Last Updated: Tuesday, 23 September 2014, 10:41 GMT

République centrafricaine : information indiquant s'il y a eu des mutineries dans la prison Ngaragba situé à Bangui, entre 1995 et 2001; information indiquant si la prison a été fermée en raison de ces mutineries ou d'autres évènements durant cette période; s'il y a lieu, périodes de fermeture (1995-2001)

Publisher Canada: Immigration and Refugee Board of Canada
Author Direction des recherches, Commission de l'immigration et du statut de réfugié, Canada
Publication Date 21 February 2005
Citation / Document Symbol CAF43334.F
Reference 1
Cite as Canada: Immigration and Refugee Board of Canada, République centrafricaine : information indiquant s'il y a eu des mutineries dans la prison Ngaragba situé à Bangui, entre 1995 et 2001; information indiquant si la prison a été fermée en raison de ces mutineries ou d'autres évènements durant cette période; s'il y a lieu, périodes de fermeture (1995-2001), 21 February 2005, CAF43334.F, available at: http://www.refworld.org/docid/42df60b211.html [accessed 23 September 2014]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

La Direction des recherches a trouvé de l'information contradictoire sur les périodes de fermetures de la prison de Ngaragba.

Selon l'information fournie par le président de la Ligue centrafricaine des droits de l'homme lors d'un entretien téléphonique, le 10 février 2005, la prison de Ngaragba a toujours fermé temporairement lors de chaque coup d'état, incluant lors du coup d'état du 28 mai 2001. Le président a ajouté que les prisonniers profitent des mutineries pour s'échapper de la prison.

Par contre les renseignements qui suivent contredisent l'information qu'a fournie le président de la Ligue centrafricaine des droits de l'homme. Selon ce qu'a indiqué le conseiller économique de l'Ambassade de la République centrafricaine à Washington au cours d'un entretien téléphonique, le 11 février 2005, la prison de Ngaragba a réouvert à la fin de 2003 après deux ou trois ans de fermeture en raison de travaux « de réhabilitation ». Le conseiller économique a également indiqué que les prisonniers étaient installés dans des centres de détention pendant cette période.

Selon plusieurs sources, la prison Ngaragba a été détruite lors des mutineries ayant eu lieu en 1996 et 1997 (AFP 2 févr. 2002; FIDH févr. 2002, 5) et elle a réouvert en 2003 après sept ans de fermeture (Géopolitique africaine s.d.).

Depuis 1996, les Country Reports ont mentionné à plusieurs reprises les mutineries à la suite desquelles la prison a été détruite. Les Country Reports 2003 indiquent que la prison a réouvert en octobre 2003 après sept mois de fermeture puisqu'elle avait été détruite à nouveau lors du coup d'état manqué du 15 mars 2003 (25 févr. 2004, sect. 1c). Les Country Reports 2002 indiquent que la prison a été détruite lors des mutineries de 1996 et que les rénovations de la prison se sont terminées en juin 2001 (31 mars 2003, sect. 1c). Les Country Reports 2001 indiquent que les rénovations de la prison, détruite en 1996, ont débuté en octobre 2000 (4 mars 2002, sect. 1c). Par ailleurs, les Country Reports 2000 indiquent que, en 1999, les prisonniers étaient toujours détenus dans les postes de police en raison de la destruction de la prison en 1996 (23 févr. 2001, sect. 1). Cependant, les Country Reports 1996 indiquent qu'à la suite des mutineries de 1996, la prison a été réouverte, même si le gouvernement avait promis de construire une nouvelle prison (30 janv. 1997, sect. 1c).

Un rapport des Nations Unies mentionne également que la prison a été détruite en raison de mutineries en 1997 (2 janv. 2002). Par ailleurs, le gouvernement de la République centrafricaine a indiqué, en 2001, son intention de rebâtir la prison de Ngaragba (Nations Unies 2 juill. 2001).

La Fédération internationale des ligues des droits de l'homme indique que la République centrafricaine a connu plusieurs mutineries non seulement dans la prison, mais également au pays, à partir de 1996, ce qui « [maintient] le pays dans une instabilité politique chronique » (févr. 2002, 4).

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais prescrits. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous la liste des autres sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références

Agence France-Presse (AFP). 2 février 2002. « Les détenus centrafricains prochainement incarcérés dans une vraie prison ». (Sangonet.com) [Date de consultation : 26 janv. 2005]
_____. 11 juin 1999. Christian Panika. « Faute de prison, le commissaire ne prévient qu'une fois avant exécution ». (Dialog)

Ambassade de la République centrafricaine à Washington. 11 février 2005. Entretien téléphonique avec le conseiller économique.

Country Reports on Human Rights Practices for 2003. 25 février 2004. Département d'État des États-Unis. Washington, DC. [Date de consultation : 26 janv. 2005]

Country Reports on Human Rights Practices for 2002. 31 mars 2003. Département d'État des États-Unis. Washington, DC. [Date de consultation : 26 janv. 2005]

Country Reports on Human Rights Practices for 2001. 4 mars 2002. Département d'État des États-Unis. Washington, DC. [Date de consultation : 26 janv. 2005]

Country Reports on Human Rights Practices for 2000. 23 février 2001. Département d'État des États-Unis. Washington, DC.

Country Reports on Human Rights Practices for 1999. 23 février 2000. Département d'État des États-Unis. Washington, DC. [Date de consultation : 11 févr. 2005]

Country Reports on Human Rights Practices for 1996. 30 janvier 1997. Département d'État des États-Unis. Washington, DC. [Date de consultation : 26 janv. 2005]

Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH). Février 2002. No. 324. Droits de l'homme en République centrafricaine. Discours et réalité : un fossé béant. [Date de consultation : 26 janv. 2005]

Géopolitique africaine. S.d. « Notes de lecture : "négrologie" et "imperium français" ». [Date de consultation : 10 févr. 2005]

Ligue centrafricaine des droits de l'homme (LCDH). 10 février 2005. Entretien téléphonique avec le président.

Nations Unies. 2 janvier 2002. Conseil de sécurité. Rapport du secrétaire général sur la situation en République centrafricaine. (S/2002/12) [Date de consultation : 26 janv. 2005]
_____. 2 juillet 2001. Conseil de sécurité. Rapport du secrétaire général sur la situation en République centrafricaine et sur les activités du Bureau des Nations Unies pour la consolidation de la paix en République centrafricaine. (S/2001/660) [Date de consultation : 28 janv. 2005]

Autres sources consultées

Publications : Africa Confidential, Africa Research Bulletin, Africatime, Europa World Factbook.

Sites Internet, y compris : AllAfrica.com, Amnesty International, Béafrica-opinions.com, BBC, Human Rights Watch, Ligue centrafricaine des droits de l'homme, Radio France internationale, Santetropicale.com.

Sources orales : Beafrica-opinions, Bureau de la consolidation de la paix des Nations Unies en République centrafricaine (BONUCA), Comité international de la Croix-Rouge, Consulat de la République centrafricaine à Montréal, mairie de Bangui, Observatoire international des prisons, section française.

Copyright notice: This document is published with the permission of the copyright holder and producer Immigration and Refugee Board of Canada (IRB). The original version of this document may be found on the offical website of the IRB at http://www.irb-cisr.gc.ca/en/. Documents earlier than 2003 may be found only on Refworld.

Search Refworld