Last Updated: Thursday, 18 December 2014, 14:40 GMT

Haïti : information sur la situation des anciens Tontons Macoutes et sur le traitement leur étant réservé; information indiquant si les membres de leur famille sont pris pour cible par les chimères, les membres du mouvement Lavalas ou les autorités gouvernementales

Publisher Canada: Immigration and Refugee Board of Canada
Author Direction des recherches, Commission de l'immigration et du statut de réfugié du Canada, Ottawa
Publication Date 14 January 2009
Citation / Document Symbol HTI103055.EF
Cite as Canada: Immigration and Refugee Board of Canada, Haïti : information sur la situation des anciens Tontons Macoutes et sur le traitement leur étant réservé; information indiquant si les membres de leur famille sont pris pour cible par les chimères, les membres du mouvement Lavalas ou les autorités gouvernementales, 14 January 2009, HTI103055.EF, available at: http://www.refworld.org/docid/4b20efd223.html [accessed 19 December 2014]
DisclaimerThis is not a UNHCR publication. UNHCR is not responsible for, nor does it necessarily endorse, its content. Any views expressed are solely those of the author or publisher and do not necessarily reflect those of UNHCR, the United Nations or its Member States.

Parmi les sources qu'elle a consultées, la Direction des recherches a trouvé peu d'information sur la situation des anciens Tontons Macoutes et sur le traitement leur étant réservé et indiquant si les membres de leur famille sont pris pour cible par les chimères, les membres du mouvement Lavalas ou les autorités gouvernementales.

Dans une communication écrite datée du 7 janvier 2009, le directeur de l'Institute for Justice & Democracy in Haiti a expliqué ce qui suit :

[traduction]

Théoriquement, les Tontons Macoutes se sont dispersés après le départ de Jean-Claude Duvalier en février 1986. Même si, à mon avis, bon nombre de leurs dirigeants ont quitté Haïti, je doute que la majorité des membres ordinaires (dont la plupart sont pauvres) aient pu le faire. Certains d'entre eux sont certainement devenus membres d'organisations paramilitaires remplaçantes, notamment le Front pour l'avancement et le progrès d'Haïti (FRAPH). Or, même le FRAPH n'exerce pas d'activités à titre d'organisation depuis 14 ans [...]

En plusieurs années, peut-être dix ou plus, je n'ai entendu parler d'aucun cas où une personne aurait été persécutée pour avoir été membre des Tontons Macoutes. D'après mon expérience, la violence politique à Haïti n'est pas fondée sur un désir de vengeance relatif à des actes ayant été posés il y a longtemps, mais vise plutôt à intimider les victimes ou à les empêcher de prendre part à des activités, maintenant ou plus tard. Je ne crois pas qu'une personne ayant uniquement été Tonton Macoute représenterait, de nos jours, une menace suffisante pour que quelqu'un l'agresse. À mon avis, si les Tontons Macoutes étaient systématiquement persécutés, je le saurais.

Dans un article paru le 6 janvier 2008 dans le Pittsburgh Post-Gazette, on peut lire que, parmi les candidats à la présidence d'Haïti en 2007, on retrouvait [traduction] « Franck Romain, un des principaux représentants de Duvalier ayant des liens étroits avec les redoutés Tontons Macoutes et présumé planificateur d'une attaque visant l'église de l'ancien président Jean-Bertrand Aristide, qui avait fait 12 morts en 1998 ».

Selon de l'information non datée provenant de la base de données sur le terrorisme (Terrorism Knowledge Base) de l'Institut commémoratif pour la prévention du terrorisme (Memorial Institute for the Prevention of Terrorism – MIPT), [traduction] « [d]es sources signalent que des groupes anti-Aristide comptent dans leurs rangs d'anciens membres des Tontons Macoutes, dont certains sont entrés dans la police haïtienne et dans l'armée ».

Parmi les sources qu'elle a consultées, la Direction des recherches n'a trouvé aucun renseignement indiquant si les membres des familles des anciens Tontons Macoutes sont pris pour cible par les chimères, les membres du mouvement Lavalas ou les autorités gouvernementales.

Cette réponse a été préparée par la Direction des recherches à l'aide de renseignements puisés dans les sources qui sont à la disposition du public, et auxquelles la Direction des recherches a pu avoir accès dans les délais fixés. Cette réponse n'apporte pas, ni ne prétend apporter, de preuves concluantes quant au fondement d'une demande d'asile. Veuillez trouver ci-dessous les sources consultées pour la réponse à cette demande d'information.

Références

Institute for Justice & Democracy in Haiti. 7 janvier 2009. Communication écrite envoyée par le directeur.

Memorial Institute for the Prevention of Terrorism (MIPT). S.d. Terrorism Knowledge Base. « Terrorist Group Profile: Tontons Macoutes ». [Date de consultation : 7 janv. 2009]

Pittsburgh Post-Gazette. 6 janvier 2008. Jacqueline Charles. « President Wants Haiti to Remember Duvalier Horrors ». (Factiva)

Autres sources consultées

Sites Internet, y compris : Agence haïtienne de presse (AHP) [Port-au-Prince], Amnesty International (AI), British Broadcasting Corporation (BBC), Center for International Policy, Council on Hemispheric Affairs (COHA), Développement et Paix, Factiva, Fondation canadienne pour les Amériques (FOCAL), Freedom House, HaitiAction.net, Haïti Info, Human Rights Watch (HRW), Institute for Justice & Democracy in Haiti (IJDH), International Crisis Group, Nations Unies – Refworld, Organisation des États américains (OEA), Radio Vision 2000 [Port-au-Prince], Réseau national de défense des droits humains (RNDDH), Union internationale de la presse francophone (UPF), Washington Office on Latin America (WOLA).

Copyright notice: This document is published with the permission of the copyright holder and producer Immigration and Refugee Board of Canada (IRB). The original version of this document may be found on the offical website of the IRB at http://www.irb-cisr.gc.ca/en/. Documents earlier than 2003 may be found only on Refworld.

Search Refworld

Countries