Last Updated: Thursday, 24 April 2014, 11:39 GMT

Mali : Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM), y compris ses dirigeants et ses activités; information indiquant si, en mars 2001, il y a eu une grève illimitée suivie d'une annulation de l'année académique et d'une arrestation des membres (2001-juin 2004)

Publisher Immigration and Refugee Board of Canada
Author Direction des recherches, Commission de l'immigration et du statut de réfugié, Canada
Publication Date 21 June 2004
Citation / Document Symbol MLI42694.F
Reference 1
Cite as Immigration and Refugee Board of Canada, Mali : Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM), y compris ses dirigeants et ses activités; information indiquant si, en mars 2001, il y a eu une grève illimitée suivie d'une annulation de l'année académique et d'une arrestation des membres (2001-juin 2004), 21 June 2004, MLI42694.F, available at: http://www.refworld.org/docid/41501c3723.html [accessed 24 April 2014]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

L'Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM) a été fondée le 27 octobre 1990 (AEEM 17 juin 2004; Site Media Mali 25 mars 2003; Viky.net 27 déc. 2002). Décrivant le processus démocratique au Mali, Chachia Nezha écrivait, dans le site Internet de l'Institut d'études politiques de Bordeaux, que ce sont des revendications de l'AEEM- mouvement syndical perçu comme le plus contestataire-, qui ont été à l'origine du renversement de la dictature de Moussa Traoré en 1991 (Institut d'études politiques de Bordeaux S.d.). D'ailleurs, ce sont des revendications de l'AEEM qui ont presque compromis l'année académique 1998-1999 (ibid.).

Le secrétaire général de l'AEEM a fourni les renseignements suivants au cours d'un entretien téléphonique, le 16 juin 2004.

Fondée en octobre 1990, l'AEEM s'est fixé comme objectif principal de défendre les intérêts des étudiants et élèves du Mali ainsi que d'améliorer leurs conditions de vie. Elle est organisée comme suit.

Au niveau national, on trouve, en ordre hiérarchique, les instances suivantes : un congrès (assemblée générale) des membres qui est l'élément suprême de l'AEEM et dont les réunions se tiennent une fois l'année; un comité directeur qui est formé des représentants des comités locaux (trois par comité local); un bureau national, l'exécutif de l'association qui est constitué de 22 membres élus par le congrès et qui sont placés sous la direction d'un secrétaire général.

Au niveau local, il y a des comités locaux dans toutes les facultés et lycées situés dans les grandes villes ainsi que des sections dans les écoles régionales.

En mars 2001, l'AEEM a organisé une grève générale pour réclamer le paiement des bourses d'études et du matériel informatique. La grève a duré environ un mois, puis les cours ont repris. Aucune annulation de l'année ni arrestation n'a suivi. Par contre, au moment de la grève, le bureau national était divisé en deux factions. Une des factions était dirigée par Mamadou Niare alors que l'autre était sous la direction de Moussa Guildo. L'information fournie par le représentant de l'AEEM n'a pu être confirmée par d'autres sources consultées par la Direction des recherches.

Dans un résumé de la presse malienne du 29 mars 2004, on apprend que le Dr. Oumar Mariko a été le premier secrétaire général de l'AEEM, et qu'un certain Hamidou Bocoum en est le dirigeant actuel (MaliWeb 29 mars 2004). Le 27 décembre 2002, Viky.net signalait que Mamadou Niare est le secrétaire général de l'AEEM.

Selon plusieurs observateurs, l'AEEM n'est plus vraiment un syndicat et elle porte encore les traces de la « corruption » et de la « politisation » (Maliweb 29 mars 2004). D'après le dirigeant l'AEEM, les grandes préoccupations de l'association sont l'attribution des bourses d'études au plus grand nombre d'étudiants possible, les coûts de mémoires, la construction des salles de classes, l'informatisation et le recrutement de bons enseignants en grand nombre (ibid.).

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous la liste des autres sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références

Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM), Bamako. 17 juin 2004. Entretien téléphonique avec le secrétaire général.

Institut d'études politiques de Bordeaux. S.d. Chachia Nezha. « Mali : Situation institutionnelle ». [Date de consultation : 14 juin 2004]

Maliweb. 29 mars 2004. Résumé de la presse au Mali du 29/03/2004 ». [Date de consultation : 14 juin 2004]

Site Media Mali. 25 mars 2003. « 26 mars 1991 - 26 mars 2003: il y a 12 ans, chuta la dictature ». [Date de consultation : 14 juin 2004]

Vick.net. 27 décembre 2002. N° 716. « Séminaire de L'AEEM : Innover dans la continuité ». [Date de consultation : 14 juin 2004]

Autres sources consultées

Publications : Africa Confidential, Africa Research Bulletin, dossier de pays du Centre des ressources, Jeune Afrique/L'Intelligent, Keesing's Record of World Events, West Africa.

Sites Internet, y compris : AllAfrica, Africatime, Amnesty International, FIDH, HRW, ReliefWeb.

Copyright notice: This document is published with the permission of the copyright holder and producer Immigration and Refugee Board of Canada (IRB). The original version of this document may be found on the offical website of the IRB at http://www.irb-cisr.gc.ca/en/. Documents earlier than 2003 may be found only on Refworld.

Search Refworld

Countries