Last Updated: Friday, 19 December 2014, 13:25 GMT

Djibouti : situation des réfugiés et des personnes déplacées (La présente version de la réponse remplace la version datée du 11 janvier 1999.)

Publisher Canada: Immigration and Refugee Board of Canada
Author Direction des recherches, Commission de l'immigration et du statut de réfugié, Canada
Publication Date 1 February 1999
Citation / Document Symbol DJI31020.F
Cite as Canada: Immigration and Refugee Board of Canada, Djibouti : situation des réfugiés et des personnes déplacées (La présente version de la réponse remplace la version datée du 11 janvier 1999.), 1 February 1999, DJI31020.F, available at: http://www.refworld.org/docid/3ae6acff64.html [accessed 21 December 2014]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

 

Un document du HCR intitulé The Refugee Situation in Djibouti, en annexe, envoyé par télécopieur le 22 décembre 1998 à la Direction des recherches, trace un portrait global de la situation des réfugiés à Djibouti, incluant leur importance numérique (23 500), leur profil et leurs origines, leur statut ainsi que les conditions dans lesquelles ils vivent. Provenant en majorité de l'Éthiopie et de la Somalie, les réfugiés sont surtout des membres de l'ethnie Issa (HCR 22 déc. 1998, 1; ION 31 oct. 1998, 6).

Le gouvernement djiboutien chiffrait pour l'année 1997, de 70 000 à 100 000, soit 1/5 de la population totale, le nombre de réfugiés et d'immigrants illégaux présents dans le pays, ces derniers se retrouvant principalement dans la ville de Djibouti (Country Reports 1997 1998 95; la Lettre hebdomadaire de la FIDH sept. 1997, 14). Ce chiffre est cependant mis en doute par le HCR qui déclare qu'un recensement est nécessaire pour obtenir des données plus exactes (ibid.).

La guerre entre le gouvernement djiboutien et le FRUD (1991-1994) a également entraîné le déplacement de dizaines de milliers de personnes de l'ethnie Afar (HCR 22 déc. 1998, 4). Si certaines se sont réfugiées dans les pays limitrophes, d'autres vivent dans la ville de Djibouti dans [traduction] « des conditions de vie misérables » (ibid.). Le HCR explique cependant qu'aucun recensement n'a été fait pour déterminer le nombre exact de ces personnes (ibid.). Selon The Indian Ocean Newsletter, la plupart des membres appartenant au clan Afar qui vivent dans le nord du pays n'ont pas de carte d'identité nationale (31 oct. 1998, 6).

Dans certaines régions, surtout au Nord, à majorité Afars, plusieurs villes et villages ont été rasés au cours des combats entre le régime Aptidon et la rébellion du FRUD dès 1991 (ARDHD 11 déc. 1998 ). Depuis lors, non seulement la population refuse d'y retourner, mais certains militaires et les membres de leurs familles (généralement d'ethnie Issa) ont occupé et occupent toujours les terres et les maisons de ceux qui sont partis (généralement des Afars), ce qui n'incite pas ces derniers à retourner chez eux. Selon les Country Reports, même si on a donné l'ordre aux militaires d'évacuer les propriétés des Afars, certaines étaient toujours occupées à la fin de 1997 (1998, 95).

À la suite des attaques récentes menées par les membres du FRUD-Dini contre les militaires gouvernementaux dans le Nord, le chef d'état-major au ministre de la Défense, le général Zacharia Sheik Ibrahim, a demandé aux chefs des tribus des districts de Tadjurah et d'Obock au cours d'une réunion tenue à Obock le 21 novembre 1998, de regrouper toute la population dans les centres urbains ou le long de la côte, pour faciliter la création d'une zone militaire (ION 28 nov. 1998, 6). Les sources consultées n'ont pas fourni d'autres renseignements sur les opérations militaires du gouvernement dans cette zone.

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile ou de statut de réfugié.

Références

Country Reports on Human Rights Practices for 1997. 1998. Département d'État des États-Unis. Washington, DC : United States Government Printing Office.

Haut Commissariat des Nations Unis pour les réfugiés (HCR), délégation à Djibouti. 22 décembre 1998. The Refugee Situation in Djibouti. Document télécopié à la Direction des recherches.

The Indian Ocean Newsletter (ION) [Paris]. 28 novembre 1998. « Djibouti: Next Military Cleanout in the North ».

_____. 31 octobre 1998. No 831. « Djibouti: Resisting Illegal Immigrants ».

La Lettre hebdomadaire de la FIDH [Paris]. Septembre 1997. No 248. « Djibouti, 20 ans après l'indépendance : une république en perdition ».

Association pour le respect des droits de l'homme à Djibouti (ARDHD). 11 décembre 1998. Entretien téléphonique.

Document annexé

Haut Commissariat des Nations Unis pour les réfugiés (HCR), délégation à Djibouti. 22 décembre 1998. The Refugee Situation in Djibouti. Document télécopié à la Direction des recherches, p. 1-4.

Copyright notice: This document is published with the permission of the copyright holder and producer Immigration and Refugee Board of Canada (IRB). The original version of this document may be found on the offical website of the IRB at http://www.irb-cisr.gc.ca/en/. Documents earlier than 2003 may be found only on Refworld.

Search Refworld

Countries