Last Updated: Friday, 19 December 2014, 13:25 GMT

Mexique : information sur les activités de l'Armée zapatiste de libération nationale (Ejército Zapatista de Liberación Nacional - EZLN) depuis 2006; la région où elle exerce de l'influence; le traitement que réservent les autorités gouvernementales aux membres de l'EZLN, en particulier ceux qui sont proches du sous-commandant Marcos

Publisher Canada: Immigration and Refugee Board of Canada
Publication Date 3 June 2011
Citation / Document Symbol MEX103776.EF
Cite as Canada: Immigration and Refugee Board of Canada, Mexique : information sur les activités de l'Armée zapatiste de libération nationale (Ejército Zapatista de Liberación Nacional - EZLN) depuis 2006; la région où elle exerce de l'influence; le traitement que réservent les autorités gouvernementales aux membres de l'EZLN, en particulier ceux qui sont proches du sous-commandant Marcos, 3 June 2011, MEX103776.EF, available at: http://www.refworld.org/docid/4e02f6ce2.html [accessed 21 December 2014]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

Le 12 septembre 2007, l'Agence France-Presse (AFP) a affirmé que l'Armée zapatiste de libération nationale (Ejército Zapatista de Liberación Nacional - EZLN) [traduction] « n'avait déclenché aucun affrontement armé depuis environ sept ans ». D'ailleurs, en 2009, l'agence de presse EFE a souligné que, depuis le soulèvement zapatiste de 1994, l'EZLN a [traduction] « agi presque exclusivement sur la scène politique » (EFE 1er janv. 2009).

Sphère d'influence de l'EZLN

L'agence de presse EFE a souligné qu'après leur soulèvement de 1994, les zapatistes [traduction] « se sont retirés dans quelques villages du Chiapas rural, sans être poursuivis par le gouvernement, afin de se livrer à des activités politiques » (ibid. 3 août 2008). D'après l'EFE, l'armée zapatiste a mis sur pied des [traduction] « centres municipaux autonomes » dans l'État du Chiapas, appelés « caracoles » et formés de diverses communautés qui ont leur [traduction] « propre comité de bon gouvernement » (ibid. 1er janv. 2009). Les caracoles, explique l'EFE, sont [traduction] « des centres politiques et culturels » où les zapatistes et les membres de la société civile peuvent se rencontrer; les [traduction] « comités de bon gouvernement [servent d']organes exécutifs dans les communautés favorables à l'EZLN » (ibid.).

Rendant compte de renseignements communiqués en 2011 par la Brigade européenne de solidarité, qui est composée de membres de syndicats et d'organismes communautaires de plusieurs pays d'Europe, l'agence de presse EFE explique que cinq gouvernements autonomes de l'EZLN mis sur pied en 2003 dans le Chiapas ont maintenant pour mandat de créer des établissements d'éducation et de soins de santé, ainsi que de diriger la Banque populaire autonome zapatiste, aussi connue sous le nom de Banpaz (ibid. em>30 janv. 2011). Les cinq communautés autonomes sont dirigées par des comités et sont situées à Oventic, La Garrucha, Morelia, La Realidad et Roberto Barrios (ibid.). Le journal mexicain Reforma, dont le siège est à Monterrey, signale également que les caracoles se trouvent à ces endroits dans le Chiapas (30 déc. 2008). En 2006, Reforma a qualifié l'Oventic de principal bastion zapatiste de la région autochtone de Los Altos de Chiapas (20 août 2006). L'agence de presse EFE a affirmé pour sa part que la zone de La Garrucha était [traduction] « contrôlée par les rebelles » (3 août 2008).

D'après un article paru dans Reforma le 30 décembre 2008, le Conseil national d'évaluation du développement social (Consejo Nacional de Evaluación de la Política de Desarrollo Social - Coneval) a signalé que [traduction] « les zapatistes sont présents » dans huit des dix municipalités les plus « sous-développées » du Chiapas; les trois principales sont Sitalá, Chalchihuitán et Santiago el Pinar, où l'on retrouve au total 15 communautés zapatistes. Au total, on recense également 87 communautés zapatistes dans les municipalités d'Aldama, de Pantelhó, de Zinacantán, de Chenalhó, de Chilón, de San Juan Cancuc, de Chanal, d'Amatenango del Valle, de Huixtán et de Larráinzar, qui sont considérées comme [traduction] « très en retard sur le plan social » (Reforma 30 déc. 2008). Les communautés [traduction] « les moins sous-développées » où l'on trouve des zapatistes sont Comitán, La Libertad, San Cristóbal de las Casas, Frontera Comalapa, Palenque et Bochil (ibid.). De plus, on peut lire dans El Universal, journal mexicain, que les zapatistes ont des bases dans les régions d'el Ejido de Cascadas, de Chimalapas et de San José Majomut (14 avr. 2008).

