Last Updated: Monday, 22 December 2014, 21:54 GMT

Amnesty International Rapport 2008 - Suède

Publisher Amnesty International
Publication Date 28 May 2008
Cite as Amnesty International, Amnesty International Rapport 2008 - Suède, 28 May 2008, available at: http://www.refworld.org/docid/48427273c.html [accessed 23 December 2014]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

Royaume de Suède
Chef de l'ÉtatCarl XVI Gustaf
Chef du gouvernementFredrik Reinfeldt
Peine de mortabolie
Population9,1 millions
Espérance de vie80,5 ans
Mortalité des moins de cinq ans (m/f ‰)4 / 4 ‰

Le nouveau gouvernement suédois a invalidé la décision du gouvernement précédent qui avait conduit à de multiples violations des droits fondamentaux de deux hommes sommairement expulsés vers l'Égypte. Des demandeurs d'asile risquaient toujours d'être renvoyés en Érythrée, bien que des organismes internationaux aient recommandé la cessation totale de ces renvois.

« Guerre contre le terrorisme »

En mars, le nouveau gouvernement suédois, constitué en octobre 2006, a officiellement annulé l'arrêté d'expulsion vers l'Egypte pris par le gouvernement précédent contre Mohammed El Zari. En mai, il a également annulé l'ordre d'expulsion d'Ahmed Agiza vers ce même pays.

Deux organes des Nations unies spécialisés dans les droits humains, le Comité contre la torture et le Comité des droits de l'homme, ont conclu que les autorités suédoises étaient responsables des multiples violations des droits fondamentaux endurées par ces deux hommes à la suite de leur renvoi sommaire en Égypte, en 2001.

En mai, Amnesty International a appris que l'Office national des migrations avait rejeté la demande d'autorisation de séjour déposée par Mohammed El Zari. Selon les informations disponibles, cette décision a été prise sur les conseils de la police de la sûreté (SÄPO) et au motif que Mohammed El Zari constituerait une menace pour la sécurité nationale de la Suède s'il était autorisé à y revenir.

Dans pareils cas, la décision finale revient au gouvernement. À la fin de l'année, celui-ci ne s'était pas prononcé sur la demande de Mohammed El Zari.

En octobre, l'Office national des migrations aurait également rejeté la demande d'autorisation de séjour présentée par Ahmed Agiza. Le motif invoqué était que celui-ci ne pourrait pas, dans un avenir proche, faire usage d'un permis de séjour puisqu'il était toujours emprisonné en Égypte. Là encore, aucune décision définitive n'avait été prise à la fin de 2007.

Aucune conclusion n'avait été rendue publique, à la fin de l'année, à propos de la demande de dommages et intérêts formulée par les deux hommes à titre de réparation.

Réfugiés et demandeurs d'asile

Malgré les recommandations faites à tous les pays par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) afin que cessent les renvois forcés en Érythrée, les autorités suédoises ont continué de rejeter des demandes d'asile de ressortissants érythréens, qu'ils exposaient ainsi au risque d'être renvoyés dans leur pays d'origine.

Copyright notice: © Copyright Amnesty International

Search Refworld

Countries