Last Updated: Monday, 01 September 2014, 14:30 GMT

Mali : information sur le Collectif citoyen pour la restitution et le développement intégré du rail malien (COCIDIRAIL) (2004 - août 2005)

Publisher Canada: Immigration and Refugee Board of Canada
Author Direction des recherches, Commission de l'immigration et du statut de réfugié, Ottawa
Publication Date 26 August 2005
Citation / Document Symbol MLI100529.F
Reference 1
Cite as Canada: Immigration and Refugee Board of Canada, Mali : information sur le Collectif citoyen pour la restitution et le développement intégré du rail malien (COCIDIRAIL) (2004 - août 2005), 26 August 2005, MLI100529.F, available at: http://www.refworld.org/docid/440ed72b2f.html [accessed 2 September 2014]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

Le Collectif citoyen pour la restitution du rail (COCIDIRAIL) cherche à faire annuler la privatisation de la Régie du chemin de fer du Mali (RCFM) (L'Essor 26 nov. 2004; Libération Afrique 8 mai 2005) qui a été vendu en octobre 2003 à Transrail, une compagnie détenue alors par des intérêts canadiens et français (ibid.). Selon Libération Afrique, des sections locales de COCIDIRAIL existent à Bamako, à Kati, à Kita, à Boulouli, à Toukoto, à Mahina, à Diamou et à Kayes (8 mai 2005). Le président de COCIDIRAIL est Tiécoura Traoré (Le Républicain 25 nov. 2004). Un article du quotidien Les Échos précise qu'Oumar Mariko occupe le poste de vice-président de COCIDIRAIL et que Mohamed Cheick Tabouré en est le secrétaire à la communication (13 oct. 2004).

Le 22 mai 2004, COCIDIRAIL se réunissait et adoptait un manifeste dénonçant la privatisation et demandant la réhabilitation de la RCFM (Libération Afrique 22 mai 2004).

Selon COCIDIRAIL, la vente du chemin de fer a entraîné la perte de 700 emplois ainsi que la fermeture de 26 gares sur 36 (L'Essor 3 sept. 2004). Au 3 septembre 2004, une pétition condamnant la privatisation de la Régie du chemin de fer malien avait recueilli 12 000 signatures (ibid.).

Le président de COCIDIRAIL, Tiécoura Traoré, a été licencié par la compagnie ferroviaire Transrail le 11 octobre 2004 (Les Échos 13 oct. 2004; Libération Afrique 22 mai 2004) pour « "manque de loyauté et volonté de nuire à Transrail" » (L'Essor 26 nov. 2004). Tiécoura Traoré participait depuis plus d'un an à une campagne visant « "la restitution du rail au peuple malien" » et menée à l'aide d'émissions de radio, de pétitions, de débats et de marches (Libération Afrique 8 mai 2005).

À une conférence de presse tenue le 24 novembre 2004, un représentant de COCIDIRAIL, Oumar Mariko, de même que Moussa Mary Diarra, représentant des cheminots licenciés suite à la privatisation, réclament la restitution de Tiécoura Traoré (Le Républicain 25 nov. 2004). La conférence de presse donnait le coup d'envoi à une semaine d'action marquée notamment par une marche qui devait se dérouler le 28 novembre 2004 pour revendiquer la réintégration de Tiécoura Traoré au sein de Transrail (Le Républicain 25 nov. 2004; L'Essor 26 nov. 2004). Des affiches ont été placardées le long du chemin de fer et à Bamako et une campagne d'information radio été lancée (ibid.).

Par ailleurs, le 6 novembre 2004, l'Assemblée Générale des mouvements sociaux du Mali créait un « Collectif de soutien au Docteur Tiécoura Traoré » visant également la réintégration de ce dernier dans la compagnie Transrail (Libération Afrique 8 mai 2005).

Le 9 mai 2005, le Tribunal du travail a rejeté une requête de Tiécoura Traoré qui protestait son « licenciement arbitraire et illégal » (Libération Afrique 9 juin 2005; L'Indépendant 17 juin 2005).

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous la liste des autres sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références

Les Échos [Bamako]. 13 octobre 2004. A. Sidibé. « Chemin de fer : Le président du Cocidirail licencié par Transrail ». [Date de consultation : 23 août 2005]

L'Indépendant [Bamako]. 17 juin 2005. Kassim Thera. « Transrail : Licenciement du Dr Tiécoura Traoré ». [Date de consultation : 23 août 2005]

Libération Afrique [Paris]. 9 juin 2005. « Déclaration du Collectif de soutien au Dr Tiécoura Traoré : Le tribunal du travail doit condamner Transrail ! ». [Date de consultation : 24 août 2005]
_____. 8 mai 2005. « Appel à la solidarité : Résistance contre la privatisation du rail au Mali ». [Date de consultation : 23 août 2005]
_____. 22 mai 2004. « Manifeste du Collectif citoyen pour la restitution et le développement intégré du rail Malien ». [Date de consultation : 23 août 2005]

L'Essor [Bamako]. 26 novembre 2004. A. Lam. « Transrail: du rififi en vue ». (Malipages.com) [Date de consultation : 23 août 2005]
_____. 3 septembre 2004. Mh. Traoré. « Chemins de fer : Cocidirail veut expédier la concession sur une voie de garage ». [Date de consultation : 23 août 2005]

Le Républicain [Bamako]. 25 novembre 2004. Ahmadou Traoré. « Licenciement du Dr. Tiécoura Traoré : Contestions des mouvements sociaux ». [Date de consultation : 23 août 2005]

Autres sources consultées

Sites Internet, y compris : Africa Confidential, Afrol News, AllAfrica.com, Ambassade des États-Unis au Mali, Amnesty International, Cefib Internet Mali, Human Rights Watch, Jeune Afrique/L'Intelligent, Maliba.com, Malikounda.com, Maliweb.net.

Copyright notice: This document is published with the permission of the copyright holder and producer Immigration and Refugee Board of Canada (IRB). The original version of this document may be found on the offical website of the IRB at http://www.irb-cisr.gc.ca/en/. Documents earlier than 2003 may be found only on Refworld.

Search Refworld

Countries