Activités de l'EZLN en 2006

D'après l'AFP, le 1er janvier 2006, le sous-commandant Marcos a entrepris une campagne partout au pays, connue sous le nom de [traduction] « l'Autre campagne » (AFP 10 janv. 2006). Cette campagne, qui avait cours en même temps que les élections à la présidence, visait à créer un [traduction] « front de gauche parallèle [à la fois] anti-capitaliste et anti-néolibéralisme » (ibid. 2 janv. 2006). On soulignait dans le Los Angeles Times qu'il s'agissait d'une [traduction] « tournée de conférences de six mois » menée par le sous-commandant Marcos, qui a alors commencé à se présenter comme le Délégué zéro (23 janv. 2006). Marcos prévoyait se rendre dans 31 États du Mexique dans le cadre de l'Autre campagne et de militer contre la campagne à la présidence, espérant [traduction] « faire renaître l'intérêt envers son message gauchiste » (Los Angeles Times 23 janv. 2006).

Plusieurs médias ont fait état des activités de l'EZLN pendant « l'Autre campagne » (AFP 2 janv. 2006; ibid. 10 janv. 2006; El Mundo 19 janv. 2006; Los Angeles Times 23 janv. 2006; NOTIMEX 21 mars 2006; ibid. 3 mai 2006; Reforma 6 mai 2006).

L'AFP a signalé que, le 2 janvier 2006, le sous-commandant Marcos a tenu la première assemblée plénière de l'Autre campagne réunissant des organismes sociaux et civils (2 janv. 2006). Cette assemblée s'est tenue à l'Université de la Terre (Universidad de la Tierra), à San Cristóbal de Las Casas, et a réuni 200 participants (AFP 2 janv. 2006).

Toujours selon l'AFP, lors de sa visite en janvier 2006 à Joaquin Amaro, village de pêcheurs situé dans le sud-est du Chiapas, Marcos a parlé contre les candidats à la présidence et a écouté les plaintes concernant le prix élevé de l'électricité, encourageant les citoyens à ne pas acquitter les montants élevés qui leur sont exigés (10 janv. 2006).

D'après un article publié le 19 janvier 2006 dans El Mundo, journal de Madrid, le sous-commandant Marcos s'est rendu à Cancún, où il s'est adressé à 3 000 personnes. Le Los Angeles Times a pour sa part signalé que Marcos a prononcé un discours dans deux stations balnéaires du Yucatán en janvier 2006 (23 janv. 2006).

L'agence de presse mexicaine NOTIMEX a souligné, le 21 mars 2006, que le sous-commandant Marcos avait rencontré 21 écrivains, chercheurs et universitaires à l'Université de Guadalajara, dans le Jalisco.

Dans un article paru le 3 mai 2006, NOTIMEX a expliqué que le sous-commandant Marcos avait déclaré devant la délégation de Xochimilco de l'Université autonome métropolitaine (Universidad Autónoma Metropolitana - UAM) qu'il ne menait pas une [traduction] « révolution armée [mais plutôt un] mouvement pacifique et civil […] en faveur des pauvres ». En quatre mois, précise NOTIMEX dans ce même article, il a mené sa campagne dans 20 États du Mexique (3 mai 2006). D'après Reforma, au début mai 2006, la campagne se tenait dans la municipalité de Texcoco, dans l'État de Mexico (6 mai 2006).

Manifestations

Le 18 avril 2006, on pouvait lire dans le journal mexicain de Monterrey El Norte que des partisans de l'EZLN et des membres du Front élargi d'opposition (Frente Amplio Opositor - FAO), dirigé par Rodolfo Olguín Ruiz, coordonnateur de l'Autre campagne, avaient bloqué l'accès à l'entreprise canadienne Minera San Xavier dans la municipalité de San Luis Potosí pour protester contre une [traduction] « agression », commise par les employés de l'entreprise, dont deux de leurs militants ont été victimes ainsi que contre la pollution que provoque l'exploitation de la mine.

Le 1er mai 2006, l'Associated Press (AP) a déclaré que les zapatistes, de concert avec des milliers de syndiqués, ont manifesté à Mexico pour la fête du Travail et que Marcos a annoncé, devant environ 2 000 personnes, que les zapatistes boycottaient tous les produits venant de l'Amérique du Nord en appui aux immigrants mexicains qui se font exploiter.

