Last Updated: Thursday, 23 October 2014, 16:39 GMT

Éthiopie : information sur le traitement réservé par les autorités éthiopiennes aux citoyens éthiopiens de l'ethnie Somali

Publisher Canada: Immigration and Refugee Board of Canada
Author Direction des recherches, Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada, Ottawa
Publication Date 18 January 2010
Citation / Document Symbol ETH103355.F
Cite as Canada: Immigration and Refugee Board of Canada, Éthiopie : information sur le traitement réservé par les autorités éthiopiennes aux citoyens éthiopiens de l'ethnie Somali, 18 January 2010, ETH103355.F, available at: http://www.refworld.org/docid/4b7cee55c.html [accessed 23 October 2014]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

Selon un rapport publié par Human Rights Watch (HRW) le 20 décembre 2009, l'Éthiopie abrite une importante population de Somalis, laquelle est concentrée essentiellement dans l'Est du pays, dans la région de Somali. Également connue sous les noms d'Ogaden ou de Région 5 (HRW 3 juill. 2007), la région de Somali, à prédominance musulmane, compte environ cinq millions d'habitants (Worldfocus 11 nov. 2009).

Plusieurs sources consultées par la Direction des recherches ont signalé les affrontements qui opposent les forces gouvernementales éthiopiennes au Front de libération national de l'Ogaden (Ogaden National Liberation Front – ONLF), dans la région de Somali (HRW 20 déc. 2009; É.-U. 25 févr. 2009, introduction; AI 2009). Fondé en 1984 (ESISC 23 mai 2008), l'ONLF lutte pour l'autonomie de la région d'Ogaden (ibid.; Reuters 14 nov. 2009). Selon le gouvernement de l'Éthiopie, l'ONLF est « un groupe terroriste soutenu par l'Érythrée » (APA 5 mars 2009).

D'après HRW, ce conflit, [traduction] « long et souvent brutal », a été marqué par de graves exactions qui ont été commises par les militaires dans de nombreuses parties de la région (20 déc. 2009). Les Country Reports on Human Rights Practices for 2008 signalent que durant l'année 2008, les combats opposant les forces gouvernementales à l'ONLF auraient donné lieu à des violations des droits de la personne par toutes les parties impliquées, et en particulier, l'aide alimentaire destinée aux victimes de la sécheresse aurait été détournée (É.-U. 25 févr. 2009, introduction). Ce conflit aurait fait plusieurs milliers de morts durant les 15 dernières années (Worldfocus 11 nov. 2009).

De même, un rapport publié par Amnesty International (AI) en 2009 affirme qu'au cours de ces affrontements, les deux camps ont été responsables de violations des droits de la personne contre des civils. Selon les Country Reports for 2008, en novembre 2008, les affrontements provoqués par une tentative des forces de police de déplacer de force les villageois des villages de Laare et de Puldeng vers un autre endroit auraient fait une dizaine de morts ainsi que plusieurs blessés parmi les civils et les policiers (É.-U. 25 févr. 2009, sect. 1.g). Les Country Reports for 2008 signalent également que selon un rapport de l'ONLF, en décembre 2008, dans le village Mooyaha, en Ogaden, les forces éthiopiennes auraient tué 48 civils et en auraient blessé 50 autres (ibid.).

En avril 2007, répliquant à une attaque de l'ONLF contre une installation pétrolière dans le village d'Abole en territoire Somali, laquelle a fait plusieurs morts tant militaires que civils, les forces éthiopiennes auraient imposé un blocus de la région touchée par le conflit, donnant lieu à une crise alimentaire (AI 2008). D'après un article publié par le quotidien montréalais La Presse, depuis avril 2007, le gouvernement de l'Éthiopie a mis sur pied une « vaste opération militaire » pour combattre l'ONLF.

Au cours des opérations, les troupes éthiopiennes auraient procédé à « [des] arrestations massives, [des]actes de torture, [des] viols et [des]exécutions extrajudiciaires à l'encontre de sympathisants présumés de l'ONLF » (AI 2008).

Dans un rapport publié le 6 mars 2009, HRW affirme qu'à la suite d'une insurrection survenue en 2007 dans la région d'Ogaden, la stratégie utilisée par les troupes éthiopiennes consistait à tuer quelques personnes dans les villages pour ensuite incendier les maisons afin de pousser les habitants à la fuite. En juillet 2007, le directeur de la division Afrique d'HRW déclarait que les troupes éthiopiennes [traduction] « détruisaient des villages et des propriétés, confisquaient le bétail et expulsaient les civils de force » (HRW 3 juill. 2007). Des témoins ont affirmé avoir vu des troupes éthiopiennes [traduction] « tirer sur des civils qui s'enfuyaient, puis les tuer » (ibid.). Par exemple, HRW signale qu'en juin 2007, dans le village Labiga, les troupes éthiopiennes auraient tué 21 personnes qui s'opposaient à leur tentative de s'emparer de leur bétail (ibid.).

