Last Updated: Thursday, 10 July 2014, 16:05 GMT

CRR, 26 novembre 1993, 229619, Ahmed Abdullahi

Publisher France: Commission des Recours des Réfugiés (CRR)
Publication Date 26 November 1993
Citation / Document Symbol 229619
Cite as CRR, 26 novembre 1993, 229619, Ahmed Abdullahi , 229619 , France: Commission des Recours des Réfugiés (CRR), 26 November 1993, available at: http://www.refworld.org/docid/3ae6b67c24.html [accessed 10 July 2014]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

CRR, Sections Réunies, 26 novembre 1993, 229619, AHMED ABDULLAHI

Considérant que (…) M. AHMED ABDULLAHI Shirwah, qui est de nationalité Somalienne, soutient qu'il appartient au clan abgal et qu'il avait été mécanicien dans l'Armée Nationale Somalienne; qu'après la chute du président Syad Barré en janvier 1991, il a été sollicité par les combattants abgals dirigés par Ali Mahdi pour assurer la maintenance des véhicules blindés; qu'à la suite de son refus de s'engager dans une lutte qu'il juge fratricide, des combattants abgals se sont rendus à son domicile le 10 octobre 1991 et ont abattu ses deux frères; qu'etant parvenu à s'enfuir, il a quitté son pays d'origine; qu'il ne peut y retourner, tant du fait des recherches menées à son encontre par les membres de son propre clan qui le considèrent comme un traître, que du fait de ses craintes d'être persécuté, en raison de son appartenance au clan agbal, par les membres des autres factions;

Considérant que, dans la situation qui règne actuellement en Somalie, les craintes exprimées par ses ressortissants sont liées au climat généralisé d'insécurité qui prévaut dans ce pays où, après la disparition de tout pouvoir légal, des clans, sous-clans et factions d'une même ethnie luttent pour créer ou étendre des zones d'influence à l'intérieur du territoire national sans être toutefois en mesure d'exercer dans ces zones un pouvoir organisé qui permettrait, le cas échéant, de les regarder comme des autorités de fait; que ces craintes ne peuvent, en conséquence, être assimilées à des craintes de persécutions au sens des stipulations précitées de la Convention de Genève, lesquelles subordonnent la reconnaissance de la qualité de réfugié à l'existence de craintes personnelles de persécutions émanant des autorité du pays dont le demandeur a la nationalité ou encouragées ou volontairement tolérées par ces autorités; qu'ainsi, à supposer établis les faits allégués par M. AHMED BADULLAHI SHIRWAH, son recours ne peut être accueilli; …(Rejet).

Search Refworld

Countries