L'AFP signale qu'en mai 2006, la police a tenté d'expulser des marchands ambulants de la ville de San Salvador Atenco, près de Mexico, et qu'il y a alors eu des affrontements au cours desquels des policiers ont été enlevés, un grand nombre de personnes ont été blessées et un jeune a été tué (9 mai 2006). En conséquence, les policiers ont exercé des représailles en lançant notamment une opération au cours de laquelle au moins 2 000 policiers ont arrêté 211 personnes (AFP 9 mai 2006). On pouvait lire dans Reforma que des militants de l'Autre campagne se sont rassemblés à San Salvador Atenco, où ils ont encouragé les gens à barrer les routes et à manifester pour inciter le gouvernement à libérer les détenus (7 mai 2006). L'AFP a souligné que 200 militants de l'EZLN venant du Chiapas avaient participé aux manifestations (29 juin 2006). De plus, Reuters a signalé le 2 juillet 2006 que le sous-commandant Marcos avait organisé une marche qui a rassemblé approximativement 3 000 personnes dans la capitale du Mexique pour protester contre les événements de San Salvador Atenco ainsi que contre la campagne à la présidence.

D'après NOTIMEX, au début novembre 2006, les zapatistes ont érigé des barrages dans les régions de la Sierra et de Los Altos de Chiapas en appui à des actions entreprises par l'Assemblée populaire des peuples d'Oaxaca (Asamblea Popular de los Pueblos de Oaxaca - APPO) et également pour demander la démission du gouverneur (1er nov. 2006a). Environ 150 membres de l'EZLN ont aussi marché jusqu'à l'hémicycle Juárez, à Mexico, et ont bloqué l'intersection des avenues Insurgentes et Paseo de la Reforma, prévoyant participer à la grève de la faim de l'APPO (NOTIMEX 1er nov. 2006b). Le 2 novembre 2006, on pouvait lire dans El Norte que des milliers de partisans de l'EZLN ont bloqué 15 portions de routes fédérales et de routes d'État dans différentes régions du Chiapas, y compris Los Altos, Selva, Norte et Fronteriza, pour manifester contre la [traduction] « répression » à Oaxaca. L'agence NOTIMEX a expliqué qu'à Oaxaca, les enseignants demandaient de meilleurs avantages sociaux ainsi que le départ du gouverneur (19 juin 2006). D'après l'AFP, l'EZLN a érigé au moins six barrages à Los Altos de Chiapas, dont cinq près de la ville de San Cristóbal de las Casas, en appui aux opposants de l'État d'Oaxaca (20 nov. 2006).

Activités de l'EZLN en 2007

Des médias ont mentionné qu'au début 2007, le 13e anniversaire du soulèvement armé des zapatistes a été souligné par une réunion commémorative tenue à Oventic, où se sont réunis plus de 2 000 personnes venant de 44 à 48 pays, des militants de l'EZLN et des membres de groupes autochtones (El Norte 2 janv. 2007; La Republica 4 janv. 2007). De plus, NOTIMEX a expliqué que du 30 décembre 2006 au 2 janvier 2007, l'EZLN a tenu à Oventic la première rencontre entre les villages zapatistes et les villages du monde (Primer Encuentro Entre los Pueblos Zapatistas y los Pueblos del Mundo), qui réunissait 38 municipalités autochtones autonomes, formant les 5 caracoles, ainsi que des personnes de 47 autres pays qui avaient participé à l'Autre campagne à l'échelle internationale; ce rassemblement visait le partage d'expériences et le dialogue (2 janv. 2007).

Selon NOTIMEX, en février 2007, des zapatistes ont enlevé un policier d'Oxchuc et ont demandé une rançon de 10 000 pesos, soit le même montant que celui exigé comme cautionnement pour qu'un militant de l'EZLN accusé de vol qualifié soit libéré de prison à Ocosingo; les zapatistes ont relâché le policier après l'avoir détenu pendant 11 jours (22 févr. 2007).

Le 22 mars 2007, l'agence de presse EFE a signalé que le sous-commandant Marcos avait annoncé la [traduction] « reprise » de l'Autre campagne; la deuxième phase prévoyait notamment [traduction] « une campagne internationale de solidarité avec les communautés autochtones et de lutte pour l'autonomie des peuples autochtones » menée par une délégation de 14 commandants et d'un sous-commandant de l'EZLN. Selon NOTIMEX, la deuxième phase de l'Autre campagne, prévue dans le nord du pays, était appelée [traduction] « Campagne mondiale de défense des territoires des autochtones » (25 mars 2007). D'après l'AFP, dans le cadre de cette campagne, des zapatistes se rendaient dans d'autres États du Mexique pour différentes activités, comme un camp en Basse Californie du Sud (AFP 27 mars 2007).

