Last Updated: Tuesday, 22 April 2014, 11:13 GMT

Indonésie : information sur la situation des personnes homosexuelles; protection offerte par l'État et existence de groupes de soutien

Publisher Immigration and Refugee Board of Canada
Author Direction des recherches, Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada, Ottawa
Publication Date 3 July 2008
Citation / Document Symbol IDN102828.EF
Cite as Immigration and Refugee Board of Canada, Indonésie : information sur la situation des personnes homosexuelles; protection offerte par l'État et existence de groupes de soutien, 3 July 2008, IDN102828.EF, available at: http://www.refworld.org/docid/48d222cc1e.html [accessed 23 April 2014]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

Situation des personnes homosexuelles

Selon un professeur d'études culturelles de l'université Southern Cross en Australie, spécialiste des droits des personnes homosexuelles en Asie, [traduction] " il existe un danger omniprésent et systémique pour les personnes homosexuelles dans les domaines socioculturels traditionnels " en Indonésie (28 mai 2008). Le professeur a affirmé dans une communication écrite envoyée à la Direction des recherches que les personnes homosexuelles en Indonésie [traduction] " sont souvent perçues comme des personnes corrompues par l'Occident ou des déviants " et dans certains cas, elles ont été [traduction] " expulsées de leur famille et ont dû fuir dans d'autres pays pour survivre " (28 mai 2008).

Par contre, Fridae, site Internet dont le siège est à Hong Kong qui cherche à [traduction] " renforcer la position de l'Asie gaie " (Fridae s.d.a), affirme ce qui suit concernant l'acceptation des gais en Indonésie :

[traduction]

Diverses formes de sexualité font partie intégrante de la mosaïque culturelle de l'Indonésie. De nombreux hommes et de nombreuses femmes mariés entretiennent également des relations avec des partenaires de même sexe. L'homophobie s'est enracinée uniquement dans certains secteurs de la nouvelle classe moyenne et de la nouvelle classe des professionnels, ainsi que dans certains mouvements religieux (ibid. s.d.b).

Dans une communication écrite envoyée à la Direction des recherches, Dédé Oetomo, militant bien connu des droits des gais, a fourni l'information suivante tirée d'un article qu'il a coécrit pour le magazine australien OUTinPerth :

[traduction]

En Indonésie, les mentalités sociales et culturelles ont tendance à être plus tolérantes à l'égard des GLBT [gais, lesbiennes, bisexuels et transgenres] que dans de nombreux autres pays musulmans. Les transgenres d'homme à femme (appelés waria) sont traditionnellement bien visibles dans les rituels, les arts de la scène et la vie sociale [...].

[...]

Généralement, la société indonésienne est sécuritaire pour les gais, les lesbiennes et les waria, quoiqu'il y a eu des agressions isolées contre des gais perpétrées par des groupes musulmans fanatiques (OUTinPerth juin 2008, 7).

De même, le professeur a affirmé qu'il y a des groupes musulmans indonésiens et Pemuda Islam (jeunesse musulmane) [traduction] " extrémistes " qui procèdent à des agressions physiques contre des personnes homosexuelles et leur font du chantage (28 mai 2008).

Le professeur a également fourni l'information suivante :

[traduction]

Il existe un [...] " hétérosexisme " profondément enraciné en Indonésie, ce qui signifie que toute déviation par rapport à l'hétéronormativité est perçue comme une source de déshonneur et de honte [voir aussi Boellstorff déc. 2004]. Même si l'homosexualité cachée et passée sous silence peut être tolérée jusqu'à un certain point par des éléments de la société indonésienne, une identité homosexuelle clairement affirmée est perçue comme une maladie (sakit) et fait l'objet d'exclusion sociale, de violence et d'autres formes de persécutions physiques et psychologiques.

Les personnes identifiées comme homosexuelles sont victimes de harcèlement, d'intimidation, de violence physique et de déshumanisation [...] (professeur 28 mai 2008).

