The Uneasy Life of Indians in Kenya ». [Date de consultation : 6 oct. 2009]

_____. S.d. « About Us ». [Date de consultation : 14 oct. 2009]

Pabari, Dipesh. 14 septembre 2008. Africa News. « In the Room They Come and Go… ». (D'abord publié dans l'AwaaZ Magazine, n° 2, 2008) [Date de consultation : 6 oct. 2009]

Professeur agrégé, Université d'Ottawa. 12 octobre 2009. Communication écrite envoyée à la Direction des recherches.

Rédacteur en chef, AwaaZ Magazine. 13 octobre 2009. Communication écrite envoyée à la Direction des recherches.

Reuters. 30 décembre 2007. George Obulutsa et Helen Nyambura-Mwaura. « Kenya Economy to Weather Storm if Unrest Ends ». [Date de consultation : 14 oct. 2009]

The Times of India. 6 janvier 2008. Bharat Yagnik et Darshana Chaturvedi. « Gujaratis Lose Rs 500 Crore in Kenya Violence ». [Date de consultation : 14 oct. 2009]

_____. 3 janvier 2008. Sachin Sharma et Darshana Chaturvedi. « Fear Spreads, Gujaratis Pack Up to Flee Kenya ». [Date de consultation : 14 oct. 2009]

Autres sources consultées

Sites Internet, y compris : Amnesty International (AI); États-Unis - Department of State; Minorities at Risk; Minority Rights Group International (MRGI).

Copyright notice: This document is published with the permission of the copyright holder and producer Immigration and Refugee Board of Canada (IRB). The original version of this document may be found on the offical website of the IRB at http://www.irb-cisr.gc.ca/en/. Documents earlier than 2003 may be found only on Refworld.

Search Refworld

Countries