L'AFP a souligné qu'avant la deuxième rencontre des « villages du monde », prévue du 20 au 28 juillet 2007, l'EZLN a tenu une réunion politique à Tuxtla Gutiérrez, dans le Chiapas, [traduction] « pour protester contre la violence que le gouvernement aurait exercée à l'égard des organisations sociales et autochtones » (ibid. 19 juill. 2007). On souligne aussi dans Reforma que des membres de mouvements sociaux ainsi que des paysans, notamment de la Corée, de la Thaïlande, de l'Inde, des États-Unis et de Madagascar, ont participé à la deuxième rencontre des villages du monde (21 juill. 2007).

Le 24 septembre 2007, l'AP a signalé que l'EZLN avait diffusé un communiqué en appui à l'Armée révolutionnaire du peuple (Ejercito Popular Revolucionario - EPR), groupe de guérilleros marxistes, qui aurait commis un attentat contre les pipelines du pays. Or, l'AP a aussi mentionné que ce communiqué, qui a été envoyé aux médias et affiché sur le site Internet des zapatistes, n'avait pas pu être [traduction] « vérifié par une source indépendante » (24 sept. 2007).

En décembre 2007, l'AP a fait état de l'annonce du sous-commandant Marcos qui se retirait temporairement de la vie publique après ses deux années passées à encourager un nouveau mouvement gauchiste au Mexique (AP 17 déc. 2007).

Conflits liés aux terres

Le 14 mars 2007, on pouvait lire dans Reforma que des camps zapatistes ont été créés dans la communauté de Huitepec Ocotal de manière à protéger une réserve écologique, conformément aux objectifs du mouvement zapatiste visant à défendre [traduction] « la vie, la culture et la nature ».

Selon un article paru le 12 août 2007 dans Reforma, deux zapatistes autochtones ont été hospitalisés après avoir été agressés par des membres de l'Organisation de défense des droits des autochtones et des paysans (Organización para la Defensa de los Derechos Indígenas y Campesinos - OPDDIC) dans la municipalité de Chilón, au cours d'une série d'actes de violence survenus en raison de conflits territoriaux. De plus, l'AFP a expliqué le 12 septembre 2007 que les guérilleros de l'EZLN [traduction] « avaient affronté […] des paysans lors d'un conflit territorial » dans le Chiapas, faisant un blessé. L'incident s'est déroulé au centre écotouristique las Cascadas de Agua Azul, où l'EZLN et l'OPDDIC entretenaient un conflit territorial depuis deux ans (AFP 12 sept. 2007). Le 15 décembre 2007, NOTIMEX a aussi signalé que des paysans autochtones de l'OPDDIC et de l'EZLN avaient été impliqués dans un conflit territorial concernant las Cascadas de Agua Azul, ce qui a mené à la mort de deux membres de l'EZLN et à l'arrestation des membres de l'OPDDIC, accusés de ces meurtres (15 déc. 2007).

Activités de l'EZLN en 2008

Un article publié par Reforma signale que la troisième rencontre entre les villages zapatistes et les villages du monde a eu lieu au début du mois de janvier 2008 à La Garrucha, en même temps que la célébration du 14e anniversaire du soulèvement du mouvement zapatiste (2 janv. 2008).

D'après NOTIMEX, en mai 2008, lorsque les zapatistes ont établi le siège de leur municipalité autonome de Morelia à Altamirano, un conflit territorial a éclaté entre ceux-ci et les partisans du Parti révolutionnaire institutionnel (Partido Revolucionario Institucional - PRI) (25 mai 2008). Plus de 30 personnes ont été blessées (NOTIMEX 25 mai 2008).

Dans un article publié le 3 août 2008, l'agence de presse EFE fait état d'une rencontre tenue à La Garrucha, au cours de laquelle des membres de la Caravane nationale et internationale d'observation et de solidarité, ainsi que des membres de communautés zapatistes ont dénoncé [traduction] « l'intrusion des forces fédérales dans le territoire de l'EZLN ».

À la fin du mois de décembre 2008, tel que signalé par l'AFP, 140 organisations mexicaines et étrangères ont célébré le 15e anniversaire de l'EZLN, ainsi que le premier festival mondial de la digne rage (Festival Internacional de la Digna Rabia) à Iztapalapa; des festivités ont également eu lieu à San Critóbal de las Casas (AFP 28 déc. 2008). De 2 500 à 3 000 personnes ont pris part à l'événement (ibid. 2 janv. 2009; EFE 3 janv. 2009). Selon El Universal, ces festivités ont eu lieu à Oventic (2 janv. 2009).