D'après AI, en 2007, des centaines de personnes auraient été arrêtées pour des raisons politiques dans le contexte de ce conflit (AI 2008). Par exemple, présentant plusieurs cas d'arrestations, les Country Reports for 2008 signalent notamment qu'en mars 2008, le gouvernement de l'Éthiopie a fait arrêter huit personnes soupçonnées [traduction] « d'implication » dans l'attaque d'avril 2007 contre une exploitation pétrolière chinoise dans la zone de Degehabur, dans la région de Somali (É.-U. 25 févr. 2009, sect. 1.g). De même, huit membres de l'ONLF auraient été condamnés à la peine capitale pour leur « implication » dans un attentat commis en mai 2007 dans la capitale régionale, Jijiga (ESISC 23 mai 2008).

Les forces de sécurité éthiopiennes auraient également procédé à des emprisonnements arbitraires dans de grandes villes, en particulier à l'encontre des proches de personnes soupçonnées d'appartenir à l'ONLF (HRW 3 juill. 2007).

Un article publié le 4 août 2009 par La Presse a signalé qu'un Canadien d'origine éthiopienne a été condamné à la prison à vie par la Haute Cour d'Éthiopie. D'origine ethnique Somali (AI 4 mai 2007), ce ressortissant canadien a été accusé d'avoir été membre de l'ONLF (La Presse 4 août 2009). Selon son avocat, « "le gouvernement éthiopien s'en prend à lui parce que son grand-père, [...], est l'un des membres fondateurs [de l'ONLF]" » (ibid.). Par ailleurs, un homme connu par les autorités pour avoir joué le rôle de médiateur dans la résolution des conflits dans la région de Somali a été arrêté en août 2007 (AI 2008). En 2008, jugé et condamné à vingt-deux ans d'incarcération pour « son rôle présumé » dans deux attaques à la grenade commises en 2007, il serait toujours gardé en détention, « pour qu'il ne puisse pas témoigner devant la mission d'enquête des Nations Unies » (AI 2009). Parmi les sources qu'elle a consultées, la Direction des recherches n'a pas trouvé d'autre information sur la suite de ces arrestations.

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais fixés. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous les sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références

Agence de presse africaine (APA). 5 mai 2009. « Le rapport américain sur les droits de l'homme en Ethiopie est biaisé, selon Addis Abeba ». (Jeune Afrique) [Date de consultation : 31 déc. 2009]

Amnesty International (AI). 2009. « Éthiopie ». Amnesty International Rapport 2009. [Date de consultation : 31 déc. 2009]
_____. 2008. « Éthiopie ». Amnesty International Rapport 2008. [Date de consultation : 31 déc. 2009]
_____. 4 mai 2007. « Éthiopie. Détention au secret, craintes de torture ou de mauvais traitements, préoccupations d'ordre médical ». [Date de consultation : 31 déc. 2009]

États-Unis (É.-U.). 25 février 2009. Department of State. « Ethiopia ». Country Reports on Human Rights Practices for 2008. [Date de consultation : 30 déc. 2009]

European Strategic Intelligence and Security Center (ESISC). 23 mai 2008. « Éthiopie/Rébellion : condamnation de huit rebelles de l'Ogaden à la peine capitale ». [Date de consultation : 11 nov. 2009]

Human Rights Watch (HRW). 20 décembre 2009. « Hostile Shores ». [Date de consultation : 30 déc. 2009]
_____. 6 mars 2009. Kenneth Roth. « Meles Zenawi, le despote éthiopien ». [Date de consultation : 31 déc. 2009]
_____. 3 juillet 2007. « Ethiopia: Crackdown in East Punishes Civilians ». [Date de consultation : 20 nov. 2009]

La Presse [Montréal]. 4 août 2009. Catherine Handfield. « Un Canadien d'origine éthiopienne condamné à la prison à vie ». [Date de consultation : 31 déc. 2009]

Reuters. 14 novembre 2009. Barry Malone. « Ethiopia's ONLF Rebels Say Captured Seven Towns ». (Alernet) [Date de consultation : 30 déc. 2009]

Worldfocus. 11 novembre 2009. Lisa Biagiotti. « Conflict Endures in Ethiopia's Ethnic Somali Region ». [Date de consultation : 30 déc. 2009]

Autres sources consultées

Sources orales : Les tentatives faites pour joindre la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH) et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) ont été infructueuses.

Sites Internet, y compris : Africa Action, Africa Governance Monitoring and Advocacy Project (AfriMAP), Afrik.com, AllAfrica.com, Freedom House, Institute for Security Studies (ISS), International Crisis Group, Minority Rights Group International (MRG), Nations Unies – Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), Panapress (PANA), Radio France internationale (RFI), Reporters sans frontières (RSF), Syfia Grands Lacs, Voice of America (VOA).

Copyright notice: This document is published with the permission of the copyright holder and producer Immigration and Refugee Board of Canada (IRB). The original version of this document may be found on the offical website of the IRB at http://www.irb-cisr.gc.ca/en/. Documents earlier than 2003 may be found only on Refworld.

Search Refworld

Countries