Dédé Oetomo parle des implications de l'hétéronormativité en Indonésie dans le magazine OUTinPerth :

[traduction]

L'hétéronormativité des valeurs et des lois de la société est un défi important à relever pour les gais et lesbiennes qui souhaitent vivre pleinement et ouvertement leur homosexualité. De nombreux gais et de nombreuses lesbiennes vivent discrètement et dans la crainte d'être " démasqués ". Les waria connaissent habituellement des difficultés pendant l'enfance et l'adolescence, mais contrairement à de nombreux gais et à de nombreuses lesbiennes, lorsqu'ils peuvent s'accepter et trouver un lieu sécuritaire, habituellement loin de la famille où ils sont nés, ils peuvent habituellement vivre à visage découvert (OUTinPerth juin 2008, 7).

Le Sydney Star Observer et le Jakarta Post ont fait état d'une réunion tenue en avril 2008 entre des chefs musulmans et Arus Pelangi, organisation indonésienne de défense des droits des gais (Sydney Star Observer 2 avr. 2008; The Jakarta Post 1er avr. 2008; ibid. 28 mars 2008). Selon le Sydney Star Observer, un représentant de la conférence de l'Indonésie sur les religions et la paix (Indonesian Conference of Religious and Peace) a [traduction] " déclaré que les personnes homosexuelles ont été créées par Dieu, qu'elles faisaient partie de la nature et que l'attirance homosexuelle est motivée par des choses plus grandes que le simple désir physique " (2 avr. 2008; voir aussi The Jakarta Post 1er avr. 2008). Le Sydney Star Observer ajoute qu'un représentant de Nahdkatul Ulama, [traduction] " le plus important groupe musulman en Indonésie ", a affirmé que [traduction] " les préjugés contre les gais et les lesbiennes étaient des concepts sociaux " (2 avr. 2008). The Jakarta Post signale que d'autres groupes comme le conseil indonésien des oulémas (Indonesian Oulema Council), le Hizbut Thahir Indonesia (28 mars 2008) et le conseil des évêques d'Indonésie ont condamné l'homosexualité (1er avr. 2008).

Homosexualité et législation

Dans un rapport de mai 2008, l'association internationale des lesbiennes et des gays (ILGA) a fourni l'information suivante sur l'homophobie entretenue par l'État :

[traduction]

Les relations entre partenaires de même sexe ne sont pas interdites selon le code pénal national. La seule disposition qui traite de telles relations se trouve à l'article 292 qui interdit les actes sexuels entre personnes de même sexe si l'une d'elles n'a pas atteint la majorité (mai 2008).

Reuters souligne dans un article du 26 août 2007 que l'homosexualité en Indonésie ne constitue pas une infraction à la loi [traduction] " mais qu'elle demeure taboue dans un pays où 85 p. 100 des 220 millions d'habitants sont musulmans " (voir aussi professeur 28 mai 2008).

Plusieurs sources soulignent que les administrations locales ont adopté des lois qui touchent les GLBT et qui sont inspirées de la charia (Sydney Star Observer 2 avr. 2008; professeur 28 mai 2008; Gay City News 12 oct. 2006). Un article du Sydney Star Observer porte sur les lois [traduction] " inspirées de la charia " concernant la pornographie; selon ces lois, les gais sont considérés comme [traduction] " pornographiques " (2 avr. 2008; voir aussi Gay City News 12 oct. 2006). Dans un article paru le 12 octobre 2006 dans Gay City News, un représentant d'un groupe indonésien de défense des droits des gais est cité alors qu'il décrit une loi de la région de Palembang selon laquelle [traduction] " "les relations sexuelles homosexuelles et lesbiennes, la sodomie, le harcèlement sexuel et d'autres actes pornographiques " sont considérés comme de la prostitution. Le professeur a fourni l'information suivante sur la charia en Indonésie :

[traduction]

Certaines provinces d'Indonésie ont adopté la charia, qui condamne explicitement l'homosexualité. Tout au long de 2006 et de 2007 et jusqu'à présent, des signes montrent une augmentation très nette de l'appui à la charia et son expansion partout dans le grand archipel indonésien (28 mai 2008).