Activités de l'EZLN en 2009

Selon le ministère de la Justice du Chiapas, un conflit territorial à Ocosingo opposait des partisans de l'EZLN à des militants de l'Organisation régionale des producteurs de café d'Ocosingo (Organización Regional de Cafeticultores de Ocosingo - Orcao); ce conflit a mené à un affrontement au cours duquel cinq paysans ont été blessés et 25 maisons ont été endommagées (cité dans El Universal 6 janv. 2009). NOTIMEX fait état du même conflit, en plus de deux autres, dont un ayant eu lieu à Ocosingo entre des partisans de l'EZLN et des paysans de l'organisation Cocicel au sujet d'un territoire appelé « Agua Azul » situé dans la vallée de Taniperlas, où 15 personnes ont été blessées (9 janv. 2009). L'autre incident est survenu dans la municipalité de Chilón, où des membres du PRI et des habitants de San Sebastián Bachajón ont tenté d'expulser des zapatistes du comptoir de perception du centre écotouristique d'Agua Clara, blessant quatre personnes (NOTIMEX 9 janv. 2009).

Le 31 décembre 2009, l'AFP a signalé que, pour la première fois, l'EZLN avait annulé la célébration de l'anniversaire de son soulèvement, en raison de l'état d'alerte du gouvernement du Chiapas quant au crime organisé.

Activités de l'EZLN en 2010

D'après l'AFP, en février 2010, des communautés affiliées à l'EZLN ont maintenu en détention cinq Tzeltales indigènes, qui étaient aussi membres de l'OPDDIC, lors d'un affrontement près du centre las Cascadas de Agua Azul à Chiapas; une personne a été tuée et 20 autres ont été blessées lors de cet affrontement (AFP 11 févr. 2010).

Activités de l'EZLN de janvier à mai 2011

Le président de la Commission pour l'entente et la pacification (Commission of Concord and Pacification - COCOPA) a affirmé que les zapatistes [traduction] « évitent la violence depuis leur rébellion initiale il y a 17 ans » et qu'ils se concentrent sur « "l'organisation et le travail communautaire" » dans l'État du Chiapas (cité dans EFE 3 janv. 2011). Le président a aussi souligné qu'au Chiapas, [traduction] « les comités de bon gouvernement de l'EZLN sont devenus la référence "en ce qui concerne le travail communautaire et les réalisations sociales dans la communauté" » (ibid.).

L'AP a signalé qu'au début du mois de février 2011, au centre las Cascadas de Agua Azul dans le Chiapas, des sympathisants de l'EZLN ont enlevé et maintenu en détention 17 touristes pendant une journée, lors d'une confrontation avec des paysans qui appuyaient le gouvernement; les touristes ont été libérés après la tenue de négociations (3 févr. 2011). D'après l'agence EFE, 106 partisans de l'EZLN ont été arrêtés et libérés relativement à cet incident, alors que dix autres étaient toujours en détention en date du 6 février 2011 (EFE 6 févr. 2011). Parmi les sources qu'elle a consultées, la Direction des recherches n'a trouvé aucun autre renseignement sur ces détenus.

Le 7 mai 2011, l'AFP signalait que plusieurs milliers de membres de l'EZLN ont participé à une manifestation à San Cristóbal de las Casas [traduction] « en appui à la marche silencieuse contre la violence dirigée par le poète Javier Sicilia à Mexico »; les participants manifestaient contre la violence liée au trafic de drogue et la stratégie militaire connexe du président du pays, Felipe Calderón. Selon l'agence EFE, [traduction] « quelque 20 000 autochtones masqués » ont pris part à la marche (EFE 8 mai 2011). Il s'agissait de [traduction] « la plus importante [manifestation] organisée par les zapatistes depuis dix ans »; le sous-commandant Marcos n'était toutefois pas présent (ibid.). On peut lire dans El Norte que la marche était dirigée par 17 commandants zapatistes et qu'elle a réuni environ 5 000 militants et sympathisants de l'EZLN (8 mai 2011).

Traitement réservé par les autorités gouvernementales et relation avec celles-ci

Le 11 mai 2006, l'AFP rapportait que le commissaire à la paix du Chiapas a demandé à l'EZLN de rendre ses armes, qui représentent une [traduction] « " déplorable menace de violence" », mais que sa demande a été rejetée par Marcos, qui a refusé tout dialogue avec le commissaire et le gouvernement de Vincente Fox, affirmant qu'il est [traduction] « "ridicule d'insinuer que le fait qu'ils détiennent des armes encourage la violence" »; l'EZLN rejette tout dialogue visant un accord de désarmement depuis 1997.

