Last Updated: Friday, 24 October 2014, 15:39 GMT

Djibouti : mise à jour de DJI12382 du 27 novembre 1992 sur la minorité catholique romaine à Djibouti

Publisher Canada: Immigration and Refugee Board of Canada
Author Direction des recherches, Commission de l'immigration et du statut de réfugié, Canada
Publication Date 23 December 1999
Citation / Document Symbol DJI33361.F
Cite as Canada: Immigration and Refugee Board of Canada, Djibouti : mise à jour de DJI12382 du 27 novembre 1992 sur la minorité catholique romaine à Djibouti, 23 December 1999, DJI33361.F, available at: http://www.refworld.org/docid/3ae6ad5768.html [accessed 26 October 2014]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

Selon un rapport sur la liberté de culte dans les pays africains publié en mars 1999 par le International Coalition for Religious Freedom (ICRF), organisation dont le siège est situé à Falls Church, en Virginie, 6 p. 100 de la population de Djibouti, pays de 427 642 habitants, est chrétienne. Le gouvernement n'impose aucune sanction contre ceux qui n'observent pas les enseignements de l'islam (ibid.).

Selon le rapport annuel de 1999 du Département d'État des Etats-Unis sur la liberté de culte, 99 p. 100 des Djiboutiens sont des musulmans sunnites (9 sept. 1999). Les non-musulmans sont soit des catholiques romains, des protestants ou adeptes de la foi Baha'i (ibid.).  En mai 1999, le nouveau président de la République de Djibouti, Ismail Omar Guelleh, a déclaré que l'islam fera partie de la doctrine de son gouvernement et à nommé le Qadi, le juge doyen en droit islamique, au poste de ministre délégué aux affaires islamiques au ministère de la Justice (ibid.).

Le rapport souligne également que tous les groupes religieux doivent s'enregistrer auprès des autorités djiboutiennes et, bien qu'il n'existe aucune loi interdisant le prosélytisme, les autorités découragent cette pratique. Toutefois, le clergé et les missionnaires d'origine étrangère peuvent s'occuper des œuvres de charité et faire le commerce de leurs livres religieux. Les groupes missionnaires chrétiens, peu nombreux oeuvrent dans les secteurs de l'éducation et de la santé et n'auraient pas fait l'objet de harcèlement en 1999 (ibid.). Les groupes missionnaires étrangers qui administrent les établissements d'enseignement sont accrédités par le gouvernement djiboutien (ibid.). La religion n'est pas enseignée dans les écoles (ibid.).

En ce qui concerne l'attitude de la population à l'endroit des catholiques romains, le rapport indique que l'omniprésence des catholiques français et des chrétiens orthodoxes éthiopiens au cours des cent dernières années a créé un climat de tolérance et de familiarité envers les autres religions au sein de la population musulmane. Dans bien des cas, les catholiques djiboutiens sont les enfants ou et les petits-enfants des personnes qui ont été éduquées dans les orphelinats français au cours de la période coloniale (ibid.). Selon le rapport, les personnes nées dans la religion catholique ne subissent aucune discrimination de la part de leur parenté musulmane. Le rapport souligne que l'appartenance au clan est plus importante dans la vie d'un individu que ses affiliations religieuses. Toutefois, les Somalis djiboutiens de confession chrétienne sont souvent inhumés dans les traditions musulmanes par des parents musulmans qui n'ont jamais reconnu l'appartenance chrétienne de la personne disparue.

Aucune information supplémentaire sur la situation des catholiques romains à Djibouti n'a pu être trouvée parmi les sources consultées par la Direction des recherches dans les délais prescrits pour la réponse à cette demande d'information.

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile ou de statut de réfugié. Veuillez trouver ci-dessous la liste des sources supplémentaires consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Département d'État des États-Unis. 9 septembre 1999. Annual Report on International religious Freedom for 1999. Extrait du site Internet du Center for Studies on New Religions (CESNUR). [Date de consultation : 22 déc. 1999].

International Coalition for Religious Freedom (ICRF). 5 mars 1999. Africa Reports: Djibouti. [Date de consultation: 23 déc. 1999]

Autres sources consultées

Bases de données de la CISR

Dossiers de pays du Centre des ressources : Djibouti

Sources Internet, y compris :

Copyright notice: This document is published with the permission of the copyright holder and producer Immigration and Refugee Board of Canada (IRB). The original version of this document may be found on the offical website of the IRB at http://www.irb-cisr.gc.ca/en/. Documents earlier than 2003 may be found only on Refworld.

Search Refworld

Countries