De même, l'article de Gay City News affirme qu'il existe des lois semblables, inspirées de la charia, dans les régions de Sumatra et de Java et que [traduction] " "52 régions ont adopté ou mis de l'avant de telles lois" " (12 oct. 2006).

Selon le professeur, le ministère de la Justice et des Droits de la personne en Indonésie est en voie de modifier le code criminel afin de criminaliser l'homosexualité (28 mai 2008). Le professeur a également donné l'information suivante à ce sujet :

[traduction]

Bien que l'homosexualité ne soit pas formellement incluse dans les lois indonésiennes et ne fassent pas l'objet de sanction criminelle, la charia influence grandement et dicte les mours sociales par rapport à l'homosexualité, ce qui laisse, en Indonésie, les personnes homosexuelles très vulnérables à la persécution justifiée par l'interdit religieux. Ces personnes ne sont pas en mesure de demander de la protection de crainte que leur orientation sexuelle soit révélée ou exposée. Par suite de l'adoption de cette loi, les personnes homosexuelles seraient effectivement à la merci des personnes pratiquant l'extorsion, le chantage et d'autres formes de persécution (28 mai 2008).

Aucun renseignement additionnel sur l'état d'avancement des modifications au code criminel n'a pu être trouvé parmi les sources consultées par la Direction des recherches.

Protection offerte par l'État

Dédé Oetomo affirme dans OUTinPerth que même si, dans certaines lois relatives aux droits de la personne, il existe [traduction] " une vague garantie contre les pratiques discriminatoires fondées sur quelque motif que ce soit " (voir aussi Fridae 28 mars 2008), les GLBT ne disposent pas d'une protection juridique suffisante concernant la discrimination fondée sur l'orientation ou l'identité sexuelle (OUTinPerth juin 2008, 7). Le professeur de l'université Southern Cross souligne lui aussi le manque de protection juridique pour les personnes homosexuelles :

[traduction]

Il n'existe [...] aucune loi qui protège les personnes homosexuelles contre la violence et la persécution [...] Les personnes homosexuelles ne peuvent pas s'attendre à être protégée lorsqu'une identité gaie clairement affirmée est impliquée. Je connais de nombreux gais indonésiens qui ont été violemment agressés et torturés en raison de leur orientation sexuelle, tant par le personnel de l'armée que de la police. Ces hommes n'ont pas pu solliciter la protection de la police ou du système judiciaire et on leur a également refusé de l'aide dans les hôpitaux. Il n'y a [...] aucune protection offerte aux personnes homosexuelles par l'État (28 mai 2008).

Selon Amnesty International (AI), [traduction] " les personnes considérées comme appartenant à un groupe "indésirable", y compris les hommes homosexuels et les lesbiennes, peuvent particulièrement faire l'objet de mauvais traitements, notamment d'agressions sexuelles " (20 juin 2007). Gay City News affirme que, en raison de leur orientation sexuelle, les personnes homosexuelles qui sont emprisonnées font l'objet de sévices sexuels encore plus violents que ceux subis par les autres prisonniers (12 oct. 2006).

Amnesty International (AI) et Human Rights Watch (HRW) affirment que le représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies pour la question des défenseurs des droits de l'homme a manifesté son inquiétude au sujet du manque de protection pour les défenseurs des droits de la personne soutenant les GLBT (AI 2008; HRW 31 janv. 2008).

Cas particuliers

Plusieurs sources signalent qu'en janvier 2007, deux personnes homosexuelles

[traduction]

auraient été battues, auraient reçu des coups de pied et auraient fait l'objet de violence verbale par des voisins et qu'elles ont ensuite été détenues arbitrairement par la police et emmenées au poste de police de Banda Raya [Aceh] où elles ont subi d'autres violences sexuelles ainsi que d'autres formes de torture et de mauvais traitements (AI 20 juin 2007; É.-U. 11 mars 2008, sect. 1.c; voir aussi AHRC 10 déc. 2007, 137).