Le 13 mai 2006, on pouvait lire dans Reforma que, selon des membres de la COCOPA, [traduction] « la loi d'amnistie ne protège par Marcos contre les crimes qu'il pourrait commettre au cours d'affrontements avec la police ou la société civile. Elle ne le protège que contre le mandat d'arrestation lancé contre lui après le soulèvement de l'EZLN en 1994 ». L'avocat de la COCOPA a affirmé que le mandat d'arrestation contre Marcos était toujours suspendu; le président de la COCOPA a ajouté qu'aux termes de la loi relative au dialogue, à la conciliation et la paix digne au Chiapas (Ley para el Diálogo, la Conciliación y la Paz Digna en Chiapas), [traduction] « lorsqu'un processus de dialogue a cours, tout mandat d'arrestation est suspendu » (Reforma 13 mai 2006).

L'AFP a signalé qu'en février 2007, l'EZLN a accusé le gouvernement du Mexique de mener des opérations de lutte au trafic de drogue au Chiapas dans le but [traduction] « d'intimider ses membres et de redonner vie aux groupes paramilitaires », qui ont tué des centaines de personnes à la suite du soulèvement zapatiste en 1994 (12 févr. 2007).

On peut lire dans Reforma qu'en août 2008, le Comité de coordination pour le dialogue et la négociation au Chiapas (Coordinación para el Diálogo y la Negociación en Chiapas - CDNCH), qui relève du secrétariat de l'Intérieur, a déclaré qu'il ne cherchait plus le [traduction] « dialogue » avec le commandement de l'EZLN; il se concentrerait plutôt sur la gestion du soutien fédéral dans les communautés du Chiapas, ainsi que sur la promotion des mouvements anti-zapatistes par l'entremise de son site Internet (10 août 2008).

D'après l'AFP, des avocats mexicains ont déclaré à des ambassades de pays de l'Union européenne qu'au début du mois de juin 2008, l'armée mexicaine a mené des opérations dans les communautés autochtones du Chiapas contrôlées par les zapatistes, [traduction] « "prétext[ant]" » être à la recherche de champs de marijuana (AFP 20 juin 2008). L'AFP a également signalé que l'armée mexicaine avait harcelé et intimidé les communautés autochtones et qu'elle était entrée dans la communauté de La Garrucha sans ordonnance judiciaire, de [traduction] « "façon arbitraire, menaçante et agressive" » (ibid.). On signale dans El Universal que les partisans autochtones de l'EZLN [traduction] « ont repoussé à l'aide de machettes, de bâtons et de pierres » l'entrée des troupes armées et des policiers à La Garrucha, San Alejandro et Hermenegildo Galena, dans la municipalité d'Ocosingo (7 juin 2008). L'armée a déclaré être à la recherche de plantations de marijuana; les représentants de l'EZLN ont quant à eux soutenu que le peuple a résisté, car environ 200 soldats et policiers fédéraux se sont rendus près de La Garrucha, le siège du caracole Hacia un Nuevo Amanecer (El Universal 7 juin 2008). D'après El Universal, [traduction] « au cours des six derniers mois, les territoires autochtones de Selva, Norte et Los Altos de Chiapas ont été au cœur des affrontements entre les communautés, l'armée et la police » (ibid.).

Dans un appel à l'action, Amnesty International (AI) signale qu'en avril 2009, des autochtones présumés sympathisants de l'EZLN ont été arrêtés par la police, puis accusés de vol qualifié avec violence et de participation au crime organisé (3 juin 2009). Ces hommes, explique AI, n'ont pas pu obtenir de représentation juridique ni de service d'un interprète; ils ont affirmé que la police les a torturés et menacés afin de les faire passer aux aveux (AI 3 juin 2009).

Dans un article publié le 10 juin 2009 par NOTIMEX, le chef de la Commission nationale pour le développement des peuples autochtones (Comisión Nacional para el Desarrollo de los Pueblos Indios Indígenas) dit que [traduction] « le gouvernement fédéral a noué d'assez bonnes relations avec la majorité des communautés autochtones du Chiapas [ajoutant que] de nombreuses communautés qui étaient actives au sein de l'EZLN ne perçoivent plus de la même manière les mesures prises par le gouvernement et bénéficient maintenant des programmes sociaux qui ont été mis sur pied pour elles ». Il a aussi souligné que les représentants du gouvernement avaient adopté une [traduction] « attitude acceptable » par rapport aux demandes présentées par les communautés (NOTIMEX 10 juin 2009).

Parmi les sources qu'elle a consultées dans les délais fixés, la Direction des recherches n'a trouvé aucun autre renseignement sur le traitement que réservent les autorités gouvernementales aux membres de l'EZLN, en particulier ceux qui sont proches du sous-commandant Marcos.

