Last Updated: Friday, 25 July 2014, 12:52 GMT

Guinée : traitement des chrétiens, et notamment des musulmans qui se sont convertis au christianisme, par les musulmans et par la société guinéenne en général; le cas échéant, information sur la protection qui leur est offerte par les autorités gouvernementales (mai 2005)

Publisher Canada: Immigration and Refugee Board of Canada
Author Direction des recherches, Commission de l'immigration et du statut de réfugié, Canada
Publication Date 27 May 2005
Citation / Document Symbol GIN100074.F
Reference 1
Cite as Canada: Immigration and Refugee Board of Canada, Guinée : traitement des chrétiens, et notamment des musulmans qui se sont convertis au christianisme, par les musulmans et par la société guinéenne en général; le cas échéant, information sur la protection qui leur est offerte par les autorités gouvernementales (mai 2005), 27 May 2005, GIN100074.F, available at: http://www.refworld.org/docid/42df60ee7.html [accessed 28 July 2014]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

La population guinéenne est, en grande majorité, musulmane (Europa 2004 2004, 1949; International Religious Freedom Report 2004, sept. 2004, sect. I). On estime à 10 p. 100, la proportion de Guinéens qui appartiennent aux différentes confessions chrétiennes (ibid.).

Selon l'International Religious Freedom Report 2004, la constitution guinéenne garantit la liberté de culte et [traduction] « le gouvernement respecte généralement ce droit dans les faits; à tous les niveaux, [il] s'efforce de protéger pleinement ce droit et ne tolère sa violation ni par les acteurs gouvernementaux ni par les acteurs privés » (sept. 2004, sect. II). Selon la même source d'information, [traduction] « les fêtes religieuses aussi bien musulmanes que chrétiennes sont reconnues par le gouvernement et célébrées par la population » (International Religious Freedom Report 2004 sept. 2004, sect. II). Par ailleurs, les médias publics accordent aux religions musulmane et chrétienne une couverture égale (ibid.).

Quant aux relations entre les différentes religions en Guinée, l'International Religious Freedom Report 2004 a signalé qu'elles étaient [traduction] « amicales » mais que [traduction] « dans certaines régions, il y avait une forte pression sociale qui décourageait les non-musulmans de pratiquer ouvertement leur religion » (sept. 2004, sect. III). De plus, la même source d'information signale un incident violent survenu en juin [2004] à Nzerekore entre des musulmans de l'ethnie Malinké et des chrétiens issus du groupe ethnique Guerze, incident qui a fait deux morts (International Religious Freedom Report 2004 sept. 2004, sect. III). Toutefois, ce conflit aurait un caractère ethnique plutôt que religieux (ibid.).

Au cours d'un entretien téléphonique du 27 mai 2005, le responsable des archives générales de la congrégation du Saint-Esprit à Chevilly-Larue (Val-de-Marne) en France, spiritain qui a exercé son apostolat en Guinée de 1954 à 1967 et auteur d'un livre récent sur l'église catholique en Guinée, a fourni les renseignements qui suivent.

La population guinéenne est à forte majorité musulmane. Cependant, à l'opposé du régime de Sékou Touré (1958-1984), les autorités gouvernementales actuelles respectent et protègent la liberté de culte des Guinéens des autres confessions. À titre indicatif, les communautés chrétiennes en générale, et l'Église catholique en particulier, ont le droit de gérer leurs écoles, droit qui leur avait été retiré par Sékou Touré. En outre, les membres des communautés musulmanes et chrétiennes vivent « en parfaite harmonie », surtout dans les grandes villes. Les conversions de l'islam au christianisme ne sont pas nombreuses mais elles existent et sont sans conséquence.

Toutefois, dans certaines régions, et notamment dans le Fouta-Djalon, l'islam est tellement ancré qu'une personne qui voulait se convertir au christianisme se heurterait à de fortes pressions sociales et courrait le risque de se faire rejeter par sa communauté. En outre, comme dans plusieurs autres pays africains, on assiste en Guinée à une prolifération de certains groupes musulmans très radicaux et intolérants envers d'autres confessions, y compris les confessions chrétiennes. Cependant, le gouvernement guinéen s'oppose à ces groupes.

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous la liste des autres sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références

Congrégation du Saint Esprit, Chevilly-Larue, France. 27 mai 2005. Entretien téléphonique avec le responsable des archives générales.

The Europa World Year Book 2004. 2004. 44th ed. Vol. 1. Londres : Europa Publications.

International Religious Freedom Report 2004. 15 septembre 2004. Département d'État des États-Unis. Washington, DC. [Date de consultation : 12 mai 2005]

Autres sources consultées

L'Organisation guinéenne pour la défense des droits de l'homme (OGDH) n'a pas répondu à une demande d'information dans les délais prescrits pour cette réponse.

Les tentatives faites pour joindre le bureau du Journal d'informations chrétiennes évangéliques de Guinée ont été infructueuses.

Sites Internet, y compris : AllAfrica.com, Amnesty International, Département d'État des États-Unis, Direction de l'immigration et de la nationalité du Royaume Uni, ECOI, Freedom House, Human Rights Watch, HCR, Missionary Service News Agency (MISNA), Réseaux d'information régionaux intégrés (IRIN), World News Africa.

Copyright notice: This document is published with the permission of the copyright holder and producer Immigration and Refugee Board of Canada (IRB). The original version of this document may be found on the offical website of the IRB at http://www.irb-cisr.gc.ca/en/. Documents earlier than 2003 may be found only on Refworld.

Search Refworld

Countries