Amnesty International (AI) souligne [traduction] " qu'il semble que les hommes aient été choisis pour cibles uniquement en raison de leur orientation sexuelle " (20 juin 2007). Selon les Country Reports on Human Rights Practices for 2007 du Département d'État des États-Unis, quatre policiers font face à des poursuites administratives relativement à cette affaire (11 mars 2008, sect. 1.c). Les Country Reports 2007 affirment que les autorités n'avaient pas déposé d'accusation à la fin de 2007, car [traduction] " l'une des victimes avait fui Aceh et l'autre refusait d'être interrogée " (É.-U. 11 mars 2008, sect. 1.c). Le professeur a affirmé qu'il connaissait des cas de viol de personnes homosexuelles commis par la police dans diverses régions de l'Indonésie, notamment à Medan et à Jakarta (28 mai 2008; voir aussi Gay City News 12 oct. 2006).

Le professeur a donné des détails sur des cas d'hommes homosexuels qui, après avoir été agressés et hospitalisés, n'ont pas pu déposer une plainte à la police parce qu'ils ont été considérés comme responsables de l'agression ou qu'on leur a dit [traduction] " que c'était de leur faute car ils étaient "banci" ou gais " (28 mai 2008). Le professeur connaît également un cas où un groupe de gais a été arrêté par la police et emprisonné à Jakarta, sans être informé des motifs de l'arrestation, et [traduction] " il leur a été demandé de payer 50 000 rupiahs [environ 5,50 dollars canadiens (Canada 22 juill. 2008)] pour leur libération [...] " (28 mai 2008; voir aussi Gay City News 12 oct. 2006).

Existence de groupes de soutien

Dédé Oetomo a fourni l'information suivante concernant les lieux de rencontre pour les GLBT :

[traduction]

Récemment, l'apparition et la prolifération d'Internet a fourni des endroits sécuritaires grandement nécessaires pour les gais, les lesbiennes et les waria afin qu'ils puissent se rencontrer et construire des communautés. En fait, les cafés et les kiosques Internet sont devenus [...] des lieux de rencontre pour les GLBT.

[...]

Des organisations gaies et waria existent dans de nombreux villages et de nombreuses villes de l'Indonésie et à l'heure actuelle, la priorité de ces organisations est la prévention, les soins, le soutien et les traitements relatifs au VIH et aux ITS [infections transmissibles sexuellement]. Les organisations de lesbiennes sont moins nombreuses, mais au cours des dix dernières années, elles ont été plus visibles puisqu'elles mènent des campagnes et des activités en faveur du féminisme et de l'émancipation sociale (OUTinPerth juin 2008, 7).

Utopia-Asia, site Internet pour les gais et les lesbiennes en Asie, affirme que même si l'Indonésie dispose d'un nombre important [traduction] " d'organisations sociales pour les personnes homosexuelles et de défenseurs des droits des personnes homosexuelles ", il n'y a pas assez de lieux de rencontre (s.d.).

Les groupes suivants figurent sur la liste du centre de ressource d'Asie du Sud et du Sud-Est sur la sexualité (South and Southeast Asia Resource Centre on Sexuality) en tant qu'organisations qui travaillent sur des questions liées à la sexualité : GAYa Nusantara, situé à Surabaya (voir aussi Fridae 28 mars 2008); centre d'études culturelles Kunci (Kunci Cultural Studies Centre) à Yogakarta; fondation Q-munity et Spiritia à Jakarta (s.d.). Arus Pelangi (drapeau arc-en-ciel), fondé en janvier 2006 et comptant environ 400 membres, est nommé dans un article du 12 octobre 2006 du Gay City News comme la première organisation indonésienne de défense des droits des GLBT travaillant sur les scènes politique et juridique. Un article de Fridae signale que l'institut Pelangi Perempuan est une organisation indonésienne pour les jeunes lesbiennes (28 mars 2008). Yayasan Srikandi Sejati, créé en 1998, travaille sur les questions relatives à la santé des transgenres (Gay City News 12 oct. 2006).