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais fixés. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous les sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références

Agence France-Presse (AFP). 7 mai 2011. « México: miles de zapatistas marchan en Chiapas en apoyo a Javier Sicilia ». (Factiva)

_____. 11 février 2010. « Simpatizantes del EZLN liberan 5 indígenas retenidos tras choques en México ». (Factiva)

_____. 31 décembre 2009. « EZLN cancela por primera vez festejos de aniverario por levantamiento armado ». (Factiva)

_____. 2 janvier 2009. « Subcomandante Marcos abre festejos de aniversario de zapatistas mexicanos ». (Factiva)

_____. 28 décembre 2008. Leticia Pineda. « México: unas 140 organizaciones conmemoran aniversario zapatista ». (Factiva)

_____. 20 juin 2008. « Militares mexicanos incursionan en comunidades zapatistas, afirman abogados ». (Factiva)

_____. 12 septembre 2007. « México: EZLN y campesinos se enfrentan a balazos por disputa territorial ». (Factiva)

_____. 19 juillet 2007. « Guerrilleros mexicanos del EZLN realizan mitin en el sur del país ». (Factiva)

_____. 27 mars 2007. « Marcos y 15 comandantes del EZLN viajan a Ciudad de México ». (Factiva)

_____. 12 février 2007. « Zapatistas denuncian que gobierno usa operativo antidrogas para intimidarlos ». (Factiva)

_____. 20 novembre 2006. « Indígenas mexicanos simpatizantes del EZLN bloquean caminos al sur del país ». (Factiva)

_____. 29 juin 2006. « Zapatistas parten hacia Ciudad de México para participar en movilizaciones ». (Factiva)

_____. 11 mai 2006. « Gobierno mexicano le pide a la guerrilla de EZLN que entregue las armas ». (Factiva)

_____. 9 mai 2006. « México: el subcomandante Marcos advierte de posible estallido de violencia ». (Factiva)

_____. 10 janvier 2006. « Marcos incita a comunidades humildes a no pagar altas tarifas eléctricas ». (Factiva)

_____. 2 janvier 2006. « México: inician reuniones de Marcos y el EZLN con la sociedad civil ». (Factiva)

Amnesty International (AI). 3 juin 2009. « Further Information on 103/09 (AMR 41/021/2009, 21 April 2009) and Follow-up (AMR 41/024/2009). Torture/Threats/Legal Concern/Medical Concern ». (AMR 41/029/2009) [Date de consultation : 31 mai 2011]

Associated Press (AP). 3 février 2011. « Autoridades mexicanas: zapatistas secuestran a extranjeros ». (Factiva)

_____. 17 décembre 2007. « México: EZLN anuncia retiro temporal de espacios públicos ». (Factiva)

_____. 24 septembre 2007. « Mexico's Zapatista Rebels Back Group That Attacked Pipelines ». (Factiva)

_____. 1er mai 2006. E. Eduardo Castillo. « México: Sindicalistas y EZLN apoyan inmigrantes en EEUU ». (Factiva)

EFE News Service. 8 mai 2011. « 20,000 Zapatistas March for Peace in Mexico ». (Factiva)

_____. 6 février 2011. « 106 EZLN Supporters Released in Mexico ». (Factiva)

_____. 30 janvier 2011. « Report: Mexico's Zapatistas Focusing on Health, Education ». (Factiva)

_____. 3 janvier 2011. « Officials Reject Zapatista Role in Mexican Pol's Abduction ». (Factiva)

_____. 3 janvier 2009. « Zapatista Leader Slams War on Drugs in Mexico ». (Factiva)

_____. 1er janvier 2009. « Mexico's Zapatistas Mark 15th Anniversary of Uprising ». (Factiva)

_____. 3 août 2008. « Mexican Guerrilla Leader Makes First Public Appearance in Months ». (Factiva)

_____. 22 mars 2007. « Subcommander Marcos Reappears, Announces New Tour of Mexico ». (Factiva)

Los Angeles Times. 23 janvier 2006. Sam Enriquez. « Masked Marxist, with Marimbas; Mexico's Delegate Zero, Aka Subcomandante Marcos, Brings His Nationwide Political Speaking Tour and Festival to the Yucatan ». (Factiva)

El Mundo [Madrid]. 19 janvier 2006. « Testigo. El subcomandante Marcos recorre con su campaña alternativa el principal centro turístico de México, Cancún ». (Factiva)

El Norte [Monterrey, Mexique]. 8 mai 2011. Martín Morita. « Condenan zapatistas gestión de Calderón ». (Factiva)

