Last Updated: Friday, 19 December 2014, 13:25 GMT

Kenya : information sur le traitement réservé à la communauté des hindous pattnis de l'Inde; information indiquant si les hindous pattnis sont considérés comme riches et, en conséquence, sont pris pour cible; information indiquant si la communauté hindoue peut recevoir de la protection de la part de l'État

Publisher Canada: Immigration and Refugee Board of Canada
Publication Date 15 March 2010
Citation / Document Symbol KEN103428.EF
Cite as Canada: Immigration and Refugee Board of Canada, Kenya : information sur le traitement réservé à la communauté des hindous pattnis de l'Inde; information indiquant si les hindous pattnis sont considérés comme riches et, en conséquence, sont pris pour cible; information indiquant si la communauté hindoue peut recevoir de la protection de la part de l'État, 15 March 2010, KEN103428.EF, available at: http://www.refworld.org/docid/4e426d592.html [accessed 22 December 2014]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

Parmi les sources qu'elle a consultées, la Direction des recherches a trouvé peu d'information portant précisément sur le traitement réservé à la communauté des hindous pattnis au Kenya. Toutefois, un professeur d'études africaines à l'Université du Michigan a affirmé lors d'un entretien téléphonique avec la Direction des recherches qu'au Kenya, la population en général [traduction] « ne peut faire de distinction entre les hindous - elle considère seulement les membres de la minorité ethnique comme des Indiens » (25 févr. 2010). De même, un professeur de politique africaine à l'Université d'Oxford a affirmé dans une communication écrite envoyée à la Direction des recherches que même si les Kényans noirs pourraient être en mesure de faire la distinction entre les musulmans et les hindous de la diaspora indienne, ils pourraient difficilement savoir qui, en particulier, appartient à la communauté des hindous pattnis (25 févr. 2010).

Même si ni l'un ni l'autre des professeurs n'étaient en mesure de fournir de l'information sur le traitement réservé en particulier à la communauté des hindous pattnis, l'information suivante, concernant le traitement réservé en général à la minorité indienne au Kenya, peut s'avérer utile.

Selon le professeur de l'Université d'Oxford, même s'il peut y avoir de [traduction] « rares incidents » de discrimination contre des membres de la communauté hindoue au Kenya, cette discrimination n'est [traduction] « pas systématique » (25 févr. 2010). De même, le professeur de l'Université du Michigan a affirmé ce qui suit :

[traduction]

La communauté indienne n'est pas une minorité ethnique particulièrement aimée, mais elle n'est pas non plus une minorité spécialement opprimée. Il s'agit d'une minorité ethnique qui suscite du ressentiment parce qu'elle est riche. Ce ressentiment se manifeste par un mécontentement général au sujet de la communauté indienne. De nombreux Indiens sont des commerçants au Kenya, et cela mène à diverses formes d'animosité. Par exemple, on considère que la communauté indienne ne paye pas particulièrement bien ses employés. Les gens reprochent à la communauté indienne sa fermeture, mais par ailleurs, ils ne souhaitent pas nécessairement en faire partie (25 févr. 2010).

Un article publié dans Little India, une publication des États-Unis portant sur l'Inde qui est distribuée aux États-Unis et à l'international (s.d.), signale lui aussi que la communauté indienne est considérée comme possédant plus que sa juste part des entreprises au Kenya (Little India 5 déc. 2008). Le professeur de l'Université d'Oxford a souligné qu'il y a [traduction] « un désintérêt généralisé au sujet du bien-être des Indiens » au Kenya et a ajouté ce qui suit :

[traduction]

Les hindous plus pauvres de Ngara, à Nairobi, sont la proie des criminels et des extorqueurs, mais il s'agit d'une situation liée à l'économie, à l'opportunisme et à la vulnérabilité, et non pas d'une discrimination active (25 févr. 2010).

Le professeur de l'Université d'Oxford a en outre affirmé que les citoyens du Kenya qui sont victimes de discrimination ne peuvent généralement pas obtenir de protection de la part de l'État; il a cependant ajouté que ce manque de protection [traduction] « n'est pas propre aux hindous pattnis » (25 févr. 2010). Les Country Reports on Human Rights Practices for 2008 fournissent d'autres renseignements sur la protection offerte par l'État :

[traduction]

La constitution et les lois interdisent la discrimination fondée sur la race, la tribu, le lieu d'origine ou de résidence ou tout autre lien à un lieu, les opinions politiques, la couleur, les croyances ou le sexe. Toutefois, les autorités gouvernementales n'ont pas réellement mis en application bon nombre de ces dispositions. Il y a également eu des informations faisant état du fait que certains représentants du gouvernement et de l'opposition toléraient la violence ethnique, et en étaient parfois à l'origine (É.-U. 25 févr. 2009, sect. 5).

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais fixés. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous les sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références

États-Unis (É.-U.). 25 février 2009. Department of State. « Kenya ». Country Reports on Human Rights Practices for 2008. [Date de consultation : 4 mars 2010]

Little India [États-Unis]. 5 décembre 2008. Nilanjana Bhowmick. « Kenya's Wahindis ». [Date de consultation : 4 mars 2010]

_____. S.d. « About Us ». [Date de consultation : 4 mars 2010]

Professeur d'études africaines, University of Michigan. 25 février 2010. Entretien téléphonique avec la Direction des recherches.

Professeur de politique africaine, University of Oxford. 25 février 2010. Communication écrite envoyée à la Direction des recherches.

Autres sources consultées

Sources orales : Le magazine AwaaZ, l'Hindu-Canadian Alliance et Pattni Connection n'ont pas pu fournir de renseignements dans les délais voulus.

Sites Internet, y compris : All Africa.com, Amnesty International (AI), British Broadcasting Corporation (BBC), European Country of Origin Information Network (ECOI.net), Freedom House, The Hindu, Hindu Human Rights, Hindu Janajagruti Samiti, Human Rights Watch, International Crisis Group, Médecins sans frontières (MSF), Nations Unies - Réseaux d'information régionaux intégrés (IRIN), The Times of India, University of Nairobi.


Copyright notice: This document is published with the permission of the copyright holder and producer Immigration and Refugee Board of Canada (IRB). The original version of this document may be found on the offical website of the IRB at http://www.irb-cisr.gc.ca/en/. Documents earlier than 2003 may be found only on Refworld.

Search Refworld

Countries