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous la liste des autres sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références

Amnesty International (AI). 2008. " Indonesia ". Amnesty International Report 2008. [Date de consultation : 30 mai 2008]
_____. 20 juin 2007. " Indonesia (Aceh): Torture of Gay Men by the Banda Raya Police ". (ASA 21/004/2007) [Date de consultation : 20 mai 2008]

Asian Human Rights Commission (AHRC). 10 décembre 2007. " Indonesia ". The State of Human Rights in Eleven Asian Nations in 2007. [Date de consultation : 26 mai 2008]

Association internationale des lesbiennes et des gays (ILGA). Mai 2008. Daniel Ottosson. " Indonesia ". State-Sponsored Homophobia: A World Survey of Laws Prohibiting Same Sex Activity Between Consenting Adults. [Date de consultation : 2 juin 2008]

Boellstorff, Tom. Décembre 2004. " The Emergence of Political Homophobia in Indonesia: Masculinity and National Belonging ". Ethnos Vol. 69:4. Taylor and Francis Ltd., p. 465-486.

Canada. 22 juillet 2008. Banque du Canada. " Daily Currency Converter ". [Date de consultation : 22 juillet 2008]

États-Unis (É.-U.). 11 mars 2008. Department of State. " Indonesia ". Country Reports on Human Rights Practices for 2007. [Date de consultation : 15 mai 2008]

Fridae. 28 mars 2008. Justin Ellis. " Dede Oetomo ". [Date de consultation : 30 mai 2008]
_____. S.d.a. " About Us ". [Date de consultation : 25 juin 2008]
_____. S.d.b. " Cityguides Jakarta ". [Date de consultation : 26 mai 2008]

Gay City News [New York]. 12 octobre 2006. Doug Ireland. " Indonesian Gays Fight Back ". [Date de consultation : 26 mai 2008]

Human Rights Watch (HRW). 31 janvier 2008. " Indonesia ". World Report 2008. [Date de consultation : 9 juin 2008]

The Jakarta Post. 1er avril 2008. " Religious Leaders Say Homosexuality "Not from God" ". [Date de consultation : 30 mai 2008]
_____. 28 mars 2008. Abdul Khalik. " Indonesia: Islam "Recognizes Homosexuality" ". (Femmes sous lois musulmanes) [Date de consultation : 26 mai 2008]

OUTinPerth. Juin 2008. Megan Smith et Dédé Oetomo. " Regional Spotlight on... Indonesia ". Communication écrite envoyée à la Direction des recherches.

Professeur à l'université Southern Cross University en Australie. 28 mai 2008. Communication écrite envoyée à la Direction des recherches.

Reuters. 26 août 2007. Adhityani Arga et Sugita Katyal. " Indonesia Film Festival Takes Gay Issues Out of Closet ". [Date de consultation : 15 mai 2008]

South and Southeast Asia Resource Centre on Sexuality. S.d. " Organisations Working on Sexuality in South and Southeast Asia – Indonesia ". [Date de consultation : 15 mai 2008]

Sydney Star Observer. 2 avril 2008. Andrew M. Potts. " Hope in the Archipelago ". [Date de consultation : 30 mai 2008]

Utopia-Asia. S.d. " Travel & Resources: Indonesia ". [Date de consultation : 26 mai 2008]

Autres sources consultées

Source orale : Les tentatives faites pour joindre un représentant de Yayasan Spiritia ont été infructueuses.

Sites Internet, y compris : Arus Pelangi, Asian Pacific Islander Queer Women and Transgender Community (APIQWTC), Avert.org, European Country of Origin Information Network (ecoi.net), Gay and Lesbian Advocates and Defenders (GLAD), Gay and Lesbian Alliance Against Defamation (GLAAD), Gay/Lesbian International News Network (GLINN), Gay Planet Holidays, Gay Times, GAYa NUSANTARA, Human Rights Watch (HRW), Indonesian Lesbians' Homepage, International Gay and Lesbian Human Rights Commission (IGLHRC), Legislationline.org, Queer Resources Directory, Transgender Asia, World Law Bulletin.

Copyright notice: This document is published with the permission of the copyright holder and producer Immigration and Refugee Board of Canada (IRB). The original version of this document may be found on the offical website of the IRB at http://www.irb-cisr.gc.ca/en/. Documents earlier than 2003 may be found only on Refworld.

Search Refworld

Countries