_____. 2 janvier 2007. María Teresa del Riego. « Exhortan a combatir capitalismo ». (Factiva)

_____. 2 novembre 2006. « Revive conflicto al EZLN ». (Factiva)

_____. 18 avril 2006. Luis Nieto. « Bloquean zapatistas minera en SLP ». (Factiva)

NOTIMEX. 10 juin 2009. « Destacan relación de Federación con comunidades indígenas de Chiapas ». (Factiva)

_____. 9 janvier 2009. « Reportan 15 indígenas heridos tras un enfrentamiento en Ocosingo ». (Factiva)

_____. 25 mai 2008. « Urgen al diálogo y evitar conflictos agrarios en Chiapas ». (Factiva)

_____. 15 décembre 2007. « Detienen a presuntos agresores de zapatistas en Chiapas ». (Factiva)

_____. 25 mars 2007. « Inicia EZLN segunda etapa de la llamada "otra campaña" en Chiapas ». (Factiva)

_____. 22 février 2007. « Liberan a policía retenido durante 11 días por "zapatistas" ». (Factiva)

_____. 2 janvier 2007. « Termina encuentro del EZLN, en Oventic; realizarán otro evento ». (Factiva)

_____. 1er novembre 2006a . « Inician zapatistas bloqueos en Chiapas en apoyo a la APPO ». (Factiva)

_____. 1er novembre 2006b. « Bloquean zapatistas cruce de Insurgentes y Reforma ». (Factiva)

_____. 19 juin 2006. « Lamentan empresarios intervención del EZLN en movimiento de Oaxaca ». (Factiva)

_____. 3 mai 2006. « Se prepara el EZLN para convertirse en un movimiento civil y pacifico ». (Factiva)

_____. 21 mars 2006. « Se reune el subcomandante Marcos con intelectuales en Guadalajara ». (Factiva)

Reforma [Monterrey, Mexique]. 30 décembre 2008. Silvia Garduño. « Persiste rezago entre zapatistas ». (Factiva)

_____. 10 août 2008. Daniela Rea. « "Olvida" Ejecutivo conflicto en Chiapas ». (Factiva)

_____. 2 janvier 2008. María Teresa del Riego. « Celebra EZLN 14 aniversario ». (Factiva)

_____. 12 août 2007. María Teresa Del Riego C. « Hieren a 2 zapatistas por disputa de tierras ». (Factiva)

_____. 21 juillet 2007. María Teresa del Riego. « Arranca en Oventic encuentro zapatista ». (Factiva)

_____. 14 mars 2007. María Teresa del Riego. « Toma EZLN reserva en Chiapas ». (Factiva)

_____. 20 août 2006. María Teresa del Riego. « Reportan calma en zona zapatista ». (Factiva)

_____. 13 mai 2006. Andrea Merlos. « Rechaza la Cocopa "fuero" de Marcos ». (Factiva)

_____. 7 mai 2006. Rolando Herrera. « Amaga EZLN bloquear vías ». (Factiva)

_____. 6 mai 2006. Emiliano Ruiz. « Llega Marcos a Atenco ». (Factiva)

La República [Lima, Pérou]. 4 janvier 2007. « La guerrilla se pone cana ». (Factiva)

Reuters. 2 juillet 2006. Vanessa Padilla. « Zapatista Marcos lidera acto y marcha lejos de candidatos México ». (Factiva)

El Universal [Mexico]. 6 janvier 2009. Fredy Martín Pérez et Óscar Gutiérrez. « Cafeticultores chocan con los zapatistas ». [Date de consultation : 31 mai 2011]

_____. 2 janvier 2009. Fredy Martín Pérez. « Con bailes, rememora el EZLN alzamiento ». [Date de consultation : 31 mai 2011]

_____. 7 juin 2008. Óscar Gutiérrez. « Zapatistas impiden ingreso de militares ». (Factiva)

_____. 14 avril 2008. Jorge Ramos. « Segob desaparece la coordinación para diálogo en Chiapas ». (Factiva)

Autres sources consultées

Sources orales : Un professeur de sciences politiques et sociales de l'Université York n'a pas été en mesure de fournir d'information. Les tentatives faites pour joindre Acción Zapatista à la University of Texas ont été infructueuses.

Sites Internet, y compris : Centro de Derechos Humanos Prodh; États-Unis - Department of State; European Country of Origin Information Network (ecoi.net); Freedom House; Human Rights Watch; InSight; Justice in Mexico Project; Mexico Solidarity Network; Mexique - Comisión Nacional de los Derechos Humanos; Nations Unies - Refworld.

Copyright notice: This document is published with the permission of the copyright holder and producer Immigration and Refugee Board of Canada (IRB). The original version of this document may be found on the offical website of the IRB at http://www.irb-cisr.gc.ca/en/. Documents earlier than 2003 may be found only on Refworld.

Search Refworld

Countries